Accueil | Actualités | Médias | Marion Le Pen blacklistée par la presse régionale ?
Pub­lié le 5 mars 2013 | Éti­quettes : , ,

Marion Le Pen blacklistée par la presse régionale ?

Dans un communiqué de presse publié le 1er mars dernier, Marion Maréchal-Le Pen, députée de la troisième circonscription du Vaucluse, accuse la presse quotidienne régionale de son département, et nommément La Provence et Vaucluse matin, de manque d’objectivité à son égard.

Selon elle, ces journaux consacrent « très régulièrement des articles au député UMP de la 5ème circonscription du Vaucluse, Julien Aubert, probable candidat à la mairie de Carpentras » qui est « consulté et interrogé quasi-systématiquement sur les grands sujets du département » et qui « bénéficie d’une couverture très large ». A l’inverse, Marion Maréchal-Le Pen, « également députée, et donc tout aussi légitime », ferait l’objet « d’un black-out total dans la presse locale du Vaucluse depuis plusieurs mois ».

Le député FN cite en exemple un article de La Provence daté du 1er mars présentant Julien Aubert comme « l’un des dix députés les plus actifs » à l’Assemblée nationale, ce qui selon elle est une manière de voir les choses qui traduit une « méconnaissance du fonctionnement de l’Assemblée nationale ». En effet, toujours d’après Marion Maréchal-Le Pen, Julien Aubert étant « député d’un groupe de 200 élus », il n’a qu’à « cosigner des textes que d’autres rédigent pour en porter les lauriers » là où elle, « unique députée Front National » revendique la paternité d’un travail de fond menée à l’Assemblée. « Il serait dès lors bon que la presse française fasse preuve de l’objectivité nécessaire dans le traitement des élus, en particulier en vue des prochaines échéances municipales, sauf à vouloir à tout prix créer les conditions d’un scrutin déloyal », conclut la jeune députée de 24 ans.

Crédit photo : Rémi Noyon via Flickr (cc)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This