Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Patrick Buisson quitte la direction de la chaîne Histoire et est remplacé par Christophe Sommet

26 septembre 2018

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Patrick Buisson quitte la direction de la chaîne Histoire et est remplacé par Christophe Sommet

Patrick Buisson quitte la direction de la chaîne Histoire et est remplacé par Christophe Sommet

Personnalité discutée mais dotée d’une vraie pensée politique et d’une grande culture historique, Patrick Buisson a décidé de donner sa démission de la chaîne Histoire qu’il dirige depuis 2007. Son contrat courait jusqu’en avril 2019. Il sera remplacé par Christophe Sommet, actuellement à la tête des chaînes thématiques du groupe TF1 (Ushuaïa TV, TV Breizh, Histoire, Stylia).

Histoire d’un succès

« Patrick Buis­son a large­ment con­tribué au développe­ment et au suc­cès de la chaîne His­toire au cours de ces onze dernières années » a indiqué le groupe TF1 dans un com­mu­niqué. Un temps men­acé d’être écarté en rai­son de ses déboires judi­ci­aires – il avait été mis en exa­m­en pour recel de favoritisme, abus de biens soci­aux et détourne­ments de fonds publics dans le cadre de l’affaire des « sondages de l’Élysée » qu’il com­mandait pour sa société Pub­li­fact et revendait à l’Élysée en 2007–2012 alors qu’il con­seil­lait Nico­las Sarkozy – il a été remis en selle par ses très bons résul­tats.

En 2014, la chaîne His­toire a réal­isé 1,1 mil­lions d’euros de béné­fice pour 5 mil­lions de chiffre d’affaire et 0,2% de l’audience. Elle con­tin­u­ait à croître en atti­rant au pre­mier semes­tre 2017 2,6 mil­lions de téléspec­ta­teurs par mois (+9% sur un an), ce qui est loin d’être nég­lige­able pour une chaîne thé­ma­tique, d’autant que son audi­ence a pro­gressé de 16% chez les 25–49 ans.

Un itinéraire à travers tout l’éventail de la droite

Patrick Buis­son a obtenu une licence, puis une maîtrise d’histoire à Nan­terre. Prési­dent de la FNEF (Fédéra­tion nationale des étu­di­ants de France), il est rédac­teur en chef des Cahiers européens, puis jour­nal­iste et cor­re­spon­dant à l’Assemblée nationale de Minute (1981–1987) et très briève­ment directeur de la pub­li­ca­tion. Après 1988, il tra­vaille à Valeurs Actuelles dont il dirige six ans la rédac­tion. En 1996 il lance la revue Poli­tique opin­ion en liai­son avec les directeurs des divers insti­tuts de sondage.

Sa carrière au sein du groupe TF1

Entré dans le groupe TF1 en 1999, il était sur LCI où il a créé et ani­mé de mul­ti­ples émis­sions : Le Club de l’opin­ion (1997–2000), Poli­to­scopie (1999- 2000) puis 100 % Poli­tique (à par­tir de 2001), en com­pag­nie de David Pujadas, Un livre, un débat (2003), Ques­tions qui fâchent (2005). Il coanime, jusqu’en 2007, Poli­tique­ment Show, et l’émis­sion Ques­tions qui fâchent avec Michel Field. En 2007 il est nom­mé à la tête de la chaîne His­toire. Les jour­nal­istes Ari­ane Chemin et Vanes­sa Schnei­der dans leur biogra­phie “Le mau­vais génie”, con­sacrée à Patrick Buis­son affir­ment que cette nom­i­na­tion était due à l’appui décisif de Nico­las Sarkozy, grand ami de Mar­tin Bouygues, le pro­prié­taire de TF1.

Par­al­lèle­ment, depuis 1982 il lance sa société de con­seil poli­tique Pub­li­fact, et con­seille à divers­es épo­ques Alain Madelin, François Bay­rou, Philippe de Vil­liers – dont il dirige les cam­pagnes des européennes en 1994 et des prési­den­tielles en 1995 – puis Nico­las Sarkozy à par­tir de 2005 jusqu’à l’éclatement de l’affaire des enreg­istrements de l’Élysée en 2014. Il œuvre dès le milieu des années 1980 à l’union des droites et déclare à l’époque que « Le Pen, le RPR et le PR, c’est la droite. Sou­vent, c’est une feuille de papi­er à cig­a­rettes qui sépare les électeurs des uns ou des autres ».

Journaliste et aussi écrivain

Plus récem­ment, il s’était fait con­naître au grand pub­lic, d’abord par un grand livre qui est la somme de sa pen­sée poli­tique, La Cause du Peu­ple (Per­rin, 2016) ensuite en 2017 par un livre-fresque sur les guer­res de Vendée pré­facé par Philippe de Vil­liers (La grande his­toire des guer­res de Vendée, Per­rin, 2017).

Son rem­plaçant Christophe Som­met est aus­si un vieux routi­er des chaînes thé­ma­tiques de TF1 mais affiche un tout autre pro­fil : issu du lycée Saint-Jean de Passy, il est diplômé de l’école supérieure de com­merce de Paris après avoir fait un MBA Finance au Texas (Austin, 1996) et a tra­vail­lé d’abord comme ana­lyste financier (Schroders en 1997, Paribas en 1998), puis comme con­sul­tant (Bossard Gem­i­ni Con­sult­ing de 1998 à 2001). Respon­s­able des études stratégiques chez Bouygues SA de 2001 à 2004, il a été nom­mé secré­taire général des chaînes doc­u­men­taires Odyssée, Ushuaïa TV et His­toire dont il devient directeur adjoint en 2009 et directeur délégué de TF1 Thé­ma­tiques en 2013.

Il a lui aus­si obtenu de bons résul­tats avec ses chaînes thé­ma­tiques, avec notam­ment une pro­gres­sion con­stante de l’audience d’Ushuaïa TV (2,7 mil­lions de téléspec­ta­teurs men­su­els sur le pre­mier semes­tre 2017) et TV Breizh, en tête du classe­ment des chaines payantes français­es à égal­ité avec Paris Pre­mière (groupe M6) à 0,6% de parts de marché en juil­let 2017 et 5,7 mil­lions de téléspec­ta­teurs en moyenne par mois.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).