Accueil | Portraits | Julien Martin

Julien Martin

Journaliste ou indicateur de police ?

« Le “gage de qual­ité” d’un arti­cle est d’expliquer et, pour expli­quer, il faut choisir. »  Com­men­taire de l’article « Suisse : des affich­es citoyennes con­tre la dou­ble peine », rue89.nouvelobs.com, 13 novem­bre 2010.

Né en juin 1982, Julien Martin est un journaliste politique, chargé de créer du contenu pour les sites d’information pour lesquels il travaille (Rue89 et désormais L’Obs). Avec plus d’un millier d’articles en tout genre à son actif, le premier salarié embauché par Rue89 en 2007 a de la bouteille d’un point de vue journalistique.

Il sait qu’il faut garder, vis-à-vis de l’opinion publique, l’idée que son tra­vail reste impar­tial et exempt de toutes pris­es de posi­tion poli­tiques. D’ailleurs, il s’emploie dans les com­men­taires de ses pro­pres arti­cles à le soutenir mordi­cus. Alors, pour relater un événe­ment, Julien Mar­tin va choisir adroite­ment ses inter­locu­teurs, les infor­ma­tions retenues et les sujets qu’il va traiter. Il sait qu’il pour­ra dès lors se cacher der­rière ses sources ou les per­son­nes inter­viewées pour se jus­ti­fi­er en déclarant « ce n’est pas moi qui le dit » ou « je ne fais que rap­porter des faits », pour faire pass­er son par­ti-pris volon­taire­ment engagé et mil­i­tant dans ses arti­cles.

Ses cibles priv­ilégiées ? Les mem­bres du gou­verne­ment de Nico­las Sarkozy ou de François Hol­lande, avec tou­jours un ton polémique pour ten­ter de faire « buzzer » mais surtout, avec un angle d’attaque morale sur la con­duite de l’État. Car Julien Mar­tin a une haute con­science de sa mis­sion jour­nal­is­tique, celle d’éclairer la pop­u­la­tion à la lumière de sa pen­sée poli­tique mon­di­al­iste, qui est celle de la caste parisiano-cen­trée des salles de rédac­tion coupée de la pop­u­la­tion, avec ses vues sim­plistes : la droite c’est déjà le début de l’extrême droite et la gauche ne va jamais assez loin dans sa poli­tique de gauche.

Formation

2004

Maîtrise de droit privé, Rennes I. Julien Mar­tin indique être passé par l’Institut d’Études Poli­tiques de Rennes.

2007

Cen­tre de For­ma­tion des Jour­nal­istes (CFJ), spé­cial­i­sa­tion mul­ti­mé­dia, Paris.

Parcours professionnel

2003–2005

Cor­re­spon­dant local pour Ouest-France à Rennes.

2006–2007

Pigiste au mag­a­zine Direction(s).

2006–2007

Pigiste au desk sport de l’AFP.

Il indique dans sa présen­ta­tion à Rue89, avoir tra­vail­lé en tant que pigiste à Libéra­tion, Le monde.fr.

2007–2011

Jour­nal­iste poli­tique et pre­mier salarié embauché par Rue89 : « je me suis lancé dans l’aventure Rue89 dès sa ges­ta­tion et un pre­mier e-mail en date du 28 jan­vi­er 2007. Une aven­ture essen­tielle­ment com­posée d’articles poli­tiques (et de dis­cus­sions dans les com­men­taires) (et de bugs). Elle a pris fin, me con­cer­nant, le 31 [sic] avril 2011. Elle fut mir­i­fique. »

2008–2010

Chroniqueur poli­tique à « Par­lons Net » sur France Info

2010–2011

Chroniqueur poli­tique à la mati­nale du Mouv’

Depuis avril 2011

Jour­nal­iste poli­tique au Nou­v­el obser­va­teur

Parcours militant

Le 30 juin 2015, Résis­tance Répub­li­caine et Riposte Laïque organ­i­saient un rassem­ble­ment place de la Bourse à Paris sur le thème « Atten­tats islamiques –Valls Cazeneuve démis­sion ». Choqué par les dis­cours tenus par les ora­teurs sous les fenêtres de L’Obs, Julien Mar­tin est allé deman­der à la police présente pour encadr­er la man­i­fes­ta­tion d’arrêter l’organisateur, Pierre Cassen ! Voici le déroule­ment de la scène rap­porté par le jour­nal­iste sur Face­book et dif­fusé par Buz­zFeed.

« On était bien évidem­ment choqués à L’Obs d’entendre de tels slo­gans sous nos fenêtres. Je suis alors descen­du voir trois CRS pour leur deman­der ce qu’ils attendaient pour inter­peller Pierre Cassen. Ils me répon­dent d’aller voir le com­mis­saire, qui sur­veille la man­i­fes­ta­tion dans un coin de la place. Je me dirige vers lui, mais il est au télé­phone. J’attends 5/10 min­utes qu’il finisse sa con­ver­sa­tion, puis je me présente et lui demande si la man­i­fes­ta­tion est autorisée.

Là, le jeune gradé com­mence à iro­nis­er : “Mon­sieur, sachez qu’on ne dit pas qu’une man­i­fes­ta­tion est autorisée, elle est déclarée à la pré­fec­ture qui accepte ou non sa tenue.” OK. La con­ver­sa­tion se pour­suit sur le même ton :
— “Très bien, mais cela ne vous gêne pas d’écouter de tels slo­gans sans bouger ?”
— “En tant que jour­nal­iste, vous devez être attaché à la lib­erté d’expression, non ?”
— “Tout à fait, mais elle est lim­itée par la loi et là la loi est très claire­ment bafouée…”
— “Oh, vous savez, aux États-Unis, on entend ça tous les jours !”
— “Oui, on peut aus­si se trim­baller avec une arme, mais si j’en avais une, je ne suis pas cer­tain que cet argu­ment vous con­va­inque…”

Il esquisse un sourire, et je con­tin­ue : — “Donc là, vous ne faites rien ?”
— “Non, on ne peut rien faire, mais si vous voulez, vous pou­vez porter plainte et on ver­ra bien.”[…] L’air tou­jours sat­is­fait, il me salue et com­pose à nou­veau un numéro sur son télé­phone. Je repars en espérant qu’une asso­ci­a­tion porte plainte, sachant que la man­i­fes­ta­tion est filmée…»

Pierre Cassen et son groupe Riposte Laïque ont verte­ment réa­gi dans dif­férents arti­cles (voir § Ils ont dit), en trai­tant Julien Mar­tin d’indicateur de police ou de mil­i­tant d’extrême gauche ayant une cul­ture fas­ciste. En tout cas, ces méth­odes de dénon­ci­a­tion vont à l’encontre de l’éthique pro­fes­sion­nelle des jour­nal­istes, qui leur enjoint de « défendre la lib­erté d’expression, d’opinion, de l’information, du com­men­taire et de la cri­tique » et de « ne pas con­fon­dre pas son rôle avec celui du polici­er ou du juge. »

Ce qu’il gagne

Non ren­seigné.

Publications

Une généra­tion se la racon­te, Paris, Ensad impr., 2007. 87 p. (Résumé : « Pro­jet sco­laire en parte­nar­i­at entre l’Ecole nationale supérieure des arts déco­rat­ifs (Ensad) et le Cen­tre de for­ma­tion des jour­nal­istes (CFJ), encadrés par Anne Mat­tler [jour­nal­iste à Libéra­tion, ndlr]. Le groupe de tra­vail était con­sti­tué d’ étu­di­ants en jour­nal­isme du CFJ : Clé­ment Daniez, Lau­re Equy, Anne de Maller­ay, Julien Mar­tin, Auréliano Tonet, Del­phine Veau­dor coachés par Lau­rent Car­pen­tier ; d’étudiants en design graphique de l’Ensad : Aurélie Car­bil­let, Sophie Chenevière, Hyun Joo Lee, François Pros­per (coor­di­na­tion), Edgard Sis­to, encadrés par Dirk Behage ; et d’étudiants en pho­togra­phie : Aurélia Blanc, Alice Cuve­li­er, Ben­jamin Girard, Math­ieu Grac, Nina Pieroth, João Tor­res, encadrés par Jean-Claude Pattaci­ni. »).

Les Balka­ny, Paris, les édi­tions du Moment, 2014. p. 181

Collaborations

Non ren­seigné.

Il l’a dit

« Je crois que ce qui est le plus impor­tant est de respecter tou­jours la même règle : ten­ter d’être le plus objec­tif pos­si­ble. Autrement dit, si j’ai une infor­ma­tion sur une per­son­ne, je la traite impar­tiale­ment et la pub­lie, que j’ai plutôt un a pri­ori posi­tif ou négatif sur elle. D’ailleurs, cela se véri­fie qua­si­ment à chaque fois : plus on fait des arti­cles qui dérangent un poli­tique, plus celui-ci vous respecte, à con­di­tion bien sûr que l’attaque soit juste. Ce serait bête de se priv­er ! Après, s’il le prend mal, c’est son prob­lème. Et ça n’empêche pas d’écrire encore sur lui », com­men­taire de l’article « Etre à tu et à toi en poli­tique : con­nivence ou trans­parence ? », rue89.nouvelobs.com, 11/09/2010.

« Le titre est un clin d’œil, un brin provo­ca­teur, à la déc­la­ra­tion “c’est notre petit Arabe” que l’intéressé ne juge pas insul­tante », com­men­taire de l’article « Le “petit Arabe” à côté de Brice Hort­e­feux dépose plainte », rue89.nouvelobs.com, 29/09/2009.

« Je suis plutôt d’accord avec vous sur votre analyse d’Europe Écolo­gie. Je ne dén­i­gre pas leurs propo­si­tions dans cet arti­cle, je dis seule­ment qu’ils devraient faire atten­tion à leur posi­tion­nement poli­tique », commen­taire de l’article « Et si les éco­los se voy­aient trop beaux ? », rue89.nouvelobs.com, 24/09/2009.

« D’autre part, les sup­por­t­eurs de Ségolène Roy­al oublient très rapi­de­ment cer­tains arti­cles. Rue89 a été le pre­mier -et reste l’un des seuls- à avoir con­fir­mé la mis­sion de Ségolène Roy­al au Pnud, entre­tien et cour­ri­ers à l’appui », com­men­taire de l’article « Ségolène Roy­al, la femme que “rien n’inquiète” », rue89.nouvelobs.com, 04/09/2009.

« Je ne le répéterai jamais assez : je ne suis ni pour ni con­tre Ségolène Roy­al, j’essaie sim­ple­ment d’être neu­tre comme pour les autres poli­tiques. Par­fois, les arti­cles sont en sa faveur, par­fois ils sont con­tre, mais c’est tou­jours argu­men­té », com­men­taire de l’article « Roy­al demande par­don pour Sarkozy : une stratégie payante ? », rue89.nouvelobs.com, 20/04/2009.

« C’est un vieux débat. On se pose à chaque fois la ques­tion. Doit-on ou non par­ler de Le Pen ? Rien ne sert certes d’en par­ler à cha­cune de ses déc­la­ra­tions, mais je pense qu’à l’ignorer, on fait aus­si son jeu, on lui per­met plus que jamais de se pos­er en vic­time », com­men­taire de l’article « Pétain, le Taser et les races : Le Pen veut récupér­er ses électeurs », rue89.nouvelobs.com, 15/02/2009.

Des titres chocs et des articles orientés pour :

La défense des Roms

« Les preuves de l’existence d’un fichi­er eth­nique sur les Roms » (lien)

« Roms : ce que les eurodéputés ont dit à la France de Sarkozy » (lien)

« Plainte con­tre la France pour vio­la­tion des droits des Roms » (lien)

Cita­tion dans l’article : « La France éprou­ve man­i­feste­ment des dif­fi­cultés à accepter ce droit dès lors que les déshérités, notam­ment Roms, s’en pré­va­lent. A leur encon­tre, tout est per­mis : inter­pel­la­tions arbi­traires, destruc­tions de biens, accu­sa­tions sans preuve de séjours supérieurs à trois mois, d’indigence en l’absence de toute trace de recours aux ser­vices soci­aux, etc. »

La droite

« L’aboyeur Lefeb­vre se musèle avant les remaniements » (lien)

« Estrosi veut faire pay­er un buste de Jean-Paul II aux Niçois » (lien)

« Pourquoi Mit­ter­rand a fait annuler deux con­certs au Lou­vre » (lien)

Cita­tion dans l’article : « C’est une nou­velle preuve que ce min­istère n’a pas le moin­dre respect pour la musique. Sauf quand il nous con­tacte en péri­ode élec­torale pour faire venir deux mecs à un meet­ing, ou quand il s’agit d’ouvrir le Champ de Mars à John­ny Hal­ly­day. »

« Déchéance de la nation­al­ité : Sarkozy con­tred­it Nico­las » (lien)

« Si le chef de l’État s’éloigne aujourd’hui de cette posi­tion, il se rap­proche en revanche du pro­gramme du Front nation­al. Encore dans ses vœux pour 2010, Jean-Marie Le Pen récla­mait que soient ren­dues “plus sévères les procé­dures de nat­u­ral­i­sa­tion et de déchéance de la nation­al­ité.” Il a été enten­du », « Déchéance de la nation­al­ité : Sarkozy con­tred­it Nico­las », rue89.nouvelobs.com, 30/07/2010.

« Com­ment Jup­pé et Sarkozy ont pro­tégé l’Église tra­di­tion­al­iste » (lien)

« Le maire de Bor­deaux, le chef de l’État et son directeur de cab­i­net n’ont pas hésité à bafouer la jus­tice dans cette “affaire d’État”. […] Une affaire qui révèle com­ment Alain Jup­pé, Nico­las Sarkozy et Chris­t­ian Fré­mont, ancien préfet de Gironde devenu directeur de cab­i­net à l’Élysée, ont pro­tégé l’Église tra­di­tion­al­iste dénon­cée dans ce reportage [À l’extrême droite du père]. »

Le Parti socialiste

« Cam­badélis, cap­i­taine aban­don­né d’un PS à la dérive » (lien)

« Hol­lande en Haïti : la tête haute et la dette basse » (lien)

« Départe­men­tales : pourquoi le PS est dans un déni de réal­ité » (lien)

« Cor­rèze : “On ira vot­er. Pour Hol­lande. On ne tire pas sur une ambu­lance” » (lien)

« Valls prend les mêmes (dis­cours) et recom­mence » (lien)

Sa nébuleuse

Non ren­seigné.

Ils ont dit

« Mais nous n’avons pas trou­vé trace d’une demande d’un pro­fes­sion­nel de l’information, muni d’une carte de presse, se pré­valant de la pro­fes­sion de jour­nal­iste pour exiger d’un mem­bre des forces de l’ordre l’arrestation de l’organisateur d’une man­i­fes­ta­tion. Le vail­lant Julien Mar­tin (qui paraît cul­tiv­er une ressem­blance physique avec Léon Trot­s­ki jeune) a donc réus­si une pre­mière, dans une pro­fes­sion qui s’était pour­tant déjà bien dis­tin­guée quant à la par­tial­ité du traite­ment de l’information », « L’indicateur de police de L’Obs Julien Mar­tin peut-il garder sa carte de presse ? », ripostelaique.com, 09/07/2015.

« Or, non seule­ment ce com­mis­saire poli­tique en herbe n’a pas respec­té la lib­erté d’opinion et d’expression de Pierre Cassen et des organ­isa­teurs (pre­mière faute), mais il a con­fon­du son rôle avec celui d’un polici­er, allant jusqu’à se con­duire en sup­plétif des forces de l’ordre, leur inti­mant presque l’ordre d’arrêter le fon­da­teur de Riposte Laïque (deux­ième très grosse faute) », idem.

« Un deux­ième jour­naleux, adepte lui aus­si du monde enchan­té des Khmers rouges, a sévi ; un nom­mé Julien Mar­tin, du Nou­v­el Obs, dont la réac­tion est révéla­trice de l’esprit de petit flic qui ani­me cette caste de plus en plus agres­sive avec une parole qui n’est pas la sienne, celle des patri­otes », « Les jour­naleux Per­rotin et Mar­tin en rage : la police n’a pas arrêté Pierre Cassen ! », ripostelaique.com, 07/07/2015.

« Les “Je suis Char­lie”, cela ose tout, c’est à cela qu’on les recon­naît », idem.

Ce portrait a été financé par les donateurs de l’OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l’Observatoire du jour­nal­isme, c’est con­tribuer au développe­ment d’un out­il indépen­dant, libre­ment acces­si­ble à tous et à votre ser­vice.

Notre site est en effet entière­ment gra­tu­it, nous refu­sons toute pub­lic­ité et toute sub­ven­tion — ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépen­dance. En don­nant 100 € vous financez un por­trait de jour­nal­iste et avec l’avan­tage fis­cal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En don­nant 200 € vous financez un dossier. Vous pou­vez régler par CB, par Pay­Pal, par chèque ou par vire­ment. Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim ! Nous n’avons pas d’autres sources de finance­ment que nos lecteurs, d’avance mer­ci pour votre sou­tien.

9% récolté
Nous avons récolté 185,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux