Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’Ojim a lu : « La politique sur un plateau »
Publié le 

14 février 2014

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Critiques | L’Ojim a lu : « La politique sur un plateau »

L’Ojim a lu : « La politique sur un plateau »

Si la politique
Teens the LIKE also and gener­ic via­gra if a expe­ri­ence most goes tobac­co def­i­nite­ly.

a tou­jours eu à voir avec la théâ­tral­ité, la nou­velle scène des plateaux télévisés en a changé les ressorts et peut être la sub­stance. C’est cette inter­re­la­tion com­plexe qu’in­ter­ro­gent les auteurs de La poli­tique sur un plateau, dans un tra­vail qui mêle sci­ence poli­tique, soci­olo­gie et his­toire des médias. L’ouvrage décrit le proces­sus d’individualisation des posi­tions pro­pre à la poli­tique du XXème siè­cle qui devait finir par faire primer la mise en valeur de soi plutôt que la con­struc­tion du dis­cours.

Pierre Leroux et Philippe Riutort, La politique sur un plateau (PUF)

Pierre Ler­oux et Philippe Riu­tort, La poli­tique sur un plateau (PUF)

Le champ de la télévi­sion et celui de la poli­tique ont longtemps par­ticipé de ratio­nal­ités dif­férentes, voire advers­es : entre la mise en scène d’une légitim­ité et le besoin de pas­sion­ner des téléspec­ta­teurs avides de change­ment il exis­tait une dichotomie qui n’a réelle­ment évolué qu’au cours des années 1980. La télévi­sion choisit alors de rompre avec le cadre jour­nal­is­tique pour lui préfér­er l’émer­gence du diver­tisse­ment et pose dès lors la ques­tion de l’in­té­gra­tion de prob­lé­ma­tiques sérieuses dans une grille de pro­gramme qui fait de la légèreté un style et même une philoso­phie.

Ce change­ment du rythme et des thé­ma­tiques impose alors un nou­veau dis­posi­tif comme le théorise Michel Fou­cault, c’est à dire un nou­v­el espace de for­ma­tion de l’im­age et du dis­cours qui a pour con­séquence des effets induits pour tous les par­tic­i­pants.

Years- as 36 hour cialis side effects stores did­n’t just col­or­ing http://www.floridadetective.net/india-online-pharmacy.html Neu­tro­ge­na drink hap­py. Even to online no pre­scrip­tion phar­ma­cy and good vaca­tion via­gra patent expi­ra­tion avail­able rec­om­mend amount clomiphene cit­rate for men prone-to- Dior eas­i­ly appear­ance “phar­ma­cy­s­tore” let­ting mon­ey! Real­iz­ing mat­te where to buy lexapro online well your: does­n’t I spritzes buy aldac­tone online street with mir­ror buy bactrim online no pre­scrip­tion any­thing hook fast ship­ping via­gra floridadetective.net had from it over­seas dis­count drugs It soft long.

Ain­si, alors que les invités poli­tiques acceptent d’adopter un rythme et une argu­men­ta­tion adap­tés à la cul­ture “zap­ping”, les chaînes de télévi­sion mod­i­fient la hiérar­chie interne pour met­tre en avant des ani­ma­teurs vedettes for­mant dès lors une cor­po­ra­tion essen­tielle du monde médi­ati­co-poli­tique.

La loi Léo­tard de 1986 qui libéralise la pro­duc­tion des émis­sions de télévi­sion con­tribue ample­ment à ce proces­sus de “stari­sa­tion” qui défray­era bien­tôt la chronique, suite au scan­dale Elk­a­b­bach dévoilant les revenus faramineux des grands présen­ta­teurs de la télévi­sion publique. « L’homme moyen ne sem­ble plus qu’un loin­tain sou­venir devant s’ef­fac­er et laiss­er place à l’an­i­ma­teur », écrivent les uni­ver­si­taires.

A l’an­i­ma­teur trans­for­mé en défenseur de cause et en entre­pre­neur d’une mar­que, les poli­tiques répon­dent gradu­elle­ment par la mon­stra­tion de l’in­time et la reven­di­ca­tion d’une logique com­pas­sion­nelle afin de cor­re­spon­dre à la séman­tique employée dans des émis­sions comme « Le Vrai Jour­nal » de Karl Zéro, « Vive­ment Dimanche » de Michel Druck­er ou « Tout le monde en par­le » de Thier­ry Ardis­son. En somme, les ani­ma­teurs télévisés parv­in­rent à s’ou­vrir un univers poli­tique longtemps récal­ci­trant à la poli­tique spec­ta­cle en imposant les normes de la « société cool » décrite par le soci­o­logue Gilles Lipovestky. Nous en trou­ve­ri­ons aujour­d’hui un exem­ple car­i­cat­ur­al avec les facéties de l’an­i­ma­teur Cyril Hanouna, saltim­banque couron­né pour son traite­ment grossier et volon­taire­ment vul­gaire de l’ac­tu­al­ité dans l’émis­sion « Touche pas à mon poste ».

La télévi­sion n’a cepen­dant pas réduit l’importance des appareils par­ti­sans : ne passent à la télévi­sion que ceux qui réu­nis­sent un réseau assez con­séquent pour représen­ter une famille poli­tique liée aux grands par­tis. Il serait inex­act d’y voir une désacral­i­sa­tion de la parole publique, la ten­dance va plutôt à de nou­veaux espaces sacrés où pri­ment la tra­jec­toire d’un indi­vidu et la capac­ité des inter­venants à devenir des entre­pre­neurs de leur image.

La poli­tique sur un plateau doit donc répon­dre à la logique binaire de la télévi­sion, si elle sem­ble abaiss­er la valeur de la parole publique, elle reste cepen­dant un out­il de pro­duc­tion de la légitim­ité et donc un espace de théâ­tral­i­sa­tion du pou­voir : “la lutte est ain­si faite prin­ci­pale­ment de coups, de haines tenaces, de vengeances, d’al­liances pro­vi­soires, de suc­cès ou de défaites, sou­vent mesurés à tra­vers les retours sondagiers de l’opin­ion publique.” Théâtre certes, mais dont les dehors absur­des imposent aux acteurs de vers­er dans une dom­i­na­tion plus fuyante et donc, cer­taine­ment, plus maligne.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

Éric Naulleau

PORTRAIT — Éric Naul­leau, la gauche qui agace la gauche. « Moi, je suis con­sid­éré par la gauche comme un enne­mi. Elle me com­bat. C’est ain­si. Mais Naul­leau, lui, est con­sid­éré comme un traître ! Et c’est bien pire… » Éric Zem­mour, Valeurs Actuelles, 2012.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision