Accueil | Actualités | Médias | Méluche et L’Express
Pub­lié le 21 juin 2013 | Éti­quettes : , ,

Méluche et L’Express

Jean-Luc Mélenchon et les journalistes, ce n'est pas vraiment (du moins, officiellement) une histoire d'amour. L'Express en a fait les frais récemment.

En effet, le chef de file du Front de Gauche a refusé de déjeuner avec un journaliste de L'Express, le 14 juin dernier. Selon Le Lab, « les autres journalistes invités ont, du coup, "par solidarité", annulé leur déjeuner ».

Pour L'Express, la décision est d'autant plus incompréhensible que « Mélenchon avait de bonnes raisons d'en vouloir à notre confrère Benjamin Sportouch... puisqu'il ne le connaît pas, ne l'a pas rencontré une seule fois et que ce dernier n'a jamais écrit sur l'ancien candidat à l’Élysée ».

Il est vrai que le contentieux entre Mélenchon et L'Express n'est pas nouveau. En janvier 2011, l'homme politique n'avait pas apprécié un dessin de Plantu, paru dans l'hebdomadaire, l'associant à Marine Le Pen. Un an plus tard, durant sa campagne législative, le même Mélenchon avait qualifié l'Express de « journal fasciste » et son journaliste Tugdual Denis de « sale petit espion », l'accusant d'être « lié personnellement à l’extrême droite ». Mélenchon avait d'ailleurs confirmé ses propos dans un billet sur son blog, qualifiant L'Express et Le Parisien de « journaux proches du Front national du fait de leurs lecteurs ».

Et dans la bouche de Mélenchon, on est prié de croire que ce n'est pas un compliment !

Source : L'Express - crédit photo : azety via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This