Accueil | Actualités | Médias | Plus de journalistes enlevés en 2013
Pub­lié le 26 décembre 2013 | Éti­quettes :

Plus de journalistes enlevés en 2013

Comme à son habitude, Reporters sans frontières a établi son bilan 2013 de la liberté de la presse.

Selon RSF, le bilan « témoigne en 2013 d’un niveau élevé de journalistes tués dans l’exercice de leurs fonctions (71) malgré une légère baisse

(-20%) et d’une augmentation importante des enlèvements (+ 129%) ». Comme l’année précédente, les cinq pays qui jettent le plus de journalistes en prison sont la Chine, l’Érythrée, la Turquie, l’Iran et la Syrie.

Les chiffres sont évocateurs. En 2013, 71 journalistes ont été tués, soit une baisse de 20 %. Parmi eux, 39 % l’ont été en zone de conflit, 8 % d’entre eux étaient indépendants, 4 % étaient des femmes. La presse écrite est la plus touchée (37 %) suivie par la radio (30 %) et la télévision (30 %).

Aussi, 826 journalistes ont été interpellés ou arrêtés (-6%), 2160 journalistes ont été agressés ou menacés (+9%), et 87 journalistes ont été enlevés, soit une forte augmentation de 129 %. Enfin, 178 journalistes ont été emprisonnés.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This