Accueil | Actualités | Médias | Les sénateurs votent pour une commission de surveillance de l’AFP
Pub­lié le 8 février 2015 | Éti­quettes :

Les sénateurs votent pour une commission de surveillance de l’AFP

Ce jeudi, malgré l'opposition du gouvernement, les sénateurs ont voté en faveur de la création d'une commission de surveillance de l'AFP, qui s'intègre dans la proposition de loi socialiste sur la modernisation du secteur de la presse.

Cette commission, qui naîtra de la fusion entre le Conseil supérieur de l'AFP et sa commission financière, devrait être chargée d'« assurer la pérennité de l'agence » et de superviser son conseil d'administration.

Par ailleurs, deux amendements de suppression ont été rejetés. Celui de Pierre Laurent (communiste), pour qui les commissions de surveillance sont avant tout « des structures inspirées du modèle privé de l'entreprise », ce qui « questionne sa pertinence pour l'AFP ». Celui également de la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, qui craint un risque juridique.

À présent, ce projet doit être, après finalisation, validé par l'Assemblée nationale.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux