Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Pflimlin : la question qui fâche

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

25 novembre 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Pflimlin : la question qui fâche

Pflimlin : la question qui fâche

Temps de lecture : 2 minutes

Présent mercredi dernier devant la commission des affaires culturelles et des finances de l’Assemblée nationale, le président de France Télévisions, Rémy Pflimlin, s’est vu interpellé par Isabelle Attard, député EELV du Calvados.

Celle-ci a mis mal à l’aise le patron de l’audiovisuel pub­lic en lui posant une ques­tion qui fâche : « le refus, le black­listage, le ban­nisse­ment, du “Har­ry Pot­ter du doc­u­men­taire”, j’ai nom­mé : Les Nou­veaux Chiens de garde, sor­ti en jan­vi­er 2012, réal­isé par Gilles Bal­bas­tre et Yan­nick Ker­goat, tiré d’un essai de Serge Halimi. »

En effet, seul Canal a, « sous la men­ace de résil­i­a­tion des abon­nés », dif­fusé ce doc­u­men­taire très cri­tique à l’égard du sys­tème médi­a­tique dont Pflim­lin fait, entre autres, les frais. La députée a ain­si ques­tion­né ce dernier sur les raisons de cette cen­sure. « Aviez-vous peur de faire de la pub­lic­ité déguisée pour les ménages des jour­nal­istes ? (…) Auriez-vous peur d’être exclu du cer­cle très sélect des mem­bres du Siè­cle ? », a‑t-elle demandé. « À moins que vous ne vouliez préserv­er vos bonnes rela­tions avec les grands patrons des médias », ajoute-t-elle.

Pris au dépourvu, Pflim­lin s’est engagé à ce que France Télévi­sions réponde par écrit à cette ques­tion embar­ras­sante. Mais pour l’instant, rien à sig­naler. « La cri­tique des médias serait-elle un sujet tabou sur le ser­vice pub­lic ? », s’interroge Isabelle Attard sur Twitter.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo France 4 via Youtube (DR)