Accueil | Actualités | Médias | Pierre Péan poursuivi par l’État gabonais
Pub­lié le 13 novembre 2014 | Éti­quettes :

Pierre Péan poursuivi par l’État gabonais

Pour des propos jugés « gravement diffamatoires », l'État gabonais a décidé de poursuivre le journaliste Pierre Péan.

Connu pour ses investigations, le journaliste a publié récemment un ouvrage intitulé « Nouvelles affaires africaines ». Dans celui-ci, Péan accuse notamment le président du Gabon, Ali Bongo, d'avoir falsifié de nombreux documents allant de son acte de naissance jusqu'à ses diplômes. Selon Péan, Ali Bongo n’est pas né gabonais. Il aurait été un enfant nigérian adopté par Omar Bongo pendant la guerre du Biafra. Il n’aurait en outre jamais été à l’école à Alès dans le sud de la France, comme il l’affirme, et aurait également menti sur ses diplômes.

Sous-titrée « Mensonges et pillages au Gabon », l'enquête se penche sur la fin du règne du défunt président Omar Bongo, décédé en 2009, et surtout sur les modalités d'accession au pouvoir de son fils, Ali.

Dans un communiqué, l'ambassade du Gabon à Paris explique que « la République gabonaise ne peut accepter les propos gravement diffamatoires et totalement faux tenus par Pierre Péan dans cet ouvrage », accusant le journaliste de « profonde malveillance ».

« En raison de la gravité de ces actes, les autorités gabonaises ont saisi les juridictions françaises compétentes », poursuit l'ambassade sans préciser la nature de la plainte, qui vise également l'éditeur du livre de Péan.

Crédit photo : capture d’écran vidéo Gorgui Ndoye via Youtube (DR)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This