Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Laurent Dandrieu

31 mars 2015

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | Portraits | Laurent Dandrieu

Laurent Dandrieu

Portrait d’un antimoderne

Il est l’un des « monsieur culture » de la droite libérale conservatrice. S’il n’était profondément catholique, Laurent Dandrieu se serait entièrement fondu dans la sphère réac « Lévy-Zemmour ». Mais le journaliste donne dans son travail un tour de vis supplémentaire qui lui permet de se distinguer du groupe. À Valeurs Actuelles, il incarne le ton anti-moderne, servi par une plume de haute voltige.

État civil et formation

Lau­rent Dan­drieu est né à Rome en 1963, d’un père mil­i­taire et d’une mère qui s’est occupée de ses enfants, dont il est le 7e et dernier. L’écrivain et jour­nal­iste a forgé ses armes intel­lectuelles dans sa pre­mière com­mu­nauté, autour de la table famil­iale. C’est d’ici qu’il tient son goût pour le débat et une curiosité pour le monde de la cul­ture. Woody Allen, Julien Green, les écrivains anglais Eve­lyn Waugh ou Gra­ham Greene, autant de noms qu’il décou­vre dès son plus jeune âge.

Il fait son lycée à Saint-Jean de Béthune à Ver­sailles. Après son bac et une année de fac­ulté, il ren­tre à l’IEP, à Paris, entraîné par des cama­rades de lycée. Il déclare y faire l’expérience « de la lib­erté de penser, qui y était alors de règle ». C’est lors de ses années rue Saint-Guil­laume qu’il décou­vre l’écrivain Drieu la Rochelle. Il se dit mar­qué par les cours d’Histoire des idées poli­tiques don­nés par l’historien Raoul Girardet, mar­qué aus­si par le cycle de « lit­téra­ture et poli­tique » don­né par Alain-Gérard Sla­ma, ain­si que par Hervé Coutau-Bégarie, dont il cite un sémi­naire de rela­tions inter­na­tionales. Ce n’est qu’après la fin de ses années d’études qu’il com­mence à écrire, dans divers­es revues d’étudiants tout d’abord, puis dans l’Idiot Inter­na­tion­al que dirige alors Charles Dantzig.

Parcours professionnel

En 1994, il con­tacte Michel De Jaeghere, qui dirige la revue Le Spec­ta­cle du monde, et lui pro­pose ses ser­vices. Il y écrit très régulière­ment jusqu’en 2000 tant que de Jaeghere en est à la tête. Lorsque celui-ci fonde les Hors-série du Figaro, il le suit pour y col­la­bor­er régulière­ment.

Il arrive ensuite à l’hebdomadaire Valeurs actuelles dans lequel il effectue la grande majorité de sa car­rière, jour­nal appar­tenant au même groupe de presse que Spec­ta­cle (Val­monde), comme pigiste tout d’abord, puis comme salarié à par­tir de 1999. Il com­mence d’abord comme cri­tique lit­téraire, avant que la direc­tion lui pro­pose de pren­dre la suite du cri­tique ciné­ma mai­son, Nor­bert Mul­teau, qui part à la retraite. En bon cinéphile, il accepte le rôle, con­sid­érant qu’il avait suff­isam­ment soupé du « niveau glob­ale­ment très médiocre et répéti­tif de la lit­téra­ture française ».

Ain­si, Lau­rent Dan­drieu estime se bat­tre sur le front cul­turel, ayant le sen­ti­ment que la droite n’assume pas con­ven­able­ment ce type de jour­nal­isme : « Elle [la droite] le pra­tique en se con­tentant de singer ce qu’écrit la gauche […] rares sont les jour­nal­istes qui assu­ment de faire de la cri­tique cul­turelle avec une grille de lec­ture de droite, alors que nos con­frères de gauche trou­vent tout naturel d’y appli­quer leur vision idéologique. »

Au sein de l’hebdomadaire libéral con­ser­va­teur, il a été pen­dant dix ans rédac­teur en chef adjoint aux pages « Cul­ture », avant de codiriger le site Inter­net pen­dant deux ans. En 2010, il est nom­mé rédac­teur en chef adjoint « Société », fonc­tion qu’il cumule désor­mais avec celle de cri­tique de ciné­ma et de respon­s­able de la rubrique « Débats-opin­ions ».

Parcours militant

Com­ment le jour­nal­iste peut-il se situer au sein d’une rédac­tion libérale ? Lui-même affirme ne vouloir rien sauver dans le libéral­isme, « qui finit tou­jours par trans­former la lib­erté en idole, au détri­ment des autres com­posantes du bien com­mun ». Selon lui, « trans­met­tre et faire fruc­ti­fi­er l’héritage reçu [lui] paraît plus essen­tiel que de faire une icône du libre-échange, ou du droit à l’auto-engendrement ». Il se définit moins comme un con­ser­va­teur que comme un anti­mod­erne. Mais de manière générale, Lau­rent Dan­drieu (nom de plume qu’il a bâti à par­tir du nom de son auteur fétiche) se veut dis­cret sur ses engage­ments poli­tiques. A la ques­tion « Avec quel homme poli­tique déje­unez-vous ? » il déclare ironique­ment ne pas avoir l’appétit assez solide pour cette activ­ité.

Publications

  • His­toires de Lon­dres, Sor­tilèges, 1997, 334 pages et His­toires de marins, Sor­tilèges, 1999, 325 pages. Antholo­gie de textes rassem­blés par ses soins à la demande de Charles Dantzig.
  • Woody Allen, por­trait d’un anti­mod­erne, CNRS édi­tions, 2010, 304 pages (2e édi­tion en col­lec­tion de poche Bib­lis, 2012).
  • Dic­tio­n­naire pas­sion­né du ciné­ma, Édi­tions de l’Homme nou­veau, 2013, 1 408 pages. Le livre rassem­ble quinze années de cri­tique ciné­matographique
  • La Com­pag­nie des anges. Petite vie de Fra Angeli­co, Édi­tions du cerf, sep­tem­bre 2014.
Ouvrages collectifs
  • Dic­tio­n­naire du rock, sous la direc­tion de Mich­ka Assayas, Édi­tions Robert Laf­font, col­lec­tion « Bouquins », 2000.
  • Gus­tave Thi­bon, Dossier H sous la direc­tion de Philippe Barthelet, Édi­tions l’Âge d’homme, 2012.
  • Roger Nimi­er, Antoine Blondin, Jacques Lau­rent et l’e­sprit hus­sard, sous la direc­tion de Philippe Barthelet, édi­tions Pierre-Guil­laume de Roux, 2012.
  • Dic­tio­n­naire poli­tique et juridique de l’Eu­rope, sous la direc­tion de Jean-Paul Bled, Edmond Jou­ve et Christophe Réveil­lard, Press­es uni­ver­si­taires de France, 2013.

Sa nébuleuse

Il déclare se tenir à dis­tance aus­si bien des milieux lit­téraires que de ses con­frères cri­tiques.

Il con­fesse devoir beau­coup aux homélies de l’abbé Guil­laume de Tanoüarn.

Il aime Woody Allen depuis l’enfance. Comme « le new yorkais est générale­ment décrit comme l’archétype du bobo de gauche » il a voulu expli­quer com­ment un homme de tra­di­tion comme lui « pou­vait se recon­naître dans son œuvre cen­sé­ment “mod­erne”. »

Il a dit

« Jean-François Colosi­mo m’a aidé à me débar­rass­er d’une cer­taine crainte révéren­cielle pour le livre », à pro­pos de son Woody Allen, por­trait d’un anti-mod­erne.

À pro­pos du réal­isa­teur François Ozon : « [il] porte bien son nom, impératif de ceux qui osent tout (c’est même à ça qu’on les recon­nait) », Dic­tio­n­naire pas­sion­né du ciné­ma.

« Pou­vons-nous réelle­ment pré­ten­dre nous oppos­er à l’islamisme et à ses valeurs de mort en canon­isant “l’esprit Char­lie”, en faisant de ce nihilisme ricanant, qui ne recon­naît rien comme sacré ni même comme respectable, qui dénie toute tran­scen­dance, mais aus­si toute grandeur humaine, au prof­it d’un impératif caté­gorique de la rigo­lade et de la jouis­sance, l’essence même de l’esprit français ? », Causeur.fr, 23 jan­vi­er 2015.

Les intel­lectuels et la foi: «plusieurs intel­lectuels, ces dernières années, sans se con­cert­er, sans même se con­naître pour la plu­part, cha­cun de leur côté, ont effec­tué un chemin ou un retour, intime ou toni­tru­ant, véri­ta­ble con­ver­sion ou sim­ple réveil, vers la foi catholique. Plus sig­ni­fi­catif encore, au lieu de garder cela pour eux, ils ont décidé d’ignorer ce que cette évo­lu­tion aurait pu leur val­oir de rail­leries, de hausse­ments d’épaules, d’accusations de passéisme et de ringardise, et de revendi­quer publique­ment leur iden­tité de catholiques. Ce n’est pas une lame de fond, ni même une défer­lante, tout de même un courant qui, aus­si informel soit-il, intrigue. » Valeurs actuelles (n°3686)

« L’Église catholique reste pour le monde mod­erne un scan­dale, un bas­tion irré­ductible de tran­scen­dance et de croy­ance en une vérité absolue, choquant et répul­sif pour une époque qui veut pro­fess­er que tout se vaut et que rien n’a d’importance », Causeur.fr, 21 octo­bre 2014

Ils ont dit de lui

« Valeurs actuelles a instru­it le dossier dans un récent numéro. Sur la cou­ver­ture, les por­traits d’Alain Finkielkraut, Élis­a­beth Lévy, Éric Zem­mour et un titre. “Les Insoumis”. À lire l’article de Lau­rent Dan­drieu, on se demande si celui-ci ne pour­rait pas pos­tuler pour devenir une plume de Jamel, du Groland ou des Guig­nols. L’hebdomadaire nous présente ces “francs-tireurs qui refusent avec obsti­na­tion de se soumet­tre aux tabous de la pen­sée unique et con­tin­u­ent de braver les foudres du poli­tique­ment cor­rect […]” Or Lau­rent Dan­drieu ne craint jamais le ridicule de la con­tra­dic­tion ou le para­doxe de l’oxymore. Il s’attache à nous démon­tr­er que ces insoumis ont pignon sur médias et que leur audi­ence est immense » Serge Kagan­s­ki, « Finkielkraut, Zem­mour, Lévy…pensée unique ta mère », Les Inrocks, 12 juil­let 2010.

« Lau­rent Dan­drieu a l’amabilité de définir Causeur comme “le ren­dez-vous irrem­plaçable de tous les ama­teurs de vrais débats” », Élis­a­beth Lévy, « La gauche con­tre le réel ».

À propos du Dictionnaire passionné du cinéma

« Capa­ble d’aimer infin­i­ment les films d’Alfred Hitch­cock, de François Truf­faut, de Woody Allen ou des frères Cohen, Dan­drieu n’a aucun scrupule à haïr sans mesure ceux de Jean-Luc Godard, de François Ozon, de Lars von Tri­er […] On apprend beau­coup de choses, en lisant ce Dic­tio­n­naire. Et l’on se régale du jeu de mas­sacre », Sébastien Lapaque, « Les par­tis pris ciné­matographiques de Lau­rent Dan­drieu », Le Figaro, 11 décem­bre 2013.

« L’ouvrage, dont la dimen­sion sub­jec­tive est par­faite­ment assumé, peut-être lu de dif­férentes manières. On peut y papil­lon­ner à la recherche de grands clas­siques ou de mer­veilles incon­nues, on peut aus­si y rechercher ses pro­pres coups de cœur et les con­fron­ter au point de vue de l’auteur. Il est enfin un troisième axe de lec­ture par­faite­ment jubi­la­toire : la recherche des comptes-ren­dus assor­tis de deux à trois ronds blancs. Car si Lau­rent Dan­drieu affiche des gouts par­faite­ment éclec­tiques et liste généreuse­ment les chefs d’œuvre, c’est aus­si un “pro” de l’exécution en règle, de la dis­per­sion façon puz­zle. Cer­tains tacles frisent le génie et ne sont pas sans rap­pel­er Roger Nimi­er », « Une bible du 7ème art signée Lau­rent Dan­drieu », Direct matin, 15 novem­bre 2013.

Voir aussi

Related Posts

None found

L'Ojim fait sa rentrée

Bonjour à tous, après quelques semaines de vacances au cours desquelles nous avons sélectionné les meilleurs articles du premier semestre, nous reprenons le cours normal de nos parutions. Bonne rentrée pour certains d'entre vous, bonne fin de vacances pour les autres et bonne lecture pour tous.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).