Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Nice : Le Patriote meurt « les armes à la main »

5 juin 2013

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Nice : Le Patriote meurt « les armes à la main »

Nice : Le Patriote meurt « les armes à la main »

Après presque 70 ans d’existence, l’hebdomadaire niçois Le Patriote a annoncé sa disparition suite à une liquidation judiciaire.

Le jour­nal avait été fondé à Nice en 1944 par des résis­tants. De graves dif­fi­cultés finan­cières ont con­duit le tri­bunal de com­merce de Nice à met­tre celui-ci en liq­ui­da­tion judi­ci­aire avec ces­sa­tion immé­di­ate d’activité. Il employ­ait six salariés. « Le Patri­ote était un autre regard sur la Côte d’Azur, une autre lec­ture de l’in­for­ma­tion depuis presque 70 ans. Avec sa dis­pari­tion, c’est le plu­ral­isme de la presse qui est attaqué une nou­velle fois », a regret­té le rédac­teur en chef, Julien Camy.

Dans sa dernière édi­tion, com­posée en urgence, Le Patri­ote a don­né la parole à ses sou­tiens de tous bor­ds. « Nous avons essayé de mourir les armes à la main comme le jour­nal était né, en 1944, dans la résis­tance », a pour­suivi M. Camy.

Les recettes pub­lic­i­taires de l’hebdomadaire étaient « sur une pente de diminu­tion de l’or­dre de 40% à 50% » selon Jack-André Closse, gérant de la SARL Le Patri­ote et directeur de la pub­li­ca­tion. « Or elles représen­tent près d’un tiers de nos recettes annuelles. Les raisons tien­nent prin­ci­pale­ment (…) aux restric­tions de bud­get des insti­tu­tion­nels », a‑t-il con­damné.

Pour la Fédéra­tion des Alpes-Mar­itimes du PCF, « une page (…) se tourne » pour les com­mu­nistes de la région.

Voir aussi : La crise du marché publicitaire se poursuit

Pho­to en Une : cap­ture d’écran site inter­net le-patriote.info

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision