Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Benoît Duquesne
Mis à jour le

6 janvier 2015

Temps de lecture : 5 minutes

Benoît Duquesne

Un stakhanoviste au service des médias

Benoît Duquesne était un journaliste français né à Roubaix en juillet 1957 au sein d’une famille de 7 enfants, et mort brutalement d’une crise cardiaque le 4 juillet 2014 sur la péniche qu’il habitait à l’Île Saint Denis à l’âge de 56 ans.

Orig­i­naire de Glageon, son père était médecin et maire d’une com­mune du Nord. Mar­ié à une sage femme en 1980, il a eu à son tour 4 enfants, dont sa fille Marie qui est jour­nal­iste à BFMTV. Il a fait l’essentiel de sa car­rière à France 2. Homme auda­cieux et ambitieux, il est notam­ment con­nu pour avoir pour­suivi à moto la voiture de Jacques Chirac le soir du sec­ond tour des élec­tions prési­den­tielles de 1995, ten­tant en vain de recueil­lir ses impres­sions à chaud, ce qui lui avait valu le sobri­quet de l’homme à la moto. Ses proches dressent de lui le por­trait d’un jour­nal­iste pas­sion­né par son méti­er, à l’affût du scoop, tou­jours sur la brèche, prenant de très rares jours de repos. Quelques jours avant sa mort, Benoît Duquesne avait présen­té un numéro de « Com­plé­ment d’en­quête » con­sacré à BHL. Ses obsèques ont eu lieu à l’église Sainte Jeanne d’Arc à Ver­sailles, notam­ment en présence de con­frères comme Lau­rent Dela­housse, David Pujadas, Gilles Bouleau ou Jean-Pierre Elk­a­b­bach ou encore le PDG de France Télévi­sions Rémy Pflim­lin. C’est le jour­nal­iste d’Europe 1 Nico­las Poin­caré qui le rem­place à la présen­ta­tion du mag­a­zine « Com­plé­ment d’en­quête ».

Formation

Après des études sec­ondaires au lycée Saint-Joseph de Reims, il a obtenu une licence de droit à la fac­ulté de droit de Lille puis un diplôme de jour­nal­isme à l’École Supérieure de Jour­nal­isme de Lille en 1983.

Parcours

  • 1982–1988 : Reporter à Europe 1 au ser­vice des infor­ma­tions générales. Il est chargé des dossiers police et affaires et présen­ta­teur des jour­naux du matin
  • 1988–1994 : Grand reporter au ser­vice des infor­ma­tions générales chargé des ques­tions de police et des affaires, Reporter pen­dant la guerre du Golfe, la guerre en Bosnie, les événe­ments en Roumanie, les trem­ble­ments de terre en Arménie, en Iran et en Inde, Co-présen­ta­teur du mag­a­zine « A la Une » (1993), réal­isa­teur de mag­a­zines pour les émis­sions « Le Droit de savoir » et « Reportages » sur à France 2
  • 1994–1995 : Chef du ser­vice des infor­ma­tions générales à France 2
  • 1995–1997 : Co-présen­ta­teur du mag­a­zine « La France en direct »sur France 2.
  • 1995–2000 : Cor­re­spon­dant per­ma­nent à Lon­dres pour France 2
  • 1995–1997 : Rédac­teur en chef, respon­s­able du ser­vice France et Présen­ta­teur rem­plaçant des jour­naux télévisés de 13h et 20h
  • 1997–2007 : Rédac­teur en chef à France 2
  • 1997–1999 : Co-respon­s­able de la cel­lule Édi­tions spé­ciales et présen­ta­teur rem­plaçant aux jour­naux télévisés de 20h (du lun­di au jeu­di) et de 13h et 20h (le week-end)
  • 2001–2014 : Ani­me le mag­a­zine d’in­ves­ti­ga­tion « Com­plé­ment d’en­quête » sur France 2, lancé à la suite des atten­tats du 11 sep­tem­bre.
  • 2001 : Présen­ta­teur de l’émis­sion « Grand Témoin » sur BFM
  • Jan­vi­er à juil­let 2005 : Présente le JT de 13h suite au départ soudain de Christophe Hon­de­lat­te
  • 2005–2014 : Co-présen­ta­teur de l’émis­sion « Elle et nous » et ani­ma­teur du « Docu Débat » sur Pub­lic Sénat
  • 2007–2008 : Directeur de la rédac­tion d’Europe 1 en suc­ces­sion de Marc Tron­chot et Jérôme Dorville avant d’être remer­cié par Alexan­dre Bom­pard.

Ce qu’il gagne

Aucune infor­ma­tion n’a fil­tré sur Inter­net sur les revenus de Benoît Duquesne. On sait cepen­dant que le jour­nal­iste réal­i­sait des ménages, notam­ment en 2013 pour la Fédéra­tion Française du Bâti­ment. En effet, comme l’avait révélé le Canard enchaîné du 13 août 2013, il aurait ani­mé con­tre rémunéra­tion au print­emps 2013 les 24 heures du Bâti­ment, la con­ven­tion annuelle des pro­fes­sion­nels de ce secteur, en com­pag­nie de la jour­nal­iste Vir­ginie Guil­haume, alors même qu’il avait ani­mé une émis­sion de « Com­plé­ment d’en­quête » con­sacrée à la dénon­ci­a­tion des spécu­la­teurs immo­biliers. L’heb­do­madaire avait ajouté que le jour­nal­iste avait accep­té de prêter son image pour un col­loque inti­t­ulé Défendre nos entre­pris­es pour recon­stru­ire la France, organ­isé par la même Fédéra­tion du bâti­ment.

Engagement militant

Non ren­seigné

Sa nébuleuse

Benoît Duquesne était notam­ment l’a­mi de Tony Comi­ti, 64 ans, ancien reporter et cor­re­spon­dant de guerre pour TF1 et fon­da­teur de l’a­gence de presse Tony Comi­ti Pro­duc­tions qui pro­duit doc­u­men­taires et reportages d’ac­tu­al­ité pour la télévi­sion. Il était égale­ment très proche de Thier­ry Thuil­li­er, directeur des pro­grammes de France 2 depuis octo­bre 2013, qui, à sa mort, a salué « un immense pro­fes­sion­nel pas­sion­né par toutes les formes de jour­nal­isme » sur RTL.

Il l’a dit

« C’est la pre­mière fois depuis 12 ans de Com­plé­ment d’en­quête que je me heurte à un tel com­porte­ment. D’un point de vue de citoyen, je trou­ve la méth­ode scan­daleuse. En démoc­ra­tie, il est nor­mal de don­ner la parole et de débat­tre avec des gens dont vous ne partagez pas l’opin­ion. Surtout que Roger Madec a déjà débat­tu dans le passé avec Frigide Bar­jot sur le sujet. Je suis furieux. Furieux et indigné. », Inter­view pour puremedias.com en novem­bre 2012 à pro­pos de l’in­ci­dent qui s’é­tait pro­duit lors du tour­nage d’une émis­sion où il s’en­trete­nait avec Frigide Bar­jot à la mairie de 19ème arrondisse­ment de Paris. Le maire ayant décidé de couper le courant, il avait dû ter­min­er l’entretien dans l’obscurité…

Ils l’ont dit

« Pas­sion­né par la poli­tique, Benoît Duquesne était pro­fondé­ment attaché au ser­vice pub­lic, dont il était devenu un des grands vis­ages », Manuel Valls, juil­let 2014

« Benoît Duquesne était un jour­nal­iste rigoureux et exigeant qui incar­nait depuis de nom­breuses années la lib­erté d’in­for­ma­tion », François Hol­lande, juil­let 2014

« C’était un boulim­ique de tra­vail, il pas­sait ses journées en salle de mon­tage et il pou­vait tout faire remon­ter au dernier moment. Ça agaçait pas mal de reporters… Mais il était tou­jours là pour eux, il suiv­ait ses équipes au quo­ti­di­en », Tony Comi­ti, ami et con­frère de Benoît Duquesne.

« J’étais décidé à main­tenir mon refus. Et même à le faire val­oir par toutes les voies pos­si­bles, y com­pris juridiques. Et puis au fil de notre ren­con­tre quelque chose s‘est dégagé de lui, j’ai eu con­fi­ance, j’avais en face de moi un type bien et même un grand Mon­sieur. J’avais, face à moi, un homme pugnace, en pleine maîtrise de soi, et bien décidé à pos­er toutes les ques­tions qui fâchent. Il fai­sait par­tie des Grands: ceux qui tien­nent la télévi­sion pour un des beaux-arts et non pour un robi­net à images. », Bernard Hen­ri Levy, juil­let 2014 (à pro­pos de sa déci­sion de par­ticiper finale­ment à l’émis­sion « Com­plé­ment d’en­quête »)

« Pour lui il n’y avait pas de petites ou de grandes his­toires, il n’y avait que des his­toires à traiter, tout était bon à pren­dre, il était curieux de tout », Thier­ry Thuil­li­er sur RTL en juil­let 2014

« Com­plé­ment d’en­quête était son bébé de A à Z, il met­tait un point d’honneur à tra­vailler avec les équipes de France 2, sur le ser­vice pub­lic où il trou­vait une cer­taine forme de lib­erté impos­si­ble ailleurs », Thier­ry Thuil­li­er, juil­let 2014

« Il est mort le pau­vre. Il est mort la semaine dernière sur sa péniche. Crise car­diaque. Bon moi j’é­tais en procès avec lui donc j’é­tais éton­né. Peut-être qu’il a eu peur des suites juridiques il a préféré faire une crise car­diaque. Car il a quand même volé des images, recel de con­tre­façons, c’est une grosse affaire. Il est mort. Cha­cun son mode de défense. Moi j’au­rai préféré qu’il m’ap­pelle », Dieudon­né, juil­let 2014 (faisant référence au con­tentieux juridique qui l’op­po­sait à France Télévi­sions et l’émis­sion « Com­plé­ment d’en­quête » pour « vol d’im­ages »)

Crédit pho­to : DR

Voir aussi

Related Posts

None found

Coronavirus et confinement dans les médias

Le coronavirus est légitimement au centre des analyses des médias. Comment certains essaient-ils encore d'édulcorer les faits ? Comment d'autres sont-ils rattrapés par le principe de réalité ?

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision