Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
<span class="dquo">«</span> Mahdi », le magazine jeunesse du Hezbollah

8 décembre 2014

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | « Mahdi », le magazine jeunesse du Hezbollah

« Mahdi », le magazine jeunesse du Hezbollah

Mahdi, c’est le nom du magazine du Hezbollah à destination des enfants libanais.

Tiré à 30 000 exem­plaires, dont 26 000 sont dis­tribués dans les écoles, Mah­di pro­pose aux jeunes de 4 à 17 ans des jeux en lien avec la guerre con­tre Israël ou encore des réc­its à la gloire des com­bat­tants de l’or­gan­i­sa­tion islamiste. Le but : incul­quer l’idéolo­gie de résis­tance au sion­isme aux plus jeunes généra­tions.

« Mahdi », le magazine jeunesse du Hezbollah. Crédit photo : khaledalameddine.wordpress.com

« Mah­di », le mag­a­zine jeunesse du Hezbol­lah. Crédit pho­to : khaledalameddine.wordpress.com

On y trou­ve des his­toires fic­tives met­tant en scène des com­bat­tants, des puz­zles de guérilleros bar­bus et de mon­u­ments sacrés comme la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem, des colo­riages d’armes et de grenades, ou encore des petits jeux de labyrinthe pour appren­dre aux enfants à éviter les mines.

Par exem­ple, dans l’une des his­toires con­tées, un com­bat­tant fait explos­er une bombe con­tre une patrouille israéli­enne lors de l’oc­cu­pa­tion du sud du Liban. Dans une autre, un jeune libanais con­fie à sa mère qu’il part en opéra­tion pour « tomber en mar­tyr ». Lors de celle-ci, il tue et blesse 25 mil­i­taires israéliens.

Le Hezbol­lah, créa­tion irani­enne visant à déloger l’oc­cu­pant israélien du Liban (ce qui fut le cas en 2000), ne se prive pas de pro­mou­voir ses racines. Dans une rubrique inti­t­ulée « Le meilleur des lead­ers », l’or­gan­i­sa­tion fait la pro­mo­tion de l’ay­a­tol­lah Khome­i­ni, fon­da­teur de la République islamique d’I­ran. Mah­di com­prend égale­ment des arti­cles sur des per­son­nages et penseurs non-musul­mans tels qu’Alexan­dre Le Grand, Vic­tor Hugo, Albert Ein­stein ou encore Thomas Edi­son.

« Mahdi », le magazine jeunesse du Hezbollah. Crédit photo : khaledalameddine.wordpress.com

« Mah­di », le mag­a­zine jeunesse du Hezbol­lah. Crédit pho­to : khaledalameddine.wordpress.com

Abbas Charara, directeur général du men­su­el, explique à l’AFP vouloir « incul­quer aux enfants les valeurs de la résis­tance ». Cepen­dant, il réfute les accu­sa­tions de pro­pa­gande belliqueuse qui lui sont portées : « Nous n’encourageons pas au port d’armes, mais nous leur faisons con­naître les exploits la Résis­tance. (…) On leur dit “tout comme ces grands ont résisté et vain­cu, vous pou­vez aus­si résis­ter et vain­cre, tout d’abord en vous éduquant”. » Égale­ment inter­rogée par l’AFP, une jeune lec­trice de 8 ans con­fie « aimer les his­toires de résis­tance et les jeux sym­pas ».

Mais pour Fati­ma Charafed­dine, auteur de lit­téra­ture pour enfant, la focal­i­sa­tion de Mah­di « sur l’identité religieuse sans véri­ta­ble men­tion de l’identité libanaise pousse l’enfant à priv­ilégi­er son appar­te­nance com­mu­nau­taire à celle de son pays ». De plus, « le mag­a­zine va trop loin en plaçant les armes et la vio­lence dans l’imaginaire des enfants ». Le Hezbol­lah dis­pose égale­ment d’un site inter­net, « Ilaab wa Qawem » (« Joue et résiste »), qui pro­pose aux enfants des jeux s’in­spi­rant de ses opéra­tions mil­i­taires.

Au-delà du car­ac­tère dérangeant, voire « effrayant » selon cer­tains médias français guidés par l’AFP, de cette revue, nul doute pour­tant qu’en par­al­lèle cer­taines pub­li­ca­tions occi­den­tales banal­isant la sex­u­al­ité et même l’ho­mo­sex­u­al­ité auprès des enfants du même âge auraient de quoi défris­er la barbe des plus rad­i­caux du Hezbol­lah…

Crédit pho­to : Mah­di Mag­a­zine via Face­book (DR)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision