Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Frédérick Sigrist
Mis à jour le

30 mars 2017

Temps de lecture : 8 minutes

Frédérick Sigrist

« Une béchamel qui aurait mal tourné »

Né en novembre 1977 de parents lorrains et guadeloupéens, Frédérick Sigrist passe sa jeunesse à Vandoeuvre, dans la banlieue de Nancy. Tout à tour brancardier, clown, pizzaiolo, superviseur au SAMU social de Paris, écrivain de one-man-show, de courts-métrages et de séries télévisées, il fait maintenant partie des fers de lance de l’humour autorisé et encouragé sur France Inter.

Nihiliste, gauchiste, « acerbe », mais seule­ment avec les opposants désignés par la bien-pen­sance, Frédéric Sigrist est un bon petit sol­dat de l’ORTF du XXIe siè­cle qui se définit lui-même, en 2017, comme « doudou pour la gauche ».

Formation

Il intè­gre la sec­onde option « art dra­ma­tique » du lycée Chopin et est ini­tié au théâtre durant sa sco­lar­ité au lycée, de 1995 à 1997. Il effectue en même temps un stage de clown dans la com­pag­nie « ça respire encore ». Son bac en poche, il rejoint – après huit mois dans un club Med au Por­tu­gal en 1999 où il est ani­ma­teur de groupe – le cours Viri­ot à Paris en 2001–2002 ; il tra­vaille au Piz­za Hut de Neuil­ly pour pay­er ses études.

Parcours professionnel

  • Vers 1998, pre­mier One-man-show « L’abécédaire d’une fin de siè­cle » qu’il joue en Meur­the-et-Moselle ;
  • 1998–99 : machin­iste et fig­u­rant à l’Opéra de Nan­cy ;
  • 2000 : sec­ond one-man-show « Si y faut en pass­er par là » ;
  • 2002 : troisième one-man-show « Troisième fenêtre sur la gauche » ;
  • 2003 : Il inter­prète le per­son­nage du nègre dans « La P…Respectueuse » de Sartre avec La Com­pag­nie de l’Echauguette ;
  • 2004 : one man show auto­bi­ographique « Un sou­venir à la craie » joué au théâtre d’André Bourvil à Paris ;
  • 2006 : deux autres one-man-show « Et après on va dire que je suis méchant » et « meurtre au-dessus d’une fiche de paie » ;
  • 2007 : il joue le per­son­nage de Claude dans le « Ruban de Moe­bius » d’Alain Girodet ;
  • En 2007, il fait par­tie des « Jeunes tal­ents de Paris » avec son spec­ta­cle « Et après on va dire que je suis méchant » ; celui-ci est récom­pen­sé par le prix SACD du fes­ti­val « Top in Humour » et par le Prix du Jury au fes­ti­val de Vil­leneuve sur Lot ;
  • 2011 : depuis mars, il a inté­gré l’équipe de chan­son­niers du Caveau de la République ;
  • 2011 : il intè­gre Déjà debout, pas encore couché sur France Inter ;
  • 2011 : depuis sep­tem­bre 2011, il est chroniqueur tous les samedis dans Same­di Roumanoff et sur France 2 dans Roumanoff et les garçons ;
  • 2014 : présen­ta­tion depuis 2014 du one-man-show Frédéric Sigrist refait l’ac­tu tiré de ses chroniques radio­phoniques ;
  • 2011–2017 : on le retrou­ve à divers créneaux sur France Inter, notam­ment dans Si tu écoutes, j’an­nule tout (l’émis­sion de Char­line Van­hoe­nack­er), ou encore depuis 2015 le lun­di à 11h20 pour sa Drôle d’humeur ;
  • 2014 : chroniqueur dans Folin Heb­do et le Lab’Ô sur France Ô ;
  • 2016–2017 : nou­veau one-man-show, en par­tie radio­phonique, Manuel de survie dans l’isoloir.

Parcours militant

Frédérick Sigrist ne sem­ble avoir mil­ité nulle part, mais il se recon­naît à gauche, dit avoir voté Hol­lande en 2012 et avoir voté EELV depuis (France Inter 31/1/2017)

Collaborations

  • 1996 : bran­car­dier à l’hôpi­tal de Brabois ;
  • 1999 : il part 8 mois faire le GO dans un Club Med au Por­tu­gal ;
  • 2000–2002 : il tra­vaille au Piz­za Hut de Neuil­ly pour pay­er ses études ;
  • 2005 : il écrit et développe la série télévisée « Divine Comédie » pour Screen­run­ner pro­duc­tion ;
  • 2002–2006 : super­viseur au SAMU social de Paris ;
  • 2006 : il écrit et développe la série télévisée « Secret Médi­cal » pour Screen­run­ner pro­duc­tion ;
  • 2008 : il écrit un court métrage de for­ma­tion pour la société Quidam.

Publications

Ce qu’il gagne

Non ren­seigné.

Cepen­dant le 12/1/2016, lors d’un clash avec Audrey Pul­var sur France O, il affirme n’en avoir rien à faire d’être inter­rompu par ses invités : « je suis payé en droits d’au­teurs, donc plus ma séquence est longue, plus je casque ». Inter­rompu à plusieurs repris­es par Audrey Pul­var, il finit par renon­cer à sa chronique.

Sa nébuleuse

Anne Roumanoff, qui le lance sur la radio. Ses col­lègues de l’équipe d’Anne Roumanoff : Willy Rov­el­li, Shirley Souagnon, Chris Des­lan­des, Frédérick Sigrist, et Léa Lan­do. Patrick Cohen. Lau­rence Bloch. Les autres « humoristes » ou chroniqueurs de France Inter, dont André Manoukian, Clara Dupont-Mon­od, Guil­laume Meurice, Samir Boua­di, Thomas VDB, Nicole Fer­roni, Mar­ius Coluc­ci ou Frédéric Fromet.

Il l’a dit

« Les cathos réacs à serre-tête qui veu­lent jus­ti­fi­er leur homo­pho­bie en pré­tex­tant faire ça pour le bien de nos enfants ! », dans son spec­ta­cle Et après on va encore dire que je suis méchant, 2013

« Une béchamel qui aurait mal tourné… », c’est ain­si qu’il se définit pour Nice-pre­mi­um, 30/08/2015

« J’ai passé un été de merde. J’ai chopé un virus, j’ai eu des migraines.
T’as eu la grippe
?
Non, j’ai eu mes goss­es », France Inter, 29/08/2016

« Tom a vécu des choses très graves, il a tra­vail­lé deux ans chez Moran­di­ni, et on sait tous com­ment il fait pass­er ses cast­ings », ibid. Et pan pour la pré­somp­tion d’in­no­cence !

« L’électeur va devoir avoir une grosse résis­tance men­tale pour ne pas se retrou­ver à met­tre un bul­letin Sarkozy, Hol­lande, Jup­pé ou le Pen dans l’urne. Rap­pelons que tous ceux qui pré­ten­dent actuelle­ment avoir des solu­tions pour nous sor­tir de la merde sont pré­cisé­ment ceux qui nous y ont mis dedans. Il est donc de mon devoir, en tant qu’a­gent du ser­vice pub­lic, de vous don­ner des trucs et des astuces afin d’ap­pren­dre à sur­vivre dans l’isoloir », ibid.

« Le burki­ni est au bord de mer ce que la cig­a­rette élec­tron­ique est au tabac : tu con­tin­ues de te faire plaisir tout en faisant mine d’avoir des principes », ibid.

« Moi, le burki­ni en France, je n’en avais rien à car­rer. Et même aujour­d’hui il y a des choses sur la plage que je trou­ve bien plus choquantes. Les tongs par exem­ple c’est moche. Mais le burki­ni, ça pas­sionne l’ex­trême-droite, ces gens qui votent majori­taire­ment à toutes les élec­tions, donc il faut leur faire plaisir. Et vu que Nico­las Sarkozy en ce moment, il serait prêt à se crev­er un œil, met­tre une per­ruque blonde et appel­er Jean-Marie le Pen papa pour piquer des voix au Front Nation­al, il est allé à fond sur le sujet ».

« Le petit Jésus, qui sur la croix s’est écrié ”Père, père, pourquoi m’as-tu aban­don­né ?” On voit bien là que les auteurs du best-sell­er la Bible ont voulu nous mon­tr­er que Marie et son fils étaient le pre­mier foy­er mono­parental de l’his­toire de l’Hu­man­ité. Jésus, ado­les­cent ombrageux qu’on voit train­er avec des pros­ti­tuées, des lépreux qu’on a sou­vent pris la main dans le sac, il vire même les marchands du Tem­ple, ce qui revient à rav­ager un Auchan aujour­d’hui. Jésus aujour­d’hui, à peu de choses près, c’est Rémi Fraisse, un garçon prêt à mourir pour ses con­vic­tions », France Inter, 20/12/2016.

« Votre fils veut faire le même méti­er que vous ? Ecroc ! Non, humoriste », ibid.

« S’il fait rire son pub­lic, ça n’a rien à voir avec ce que je fais. Je suis un humoriste France Inter moi madame, un de ceux que le mag­a­zine Causeur appelle les humoristes pas drôles financés par le ser­vice pub­lic. Si j’é­tais drôle, j’au­rai le 06 de Gad Elmaleh, et le seul 06 que j’ai dans mon portable c’est celui du délégué CGT de France Inter », ibid.

« Tous les cinq ans, il faut choisir le névrosé qu’on déteste le moins; désolé, je ne peux plus ! j’ai voté Hol­lande en 2012 mais il m’a per­du en cours de man­dat; cet homme est une énigme », dans son spec­ta­cle Manuel de survie dans l’isoloir, mars 2017, Paris.

« Le dark Mr Bean qui a la joie de vivre indexée sur le taux de chô­mage », son opin­ion sur Fil­lon, tirée de son spec­ta­cle Manuel de survie dans l’isoloir (2017)

« Par­ti du gou­verne­ment pour nous expli­quer ce qu’il ferait s’il y était […] Nabil­la de la poli­tique, tout le monde en par­le mais per­son­ne ne sait pourquoi », son opin­ion sur Macron, op.cit.

« A 39 ans j’ai fait le bilan de ma con­tri­bu­tion au genre humain, c’est lam­en­ta­ble, mon exis­tence est une forme de gaspillage. En terme d’ap­port réel à l’hu­man­ité, je suis un emploi fic­tif », France Inter, 31/01/2017.

« Moi aus­si je pour­rai écrire une let­tre, non pas pour que Hol­lande se représente, parce qu’une péri­ode d’es­sai de cinq ans, les jeunes qui ren­trent sur le marché du tra­vail ils n’ont pas ça, mais pour que les autres can­di­dats ne se présen­tent pas. Et je com­mence par François Fil­lon », France Inter, 28/02/2017.

« Très cher François Fil­lon. Non pas que je tienne par­ti­c­ulière­ment à vous, mais d’après ce que je lis depuis un mois dans le Canard Enchaîné, vous nous avez coûté un paquet de pognon […] J’imag­ine sans mal que sur les marchés vous devez ren­con­tr­er des tas de vieilles dames aux cheveux bleus qui s’a­grip­pent à votre bras en vous pri­ant ”Tenez bon, ne lâchez rien, allez jusqu’au bout !” Mais n’ou­bliez pas que ces gens qui vous accos­tent sur les marchés ne tra­vail­lent plus. Une vieille mil­i­tante qui vous suit en meet­ing, c’est juste une per­son­ne qui se fait chi­er. Elle vote pour vous car elle n’a que ça à faire », ibid.

« Votre ego, dans le cas de fig­ure d’un deux­ième tour vous opposant à Mme le Pen, risque de ressem­bler à un ban­lieusard après un con­trôle de police qui a mal tourné», ibid.

« Parce que dans mon cas, je vous le dis gen­ti­ment M. Fil­lon, non seule­ment je ne voterai évidem­ment pas pour le FN, mais je préfér­erai m’ar­racher les yeux avec une pince à sor­bets plutôt que de vot­er pour vous. Donc si le FN gagne en 2017, ce ne sera pas à cause des juges, pas à cause d’un com­plot, à cause de votre pro­gramme, mais juste à cause d’un ego mal placé. Si vous voulez vrai­ment avoir la stature d’un prési­dent, faites comme François Hol­lande, retirez-vous ».

« Ce n’est pas Marine Le Pen qui pro­gresse, ce sont les autres qui bais­sent. Le FN est le pre­mier par­ti de France quand il y a 60% d’abstention », blog Scènes de Rire, Le Monde, 04/03/2017.

« On est une sorte de soins pal­li­at­ifs. Tous les qua­tre mois, il faut renou­vel­er la pre­scrip­tion, quand les gens recom­men­cent à aller mal. Les humoristes de France Inter sont un peu les doudous de la gauche ! » Ouest-France, 10/03/2017.

On a dit à son sujet

« Le noir pro­fond de son humour. Mais si la provoc’, la déri­sion et la cru­auté sont par­fois des argu­ments pub­lic­i­taires dans un paysage humoris­tique un peu trop policé et con­sen­suel, ce n’est pas le cas chez lui. La plume est acérée, le ton est vif mais on sent bien que cette méchanceté cul­tivée comme une plante vénéneuse est d’avantage une pro­tec­tion con­tre la bêtise ambiante qu’une recette de suc­cès », Le Pro­grès, 09/05/2013.

« Et s’il penche claire­ment à gauche, ça ne l’empêche pas d’allumer notre nou­veau prési­dent ou de fustiger Jean-Luc Mélen­chon. Même si l’on sent bien qu’il éprou­ve une plus grande jubi­la­tion à s’en pren­dre à la France de droite », ibid.

« D’une nature assez altru­iste, et par­ti­c­ulière­ment sen­si­ble à la détresse humaine, Frédérick Sigrist tra­vaille plusieurs années durant, de nuit, au Samu social de Paris, où il se trou­ve con­fron­té à la grande pau­vreté et où il se heurte plusieurs fois à la dif­fi­culté de faire chang­er les choses et d’aider les autres. », Nice-pre­mi­um, 30/08/15

« Sorte de Guy Bedos mod­erne, de Gas­pard Proust de gauche, Frédérick Sigrist, qui a une véri­ta­ble con­science poli­tique et sociale, n’aime rien tant que réa­gir à chaud sur l’actualité, qu’elle soit nationale ou inter­na­tionale », ibid.

« Frédérick Sigrist a excel­lé dans son spleen d’homme de gauche prêt désor­mais à vot­er à droite mais qui ne sait pas être de droite », Scènes de Rire, blog de la jour­nal­iste du Monde San­drine Blan­chard qui résume la soirée-spec­ta­cle des humoristes de France Inter (France inter généra­tion humour), 13/01/2017.

« Miroir de l’ac­tu­al­ité la plus récente, c’est un spec­ta­cle en con­stante évo­lu­tion, cor­rosif, drôle et engagé, qu’il assur­era sur la scène saint-poli­taine. Jamais le même show deux semaines de suite. Le chroniqueur acerbe de France Inter va refaire l’ac­tu­al­ité en la pas­sant à la moulinette et s’a­musera à décrypter le quo­ti­di­en. […] Dans une revue de presse ter­ri­ble­ment cynique mais dia­bolique­ment drôle, le chroniqueur à la plume trem­pée dans l’acide revis­it­era les élec­tions, les pots de vin, les émis­sions télé… sans sujet tabou », Le Télé­gramme, 09/02/2017.

Voir aussi

Related Posts

None found

Coronavirus et confinement dans les médias

Le coronavirus est légitimement au centre des analyses des médias. Comment certains essaient-ils encore d'édulcorer les faits ? Comment d'autres sont-ils rattrapés par le principe de réalité ?

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision