Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
François d’Orcival
Mis à jour le

18 août 2018

Temps de lecture : 7 minutes

François d’Orcival

À tous les carrefours de la droite

Le prési­dent du comité édi­to­r­i­al et mem­bre du con­seil de sur­veil­lance de Valeurs actuelles est un per­son­nage clef de la presse française dite « de droite ». Après une jeunesse mil­i­tante très active, il occupe une place de choix dans la société politi­co-médi­a­tique.

Famille et formation

François d’Or­ci­val, né Amau­ry de Chaunac-Lan­zac, est né le 11 févri­er 1942 à Auri­gnac, en Haute-Garonne, dans une famille aris­to­crate orig­i­naire du Périg­ord. Il est diplômé de la Sor­bonne en Let­tres et His­toire, diplômé du Cen­tre de per­fec­tion­nement des Affaires et audi­teur de l’Institut des Hautes études de défense nationale (IHEDN). Sa for­ma­tion poli­tique et jour­nal­is­tique se con­fond avec son par­cours mil­i­tant, puisqu’il s’est engagé avant même ses 18 ans dans le mou­ve­ment Jeune nation, débu­tant ain­si une longue péri­ode d’activisme qui dur­era jusqu’en 1968, date à laque­lle il entre à Valeurs actuelles. Le mag­a­zine est alors dirigé par son fon­da­teur, Ray­mond Bourgine, qui prend un fort ascen­dant sur François d’Orcival.

Parcours professionnel

À 24 ans, en 1966, François d’Orcival tra­vaille quelque temps comme sta­giaire au Spec­ta­cle du Monde et à Valeurs actuelles, puis au Nou­veau Jour­nal. En 1968, il est engagé à Valeurs actuelles par Ray­mond Bourgine, fon­da­teur du mag­a­zine, qui le nomme rédac­teur en chef en 1977. Con­traire­ment à l’idée reçue, il ne par­ticipe pas à la fon­da­tion du Figaro Mag­a­zine en 1978. Bien au con­traire, l’ap­pari­tion de ce nou­veau con­cur­rent ne l’en­chante guère, d’au­tant que plusieurs rédac­teurs de Valeurs actuelles quit­tent le mag­a­zine pour rejoin­dre le Figaro Mag­a­zine, à com­mencer par Patrice de Plun­kett. Ce n’est que bien après la nor­mal­i­sa­tion idéologique du mag­a­zine et sa banal­i­sa­tion qu’il com­mence à y sign­er des chroniques, en 2005.

En 1984, il devient directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles puis, en 1990, à la mort de Ray­mond Bourgine, le rem­place à la prési­dence du direc­toire du groupe Val­monde (Valeurs actuelles, Spec­ta­cle du Monde, auquel vien­dra s’ajouter Jours de chas­se). Jusqu’en 2002, il dirige les rédac­tions de Valeurs actuelles et Spec­ta­cle du Monde, dont il pré­side encore aujourd’hui les con­férences de rédac­tion.

Depuis 1998, il est prési­dent du SPPMO, le Syn­di­cat Pro­fes­sion­nel de la Presse Mag­a­zine et d’Opinion, dont la mis­sion est de défendre la lib­erté de la presse, en s’assurant notam­ment que tous les titres sont traités de la même manière par la poste et les dis­trib­u­teurs de presse, et représen­tés auprès des instances publiques et organ­i­sa­tions pro­fes­sion­nelles. Le SPPMO regroupe 89 titres très var­iés, dont Le Nou­v­el Obser­va­teur, Le Canard enchaîné, Char­lie Heb­do, Témoignage chré­tien, L’Hebdo des social­istes, Actu­al­ité Juive Heb­do, Infor­ma­tions ouvrières, mais aus­si des jour­naux spé­cial­isés : finances, art de vivre, jeunesse, sports, etc.

De 2004 à 2006, il a égale­ment été à la tête de la FNFP, Fédéra­tion nationale de la presse française, une organ­i­sa­tion patronale de presse, qui dis­paraît en 2009.

Il est mem­bre du Comité d’Honneur de La Revue des Deux Mon­des (fondée par Marc Ladre­it de Lachar­rière) avec Alexan­dre Adler, Alain Minc, Françoise Chan­der­nagor ou encore Erik Israelewicz. Il par­ticipe chaque mois au fameux dîn­er du Cer­cle de la Revue des Deux Mon­des, organ­isé autour d’un mem­bre du gou­verne­ment au George V‑Four Sea­sons à Paris.

Cheva­lier de la Légion d’Honneur et de l’Ordre nation­al du Mérite, il est élu en juin 2008 à l’Académie des sci­ences morales et poli­tiques, au fau­teuil d’Henri Amouroux. Cette entrée à l’Institut s’est faite grâce au par­rainage et au sou­tien act­if de l’historien Jean Tulard.

En 2007, François d’Orcival pub­lie « Le Roman de l’Élysée », ce qui lui vaut de faire la présen­ta­tion en vidéo du Palais de l’Élysée sur le site Inter­net de la prési­dence, pen­dant le man­dat de Nico­las Sarkozy.

Parcours militant

Le jeune Amau­ry de Chaunac-Lan­zac s’engage très tôt en poli­tique, à la faveur des évène­ments de l’Algérie française, puisqu’avant même d’arriver à Paris il était respon­s­able de la Fédéra­tion du Sud-Ouest du mou­ve­ment nation­al­iste Jeune Nation.

En 1960, il par­ticipe à la refon­da­tion du mou­ve­ment sous le titre de la FEN (Fédéra­tion des Etu­di­ants Nation­al­istes). Il est un des rédac­teurs du texte fon­da­teur : « Le man­i­feste de la classe 60 », l’une des prin­ci­pales références de la pen­sée « nation­al­iste», inspirée par le texte de l’écrivain Robert Brasil­lach, Let­tre à un sol­dat de la classe 60.

Le philosophe Alain de Benoist, qui le ren­con­tre à ce moment-là, le décrit ain­si : « C’é­tait un garçon sym­pa­thique, aux grandes qual­ités évi­dentes – qual­ités d’écri­t­ure et qual­ités de com­man­de­ment –, et qui avait de sur­croit déjà une expéri­ence jour­nal­is­tique car il avait col­laboré au men­su­el C’est-à-dire, fondé en 1956 par Jean Fer­ré (…). Très formel, usant d’un lan­gage très policé, dans un style assez “diplo­mate”, il était beau­coup moins bohème que moi. Nous avons mis des années avant de nous tutoy­er ! Mais nous nous enten­dions à mer­veille, si bien que je suis rapi­de­ment devenu son adjoint. » (Mémoire vive, Édi­tions de Fal­lois, mai 2012)

François d’Orcival devient rédac­teur en chef des Cahiers uni­ver­si­taires, revue offi­cieuse de la FEN, qui avait pour but de lut­ter con­tre la « marx­i­sa­tion » de l’u­ni­ver­sité. Il nomme Alain de Benoist secré­taire de rédac­tion.

La FEN, sous l’impulsion notam­ment de François d’Orcival, Dominique Ven­ner et Alain de Benoist, se développe rapi­de­ment : une con­férence fédérale des respon­s­ables est organ­isée deux fois par an, et des camps écoles ont lieu chaque été.

À l’époque de l’OAS, en 1962, François d’Orcival crée avec Alain de Benoist le jour­nal France Infor­ma­tions. Sus­pec­té d’ac­tivisme, il est enfer­mé à titre préven­tif pen­dant quelques mois au camp de Saint-Mau­rice-l’Ar­doise.

Le 25 jan­vi­er 1964, c’est lui qui prononce l’ex­clu­sion de la FEN de plusieurs respon­s­ables de la sec­tion parisi­enne, dont Alain Madelin et Gérard Longuet ! « Ces élé­ments se sont déjà fait arrêter par des ron­des de police à Paris, depuis leur exclu­sion, en train de se livr­er à des actes de pur ban­ditisme rel­e­vant du droit com­mun ». Ils auraient en fait ten­té d’en­tr­er en rébel­lion con­tre d’Or­ci­val… C’est ain­si qu’ils fondèrent le mou­ve­ment Occi­dent. Con­traire­ment à ce qu’affirment sou­vent des jour­nal­istes mal infor­més, François d’Orcival n’a donc jamais été mem­bre de ce mou­ve­ment.

Collaborations

François d’Orcival a signé plusieurs ouvrages avec Fab­rice Laroche (Alain de Benoist), dont Le courage est leur patrie en 1965. Un texte qui peut se lire aujour­d’hui encore « comme une défense et illus­tra­tion des ver­tus du mil­i­tant de base. C’est aus­si un témoignage qui reste très utile pour con­naître notre état d’e­sprit du moment », selon Alain de Benoist (dans Mémoire vive, Edi­tions de Fal­lois, mai 2012). Mais aus­si : Rhodésie, pays des lions fidèles (1966) et His­toire de la Gestapo, avec Jean Mabire et André Bris­saud (1973), Les Marines à Khé Sanh (avec Jacques-François de Chaunac), Édi­tions du Rocher (1991) et Le Roman de l’Élysée, Édi­tions du Rocher (2007).

Même si les médias aux­quels il col­la­bore ne sont plus les mêmes, François d’Orcival est resté un jour­nal­iste pro­lifique. Il signe chaque semaine une chronique dans Le Figaro mag­a­zine, sur Canal Académie (le mag­a­zine des Académies sur inter­net), et rédi­ge régulière­ment arti­cles et édi­to­ri­aux dans Valeurs actuelles. Il est sou­vent invité des plateaux de télévi­sion et radio pour com­menter l’actualité poli­tique.

On peut l’écouter à la radio, le mer­cre­di à 8h50 sur France Info, dans « Le duel des édi­to­ri­al­istes » ; et à la télévi­sion le jeu­di, sur LCI, à 10h10 puis 14h10 dans « Choi­sis­sez votre camp ».

De mars 2007 à juil­let 2018 il avait une entre­prise de con­seil (SARLU) qui fai­sait 57.400 € de chiffre d’af­faires en 2016.

Ce qu’il gagne

Non ren­seigné.

Pub­li­ca­tions

  • Le Courage est leur patrie, avec Fab­rice Laroche (Alain de Benoist), 1965
  • Rhodésie, pays des lions fidèles, avec Fab­rice Laroche, 1966
  • Le Danube était noir — la cause de la Slo­vaquie indépen­dante, 1968
  • Les Marines : scènes de la vie et des com­bats du corps des Marines des États-Unis, 1971
  • His­toire de la Gestapo, avec Fab­rice Laroche, Jean Mabire et André Bris­saud, 1973
  • Les Marines à Khé Sanh, avec Jacques-François de Chaunac, 1968 ; 1991
  • Le roman de l’Elysée, Édi­tions du Rocher, 425 p., 2007
  • L’Élysée fan­tôme. Les années noires, Robert Laf­font, 2011.
  • Le nou­veau roman de l’Elysée, Édi­tions du Rocher, 2012.
  • His­toires de l’Élysée, Tem­pus, 2017, 603 pages.

Il l’a fait

Le 24 avril 2007, entre les deux tours de l’élection prési­den­tielle, c’est sous l’impulsion de François d’Orcival que Valeurs actuelles titre en une : « Pourquoi nous voterons Sarkozy » (au grand dam de cer­tains jour­nal­istes de la rédac­tion).

A la veille du 6 mai 2012, François d’Orcival sou­tient tou­jours le can­di­dat Sarkozy dans un édi­to­r­i­al engagé. En avril 2005, il signe un édi­to­r­i­al de Valeurs actuelles dans lequel il prend fait et cause pour la rat­i­fi­ca­tion du traité européen de Lis­bonne.

Il l’a dit

Au sujet de ses pre­miers engage­ments poli­tiques et de l’Algérie française : « Cela cor­re­spond à des con­vic­tions de jeunesse, au bouil­lon­nement des 20 ans. Je n’ai pas à renier cette époque, et il n’y a rien qui soit indigne. En 1962, j’ai été interné dans un camp, car j’étais Algérie française. Nous étions anti­marx­istes, mais je n’ai pas fait par­tie d’Occident. Je n’ai jamais été un extrémiste…) Tout ce que je peux dire, c’est de Gaulle avait rai­son » Le Monde, 13 févri­er 2005

Au sujet de sa pas­sion pour le jour­nal­isme : « J’ai tou­jours voulu devenir jour­nal­iste et rédi­geais mon pre­mier arti­cle pour Tintin, en 1956… J’ai con­sacré tout mon temps à la presse ; la réus­site est donc une ques­tion de tra­vail, peut-être aus­si de com­pé­tence. Une pas­sion, pas une activ­ité annexe. J’ai com­mencé par cor­riger les fautes d’orthographe. Après, c’est un choix per­son­nel : si l’on a de l’am­bi­tion et si l’on accepte de pren­dre des respon­s­abil­ités, alors on grimpe jusqu’en haut ; mais on peut aus­si préfér­er toute sa vie l’é­ti­quette de grand reporter. », entre­tien avec Etnoka.fr

Au sujet d’Hélie de Saint Marc : « Dans la cour des Invalides, le prési­dent de la République remet le grand cor­don de la grand-croix de la Légion d’hon­neur à un sol­dat à béret vert cour­bé sous le poids des saisons. A tra­vers Hélie de Saint Marc, ain­si décoré le 28 novem­bre par Nico­las Sarkozy, la République refer­mait les cica­tri­ces lais­sées dans les armées par les tragédies de 1940, de l’In­do­chine et de l’Al­gérie. Elle leur rendait ce que le gou­verneur mil­i­taire de Paris, le général Bruno Dary, a appelé “l’é­toile de l’hon­neur”. Et pas seule­ment un hom­mage. Elle éle­vait à la plus haute dig­nité de la Légion d’hon­neur un sol­dat de 89 ans qui incar­na, entre sa vingtième et sa quar­an­tième année, les moments les plus douloureux de notre his­toire : la dépor­ta­tion, l’hu­mil­i­a­tion, la prison. » Le Figaro Mag­a­zine — 3 décem­bre 2011

« Il n’y a rien de plus con­tagieux que le décourage­ment. Et ce n’est pas la révo­lu­tion des mœurs que l’on nous pré­pare qui va créer la force morale néces­saire au retour de la con­fi­ance sans laque­lle rien n’est pos­si­ble. » Valeurs Actuelles - 13 sep­tem­bre 2012

Sa nébuleuse

Non ren­seigné.

Ils ont dit

« Cha­peauté par le pro­prié­taire du mag­a­zine – le député UMP Olivi­er Das­sault – le comité édi­to­r­i­al de Valeurs Actuelles est dirigé par l’académicien Amau­ry de Chaunac-Lan­zac alias François d’Orcival. Ce jour­nal­iste régulière­ment invité dans les talk-shows notam­ment sur I>télé, LCI et France 3, a la par­tic­u­lar­ité d’avoir été un com­pagnon de route dans sa jeunesse, de divers­es mou­vances d’extrême droite ». (Oumma.com)

Crédit pho­to : Direct 8 (cap­ture d’écran)

Voir aussi

Related Posts

None found

Coronavirus et confinement dans les médias

Le coronavirus est légitimement au centre des analyses des médias. Comment certains essaient-ils encore d'édulcorer les faits ? Comment d'autres sont-ils rattrapés par le principe de réalité ?

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision