Accueil | Actualités | Médias | Marchons enfants : controverse sur les chiffres et les images
Pub­lié le 24 janvier 2020 | Éti­quettes : , ,

Marchons enfants : controverse sur les chiffres et les images

Le collectif « Marchons enfants » regroupant 22 associations, dont La Manif pour tous et Alliance Vita, organisait dimanche 19 janvier 2020 sa deuxième manifestation nationale à Paris, après celle du 6 octobre, où avaient été annoncés 600 000 participants par les organisateurs, 74 500 selon le cabinet Occurrence – très controversé pour sa proximité avec le pouvoir – et 42 000 selon la police.

La préfecture donne plus de manifestants que le cabinet Occurrence

De l’avis de tous, il y avait moins de monde pour cette seconde date, qui précédait de quelques jours l’examen de la loi sur la PMA sans père au Sénat : mais néanmoins une foule pas négligeable, compte-tenu des grèves et du climat social français général, sans parler du froid.

La bataille des chiffres a pourtant encore fait rage, quoique les organisateurs aient renoncé à en donner eux-mêmes : le même cabinet Occurrence, qui opère pour un collectif de médias dont l’AFP, annonçait 26 000 manifestants alors que selon la préfecture de police, ils étaient 41 000, soit presque autant qu’à la précédente manifestation. Mais les choix de l’AFP faisant loi en matière de presse, c’est donc ce chiffre de 26 000 qui aura été retenu par la plupart des médias écrits, papier, web et même radio.

Images non truquées

On notera cependant une couverture plutôt correcte par les chaînes d’info et autres reporters télé sur place : « Du monde. Une centaine de cars et une vingtaine de trains ont été affrétés », affirme la journaliste de M6 en direct au Pont de l’Alma. « Les manifestants espèrent peser dans les débats parlementaires », commente de son côté BFM en direct de la manifestation.

Quoique chacun peine à donner un chiffre, circulent un peu partout des photos du terme de la manifestation : une avenue de l’Opéra entièrement occupée, pleine à craquer. Ce qui poussera les réseaux sociaux à crier à la « fake news », accusant le collectif d’avoir truqué lesdites photos, en les comparant à d’autres images où la même avenue paraît vide aux deux-tiers. Il faudra l’intervention des « débunkeurs » de 20 Minutes pour rétablir la vérité : non, les images n’ont pas été truquées : « 20 Minutes a pu se procurer le fichier original de l’image postée par La Manif pour tous sur Twitter. Le fichier ne montre pas de modifications. Quant à l’image diffusée sur Twitter, elle a seulement été légèrement éclaircie par rapport au fichier original ».

Les LGBT favorisés par la couverture médiatique

On notera qu’à l’habitude, des « contre-manifestants », issus d’organisations LGBT, auront bénéficié d’une couverture médiatique disproportionnée rapportée à leur faible présence, une centaine de personnes au maximum.

Libération, de son côté, aura choisi de titrer sur le seul incident à déplorer de toute la manif, l’agression d’un journaliste de France Inter par un groupuscule d’extrême droite.

De manière générale, sans doute parce que les grèves et les manifestants contre les retraites saturent l’espace médiatique, la manifestation aura reçu un écho très atténué par rapport aux précédentes, les médias principaux se contentant de reproduire l’AFP, sans avoir dépêché de reporter sur place.

Seuls les médias de la presse catholique, comme Famille chrétienne ou La Croix, ou classés à droite, comme Causeur ou L’Incorrect, auront réellement couvert l’événement.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This