Accueil | Actualités | Médias | Paxo, star de la BBC, tire sa révérence
Pub­lié le 22 juin 2014 | Éti­quettes : ,

Paxo, star de la BBC, tire sa révérence

Le « pitbull » Paxo, journaliste vénéré outre-Manche, a mis fin à sa trépidante carrière ce mercredi.

Pendant 25 ans, il a animé l'équivalent britannique du 20 heures (bien que diffusé à 22 heures), la « Newsnight ». Paxo, de son vrai nom Jeremy Paxman, a présenté ce mercredi sa dernière émission durant laquelle il a lâché une dernière pique à l'attention d'Ed Miliband, le leader travailliste, aussi populaire « qu’un chien qui a des flatulences dans un ascenseur » selon le journaliste.

D'un style mordant et direct, Paxo a multiplié les coups d'éclats durant sa longue carrière, au point de devenir l'un des journalistes les plus adulés dans son pays. « Il a su s’inscrire dans la grande tradition d’intégrité journalistique du média public britannique. Dans les journaux du pays, on ironisait sur les bouchons de champagne qui devaient voler mercredi soir dans les couloirs de Westminster », écrivent Les Échos.

On se souvient notamment qu'en 1997, le présentateur avait posé 12 fois exactement la même question au ministre de l'Intérieur Michel Howard, qui refusait d'y répondre. Aujourd'hui, le « pitbull » tire sa révérence, au grand dam des uns et pour le bonheur des autres.

Crédit photo : acumenimages.com via Wikimedia (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux