Accueil | Actualités | Médias | Plus de journalistes enlevés en 2013
Pub­lié le 26 décembre 2013 | Éti­quettes :

Plus de journalistes enlevés en 2013

Comme à son habitude, Reporters sans frontières a établi son bilan 2013 de la liberté de la presse.

Selon RSF, le bilan « témoigne en 2013 d’un niveau élevé de journalistes tués dans l’exercice de leurs fonctions (71) malgré une légère baisse

(-20%) et d’une augmentation importante des enlèvements (+ 129%) ». Comme l’année précédente, les cinq pays qui jettent le plus de journalistes en prison sont la Chine, l’Érythrée, la Turquie, l’Iran et la Syrie.

Les chiffres sont évocateurs. En 2013, 71 journalistes ont été tués, soit une baisse de 20 %. Parmi eux, 39 % l’ont été en zone de conflit, 8 % d’entre eux étaient indépendants, 4 % étaient des femmes. La presse écrite est la plus touchée (37 %) suivie par la radio (30 %) et la télévision (30 %).

Aussi, 826 journalistes ont été interpellés ou arrêtés (-6%), 2160 journalistes ont été agressés ou menacés (+9%), et 87 journalistes ont été enlevés, soit une forte augmentation de 129 %. Enfin, 178 journalistes ont été emprisonnés.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux