Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’hebdomadaire Marianne en cessation de paiement

5 janvier 2017

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | L’hebdomadaire Marianne en cessation de paiement

L’hebdomadaire Marianne en cessation de paiement

Rien ne va plus pour Marianne. Alors que l’hebdomadaire, en pleine forme sous le mandat de Nicolas Sarkozy, souffre depuis l’arrivée de la gauche au pouvoir, les derniers mois ont été particulièrement rudes.

Comme l’an­nonce La Cor­re­spon­dance de la Presse, le titre s’est déclaré en ces­sa­tion de paiement fin décem­bre. Jeu­di 5 jan­vi­er, le tri­bunal de com­merce de Paris doit ain­si stat­uer sur la sit­u­a­tion de l’heb­do­madaire, qui devrait être mis en redresse­ment judi­ci­aire avec pour­suite de l’ac­tiv­ité, assor­ti d’une péri­ode d’ob­ser­va­tion de 6 mois.

Si Mar­i­anne avait atteint l’équili­bre d’ex­ploita­tion en 2014, le mag­a­zine avait per­du 300 000 euros en exploita­tion en 2015, pour une perte nette de 1,35 mil­lion d’eu­ros. Une perte sim­i­laire devrait être enreg­istrée pour l’an­née 2016. Pour­tant, l’heb­do­madaire avait vu ses aides publiques aug­menter en 2015 avec 250 000 euros annuels, et s’é­tait vu attribuer 450 000 euros par le Fonds stratégique pour le développe­ment de la presse (financé par Google) pour un pro­jet numérique.

Pas de quoi échap­per longtemps à ses démons : sur les neufs pre­miers mois de 2016, la dif­fu­sion France payée a bais­sé de 8,3 % et le chiffre d’af­faires pub­lic­i­taire de 25 % sur l’an­née. Ain­si, au même titre que L’Ex­press, L’Obs, ou encore Le Point, Mar­i­anne va mal. Si le titre avait pu lim­iter la casse grâce à son posi­tion­nement répub­li­cain laïc engagé et à ses cou­ver­tures offen­sives, l’ar­rivée au print­emps 2016 de Renaud Dély à la tête de la rédac­tion (en lieu et place de Joseph Macé-Scaron) a son­né l’heure d’une ligne plus mod­érée… et moins effi­cace. Pour ne rien arranger, l’heb­do­madaire, qui avait fait de l’an­ti-sarkozysme sa spé­cial­ité, a vu son bouc-émis­saire favori élim­iné de la Pri­maire de la droite et du cen­tre…

Durant la péri­ode d’ob­ser­va­tion, Yves de Chaise­martin, prési­dent et action­naire prin­ci­pal, va met­tre donc en place un plan de redresse­ment, aug­menter le prix de vente de 3,50 à 4 euros… et espér­er que la cam­pagne des prési­den­tielles lui vienne en aide. En atten­dant, ce dernier a annon­cé le lance­ment d’un « tout nou­veau site » pour ce début d’an­née et a fait part de sa volon­té de dévelop­per les abon­nements numériques.

S’il se refuse à tout départ con­traint (et même volon­taire), M. de Chaise­martin n’ex­clut pas de négoci­er des rup­tures con­ven­tion­nelles. Pour l’heure, reste que les salaires du mois de décem­bre, tout comme le treiz­ième mois, n’ont tou­jours pas été ver­sés. Selon nos infor­ma­tions, la direc­tion avait pour­tant promis à ses salariés, dans un mail interne daté du 23 décem­bre, que « les salaires de décem­bre y com­pris le 13e mois sont assurés ». Une promesse qui pour le moment n’a pas été tenue. Lun­di, face à des salariés « pétri­fiés », Yves de Chaise­martin les a réu­nis pour ten­ter des les ras­sur­er, affir­mant que ce retard per­me­t­tait de « sauver le jour­nal ».

Au final, c’est sans salaire que la rédac­tion a dû pass­er les fêtes… avec le sen­ti­ment amer de pass­er en dernier dans l’or­dre des pri­or­ités de la direc­tion.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).