Accueil | Actualités | Médias | New York Post : la Une qui choque
Pub­lié le 6 décembre 2012 | Éti­quettes :

New York Post : la Une qui choque

On se souvient tous des couvertures racoleuses du New York Post (NYP) lors de l'affaire DSK (Ex : « The Perv »). Le plus ancien quotidien américain encore publié a refait parler de lui ce mardi en publiant en Une la photo d'un homme tombé sur les voies du métro sur le point de mourir, écrasé par un train.

« Condamné » titre le journal, dont le propriétaire n'est autre que le groupe News Corp. « Poussé sur la voie, cet homme va mourir », sous-titre-t-il. Agressé puis poussé sur les rails par un clochard d’une trentaine d’années, Ki Suk Han, 58 ans, n’a en effet pas réussi à remonter sur le quai avant l'entrée du métro en station et est mort des suites de la collision. Une telle Une n'a laissé personne indifférent : les médias doivent-ils tout montrer ? Le photographe, R. Omar Abbasi, au lieu de photographier la scène, n'aurait-il pas pu essayer d’aider le malheureux à remonter sur le quai ?

Ce dernier, pigiste au NYP, explique avoir « couru vers le train en actionnant son flash à plusieurs reprises pour avertir le conducteur ». « Je me suis mis à courir, espérant que le conducteur verrait mon flash », assure-t-il. Il continue : « Je n'avais aucune idée de ce que je prenais en photos. Je n'étais même pas sûr qu'il enregistrait quelque chose. » R. Omar Abbasi, que ses confrères photographes pour tabloïds soutiennent, dit avoir eu 22 secondes seulement entre le moment où l'homme a crié, ce qui a attiré son attention, et le choc mortel. « La victime était si loin de moi, j'étais déjà trop loin pour l'atteindre quand j'ai commencé à courir. » Il insiste : « La vérité est que je ne pouvais pas atteindre cet homme, si j'avais pu, je l'aurais fait ».

Crédit photo : DR

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux