Accueil | Actualités | Médias | Lourd bilan pour les journalistes syriens depuis 2011
Pub­lié le 20 novembre 2014 | Éti­quettes : , ,

Lourd bilan pour les journalistes syriens depuis 2011

Selon une étude publiée sur le site du Committee to Protect Journalists, le conflit syrien se situe en troisième position mondiale en termes de journalistes tués.

Depuis le mois de mars 2011, 72 journalistes ont trouvé la mort dans ce conflit, le premier de cette longue liste étant Ferzat Jarban, reporter d'images indépendant d'origine syrienne enlevé le 19 novembre 2011.

Et si l'on s'attarde souvent sur les journalistes étrangers tombés durant cette guerre, ce sont surtout les journalistes syriens qui composent la majorité des tués. Sur les 72 recensés, 80 % sont syriens, soit 61 journalistes. Trois Français figurent au sein de ce bilan macabre : Gilles Jacquier (France 2), Rémi Ochlik (photojournaliste indépendant) et Olivier Voisin (photojournaliste indépendant).

Dans les colonnes du magazine Radio Times, le journaliste britannique Jeremy Bowen, rédacteur en chef de la division Moyen-Orient de la BBC, confie que « les menaces de l’État Islamique sont telles que même les reporters les plus entreprenants et entraînés hésitent à prendre le risque de simplement s'approcher de ce pays ».

Dans L'Express, la reporter de guerre pour TF1 Patricia Allémonière explique aussi que « dans un endroit où on peut être enlevé, 30 minutes, c'est le maximum qu'on a pour tout faire. Tout le sujet, j'entends. C'est-à-dire interviews, images, etc...Ces 30 minutes, c'est le temps pour qu'on vous repère et qu'on amène une arme ou des groupes armés ».

Des conditions difficiles qui le sont encore plus pour les journalistes indépendants. Depuis le début du conflit, 49 % des journalistes tués étaient indépendants.

Voir aussi : Syrie, premier bilan de la guerre médiatique

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.