Accueil | Actualités | Médias | Marcela Iacub flingue la « presse de gauche » dans les colonnes de… Libé
Pub­lié le 14 avril 2014 | Éti­quettes :

Marcela Iacub flingue la « presse de gauche » dans les colonnes de… Libé

« On est jamais mieux trahi que par les siens. » C'est ce qu'ont dû penser quelques-uns des derniers lecteurs du quotidien Libération en découvrant la tribune libre de Marcela Iacub parue le 11 avril et intitulée « Presse de gauche, la débandade ! »

L'écrivain et chercheur au CNRS, égérie de la gauche sociétale, se livre en effet dans cet article à une véritable diatribe contre les tares contemporaines d'une « presse de gauche » qui perd chaque jour un peu plus de lecteurs.

« Ce qui est en train de tuer la presse de gauche - car celle de droite se porte plutôt bien - c’est le politiquement correct. Et Libération, hélas, n’échappe pas à cette maladie post-coloniale. Car c’est bel et bien ainsi qu’il faut appeler ce virus mortel. » Dès l'introduction, le ton est donné...

L'auteur se lance ensuite dans un implacable réquisitoire contre le conformisme et le suivisme de la « presse de gauche » avant de conclure :

« (...) l’une des fonctions primordiales de cette presse-là est de détruire soit par l’attaque directe soit par la mise sous silence ceux qui conçoivent les choses autrement. En faisant appel à la pire tradition de la gauche « révolutionnaire », ces derniers sont vus comme des « dissidents » ou comme des « traîtres » qui doivent faire l’objet de « purges ». Et ce, non seulement pour lisser le paysage de gauche, mais aussi, pour montrer aux autres intrépides le sort qui les attend si jamais ils décident de se révolter ».

Une dénonciation qui ne dénoterait pas sous la plume d'un journaliste conservateur et dont les termes doivent résonner comme un glas aux oreilles de la rédaction de Libé qui n'en finit plus de s'enfoncer dans le marasme économique et les conflits internes.

Voir notre dossier sur Libération

Crédit photo : HenriDavel via Wikimédia (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

0% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 0€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux