Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Nice : Le Patriote meurt « les armes à la main »

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

5 juin 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Nice : Le Patriote meurt « les armes à la main »

Nice : Le Patriote meurt « les armes à la main »

Temps de lecture : 2 minutes

Après presque 70 ans d’existence, l’hebdomadaire niçois Le Patriote a annoncé sa disparition suite à une liquidation judiciaire.

Le jour­nal avait été fondé à Nice en 1944 par des résis­tants. De graves dif­fi­cultés finan­cières ont con­duit le tri­bunal de com­merce de Nice à met­tre celui-ci en liq­ui­da­tion judi­ci­aire avec ces­sa­tion immé­di­ate d’activité. Il employ­ait six salariés. « Le Patri­ote était un autre regard sur la Côte d’Azur, une autre lec­ture de l’in­for­ma­tion depuis presque 70 ans. Avec sa dis­pari­tion, c’est le plu­ral­isme de la presse qui est attaqué une nou­velle fois », a regret­té le rédac­teur en chef, Julien Camy.

Dans sa dernière édi­tion, com­posée en urgence, Le Patri­ote a don­né la parole à ses sou­tiens de tous bor­ds. « Nous avons essayé de mourir les armes à la main comme le jour­nal était né, en 1944, dans la résis­tance », a pour­suivi M. Camy.

Les recettes pub­lic­i­taires de l’hebdomadaire étaient « sur une pente de diminu­tion de l’or­dre de 40% à 50% » selon Jack-André Closse, gérant de la SARL Le Patri­ote et directeur de la pub­li­ca­tion. « Or elles représen­tent près d’un tiers de nos recettes annuelles. Les raisons tien­nent prin­ci­pale­ment (…) aux restric­tions de bud­get des insti­tu­tion­nels », a‑t-il condamné.

Pour la Fédéra­tion des Alpes-Mar­itimes du PCF, « une page (…) se tourne » pour les com­mu­nistes de la région.

Voir aussi : La crise du marché publicitaire se poursuit

Pho­to en Une : cap­ture d’écran site inter­net le-patriote.info