Accueil | Actualités | Médias | Molenbeek : quand la presse belge s’emmêle les pinceaux…
Pub­lié le 3 avril 2016 | Éti­quettes : ,

Molenbeek : quand la presse belge s’emmêle les pinceaux…

Les identitaires européens avaient prévu une grande manifestation à Molenbeek le samedi 2 avril 2016, manifestation qui a été interdite par le Bourgmestre Françoise Schepmans.

Suite à cette interdiction, Génération Identitaire a invité ses militants à ne pas se rendre à Molenbeek.

Ce samedi 2 avril, un énorme déploiement militaire était sur place pour éviter que quelques manifestants ne s’y rendent malgré l’interdiction.

La machine à désinformer s’est rapidement mise à tourner, les médias sur place faisant l’amalgame entre islamistes et musulmans alors que la manifestation visait clairement à « expulser les islamistes »

Molenbeek : quand la presse belge s’emmêle les pinceaux…

RTL.be n'hésite pas à amalgamer les islamistes aux musulmans

Très peu de manifestants étaient en réalité présents sur place. Ceux qui y étaient ont très vite été interpelés par la police et la machine à désinformer s’est mise à tourner à plein régime : « Molenbeek: la police a interpellé des militants d’extrême droite armés », titrait Le Soir. Quand RTL Info titrait : « Molenbeek : la police interpelle des militants d'extrême droite en marge de la manifestation interdite ». En lisant l’article, on apprenait que les militants étaient au nombre de deux … et que leurs « armes » étaient des « sprays lacrymogènes » (certes interdits en Belgique).

Molenbeek: la police a interpellé des militants d’extrême droite armés... d'un spray lacrymogène !

Traduction : la police a interpellé DEUX militants d’extrême droite armés... d'un SPRAY LACRYMOGÈNE !

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This