Accueil | Actualités | Médias | Marion Le Pen blacklistée par la presse régionale ?
Pub­lié le 5 mars 2013 | Éti­quettes : , ,

Marion Le Pen blacklistée par la presse régionale ?

Dans un communiqué de presse publié le 1er mars dernier, Marion Maréchal-Le Pen, députée de la troisième circonscription du Vaucluse, accuse la presse quotidienne régionale de son département, et nommément La Provence et Vaucluse matin, de manque d’objectivité à son égard.

Selon elle, ces journaux consacrent « très régulièrement des articles au député UMP de la 5ème circonscription du Vaucluse, Julien Aubert, probable candidat à la mairie de Carpentras » qui est « consulté et interrogé quasi-systématiquement sur les grands sujets du département » et qui « bénéficie d’une couverture très large ». A l’inverse, Marion Maréchal-Le Pen, « également députée, et donc tout aussi légitime », ferait l’objet « d’un black-out total dans la presse locale du Vaucluse depuis plusieurs mois ».

Le député FN cite en exemple un article de La Provence daté du 1er mars présentant Julien Aubert comme « l’un des dix députés les plus actifs » à l’Assemblée nationale, ce qui selon elle est une manière de voir les choses qui traduit une « méconnaissance du fonctionnement de l’Assemblée nationale ». En effet, toujours d’après Marion Maréchal-Le Pen, Julien Aubert étant « député d’un groupe de 200 élus », il n’a qu’à « cosigner des textes que d’autres rédigent pour en porter les lauriers » là où elle, « unique députée Front National » revendique la paternité d’un travail de fond menée à l’Assemblée. « Il serait dès lors bon que la presse française fasse preuve de l’objectivité nécessaire dans le traitement des élus, en particulier en vue des prochaines échéances municipales, sauf à vouloir à tout prix créer les conditions d’un scrutin déloyal », conclut la jeune députée de 24 ans.

Crédit photo : Rémi Noyon via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This