Accueil | Actualités | Médias | Pflimlin : la question qui fâche
Pub­lié le 25 novembre 2013 | Éti­quettes : , , ,

Pflimlin : la question qui fâche

Présent mercredi dernier devant la commission des affaires culturelles et des finances de l’Assemblée nationale, le président de France Télévisions, Rémy Pflimlin, s’est vu interpellé par Isabelle Attard, député EELV du Calvados.

Celle-ci a mis mal à l’aise le patron de l’audiovisuel public en lui posant une question qui fâche : « le refus, le blacklistage, le bannissement, du "Harry Potter du documentaire", j’ai nommé : Les Nouveaux Chiens de garde, sorti en janvier 2012, réalisé par Gilles Balbastre et Yannick Kergoat, tiré d’un essai de Serge Halimi. »

En effet, seul Canal a, « sous la menace de résiliation des abonnés », diffusé ce documentaire très critique à l’égard du système médiatique dont Pflimlin fait, entre autres, les frais. La députée a ainsi questionné ce dernier sur les raisons de cette censure. « Aviez-vous peur de faire de la publicité déguisée pour les ménages des journalistes ? (…) Auriez-vous peur d’être exclu du cercle très sélect des membres du Siècle ? », a-t-elle demandé. « À moins que vous ne vouliez préserver vos bonnes relations avec les grands patrons des médias », ajoute-t-elle.

Pris au dépourvu, Pflimlin s’est engagé à ce que France Télévisions réponde par écrit à cette question embarrassante. Mais pour l’instant, rien à signaler. « La critique des médias serait-elle un sujet tabou sur le service public ? », s’interroge Isabelle Attard sur Twitter.

Crédit photo : capture d’écran vidéo France 4 via Youtube (DR)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This