Accueil | Actualités | Médias | Nice : Le Patriote meurt « les armes à la main »
Pub­lié le 5 juin 2013 | Éti­quettes : ,

Nice : Le Patriote meurt « les armes à la main »

Après presque 70 ans d’existence, l’hebdomadaire niçois Le Patriote a annoncé sa disparition suite à une liquidation judiciaire.

Le journal avait été fondé à Nice en 1944 par des résistants. De graves difficultés financières ont conduit le tribunal de commerce de Nice à mettre celui-ci en liquidation judiciaire avec cessation immédiate d’activité. Il employait six salariés. « Le Patriote était un autre regard sur la Côte d'Azur, une autre lecture de l'information depuis presque 70 ans. Avec sa disparition, c'est le pluralisme de la presse qui est attaqué une nouvelle fois », a regretté le rédacteur en chef, Julien Camy.

Dans sa dernière édition, composée en urgence, Le Patriote a donné la parole à ses soutiens de tous bords. « Nous avons essayé de mourir les armes à la main comme le journal était né, en 1944, dans la résistance », a poursuivi M. Camy.

Les recettes publicitaires de l’hebdomadaire étaient « sur une pente de diminution de l'ordre de 40% à 50% » selon Jack-André Closse, gérant de la SARL Le Patriote et directeur de la publication. « Or elles représentent près d'un tiers de nos recettes annuelles. Les raisons tiennent principalement (...) aux restrictions de budget des institutionnels », a-t-il condamné.

Pour la Fédération des Alpes-Maritimes du PCF, « une page (…) se tourne » pour les communistes de la région.

Voir aussi : La crise du marché publicitaire se poursuit

Photo en Une : capture d'écran site internet le-patriote.info

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux