Accueil | Actualités | Médias | Polémique après une enquête de Grazia sur la nouvelle jeunesse pro-FN
Pub­lié le 28 mai 2015 | Éti­quettes :

Polémique après une enquête de Grazia sur la nouvelle jeunesse pro-FN

Dans son édition du 13 mai dernier, Grazia s'intéressait au pouvoir d'attraction du Front National sur la jeunesse, et en particulier sur la jeunesse féminine qui se reconnaît dans la figure de Marion Maréchal-Le Pen.

Dans son enquête, le magazine dresse ainsi le portrait de plusieurs jeunes femmes, les présentant avec des illustrations dignes d'un shooting de mode. Sur les réseaux sociaux, certains internautes ont dénoncé une promotion faite au FN ainsi qu'une banalisation d'un parti jugé « d'extrême-droite ».

Du côté de la direction de Grazia, on déplore une « déformation » du sujet. À Metronews, le directeur de la rédaction, Joseph Ghosn, s'explique : « Ce n'est pas la première fois que nous nous intéressons au Front national et à la façon dont il affecte profondément la société. Ce qui nous a intéressés dans ce sujet, c'est la façon dont les jeunes sont attirés par le parti, et notamment par la figure de Marion Maréchal-Le Pen. »

Celui-ci ajoute que, « plutôt que se contenter de relayer la parole des jeunes femmes interrogées, l'hebdomadaire a engagé les services d'un politologue afin d'en décrypter le langage ». Quant à la polémique liée aux photos de mode, M. Ghosn assure que les jeunes femmes « n'ont pas posé pour Grazia. Ce ne sont pas des photos de mode, mises en scène par un photographe, mais bien la façon dont elles-mêmes ont choisi de se représenter ».

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This