Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le matin où France Inter est revenu au réel

2 mai 2018

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | not_global | Le matin où France Inter est revenu au réel

Le matin où France Inter est revenu au réel

Le 25 avril 2018, « le zoom de la rédaction » de France Inter, émission diffusée chaque jour de la semaine à 7h16 dans la Matinale semble marquer un tournant dans la ligne éditoriale de la radio.

Ce mer­cre­di 25 avril 2018, le « zoom de la rédac­tion » de la Mati­nale de France Inter, Mati­nale présen­tée par Nico­las Demor­and et Léa Salamé, est tourné vers le Séné­gal, sur le thème « Quand la dias­po­ra revient ». France Inter intè­gre le con­cept de « rem­i­gra­tion » en vari­ant la for­mule, con­cept habituelle­ment con­sid­éré, en par­ti­c­uli­er sur cette même antenne, comme étant de « droite extrême ». Un tel événe­ment méri­tait une écoute appro­fondie.

Géraldine Hallot aux manettes entre deux bobards

Ce zoom est réal­isé par Géral­dine Hal­lot, grand reporter au ser­vice reportages de France Inter depuis 2009, diplômée du Cel­sa, enseignante en sec­tion radio à l’IPJ de Paris Dauphine. Hal­lot n’est pas n’importe quelle jour­nal­iste, elle est déten­trice d’un Bobard d’or, la plus impor­tante des dis­tinc­tions à laque­lle peut pré­ten­dre un jour­nal­iste des médias offi­ciels. Son reportage du zoom du jeu­di 25 avril 2018 est ain­si annon­cé par Nico­las Demor­and : « Dakar, où vous avez ren­con­tré, Géral­dine, des repa­triés, j’ai bien dit des repa­triés (l’auditeur sent que Demor­and est con­scient de ce qui se passe), un néol­o­gisme qui désigne les immi­grés sou­vent très diplômés qui ont décidé de revenir vivre et tra­vailler dans leur pays d’origine. Au Séné­gal, ils sont de plus en plus nom­breux à faire ce choix. Avec suc­cès ».

Le Sénégal présenté comme exemple à suivre ?

Le reportage (extraits) :

« Soad Diouf a tous les attrib­uts de la femme d’affaires. Hyper­con­nec­tée, en tailleur som­bre et talons ver­tig­ineux, la poignée de main volon­taire. Elle nous reçoit au siège de son entre­prise dans le cen­tre de Dakar. Il  y a un an et demi, Soad Diouf, 32 ans, a quit­té Rouen, où elle a fait toutes ses études (en génie des sys­tèmes indus­triels) et elle est rev­enue s’installer à Dakar. Elle y a ouvert un cab­i­net d’au­dit énergé­tique, grâce notam­ment à une sub­ven­tion de 7 000 euros, ver­sée par l’Ofii (Office français de l’im­mi­gra­tion et de l’in­té­gra­tion), l’or­gan­isme qui finance les retours volon­taires. Pour Soad Diouf, le retour au pays était un “devoir moral”. Il vaut mieux ren­tr­er et dévelop­per notre pays en étant sur place, plutôt que d’en­voy­er de l’aide. (…) Un pays ne s’est jamais dévelop­pé avec de l’aide. Au départ sa famille n’é­tait pas franche­ment ravie. “Pour eux, il faut rester en Europe. C’est l’El­do­ra­do, explique-t-elle. Mais c’est un mythe. Ils adorent l’Eu­rope mais ils ne la con­nais­sent pas. Ils ne voient que les touristes qui vien­nent ici, mais quand on est en vacances, for­cé­ment, tout est par­fait !“Aujour­d’hui, Soad Diouf ne regrette pas la France, même si elle est un peu “nos­tal­gique” de la Nor­mandie ».

Pre­mières infor­ma­tions impor­tantes :

  • Le témoin est heureux d’être retournée dans son pays d’origine, après que la France ait financé toutes ses études et sub­ven­tion­né son choix rapatriement/remigration (ce dernier mot qui effraie sans doute Demor­and, n’est pas pronon­cé ).
  • C’est une immi­grée ayant con­servé son iden­tité africaine mal­gré sa jeunesse passée en France qui l’affirme et non des iden­ti­taires européens : l’Europe n’est pas un « eldo­ra­do » pour les africains ; « l’aide » européenne ne per­met pas le développe­ment. Autrement dit les poli­tiques migra­toires et de développe­ment actuelles sont com­plète­ment inutiles. Les citoyens con­tribuables seront heureux que cette réal­ité leur soit con­fir­mée sur France Inter.

« Au Séné­gal, les oppor­tu­nités de tra­vail pour ces “repa­triés” sont nom­breuses. La  crois­sance du PIB atteint 7 % et, grâce au plan Séné­gal émer­gent, lancé par le prési­dent Macky Sall, le pays est un vaste chantier. Des villes nou­velles sor­tent de terre, sur le mod­èle de ce qui s’est fait en France. Abdoulaye Ba est le directeur d’un cab­i­net de con­seil. Lui aus­si est un ancien immi­gré. Mul­ti­diplômé, il est ren­tré de France dès 2008. L’El­do­ra­do c’est l’Afrique. Parce qu’en Afrique, tout est à faire, tout est à con­stru­ire. Toutes les matières pre­mières vien­nent d’Afrique. Les Africains sont de plus en plus for­més et qual­i­fiés. Abdoulaye Ba appelle de ses voeux un “sur­saut patri­o­tique” pour que la jeunesse africaine reste chez elle. “Cha­cun peut apporter sa con­tri­bu­tion.” Il cite John Fitzger­ald Kennedy : « Ne vous deman­dez pas ce que votre pays peut faire pour vous, deman­dez-vous ce que vous pou­vez faire pour votre pays ».

Sec­on­des infor­ma­tions impor­tantes :

  • L’Afrique con­naît une crois­sance qui devrait lui per­me­t­tre de men­er elle-même sa pro­pre lutte con­tre la pau­vreté et pour son développe­ment, et donc de réguler en con­séquence sa démo­gra­phie.
  • « L’eldorado c’est l’Afrique »
  • Le « patri­o­tisme » devient, ce jeu­di 25 avril 2018, une valeur pos­i­tive sur France Inter. Il paraît alors urgent de suiv­re la recom­man­da­tion du prési­dent Kennedy et de se met­tre au ser­vice de son pays plutôt que de migr­er.

Et ce sont les immi­grés ayant remi­gré qui le dis­ent… d’autant que « le suc­cès de ceux qui sont revenus pour­rait dis­suad­er ceux qui veu­lent par­tir ».

« Ces retours sont évidem­ment loin de com­penser le nom­bre de départs vers l’Europe. Mais le suc­cès de ceux qui sont revenus pour­rait dis­suad­er ceux qui veu­lent par­tir. C’est l’avis de Moubarak Wade, patron d’une agence de com­mu­ni­ca­tion à Dakar. Il est ren­tré de France en 2012, après avoir vécu neuf ans à Nice avec un visa étu­di­ant. “Ce matin (9 avril NDLR), une pirogue a chaviré à Saint-Louis. Ces gens-là par­taient pour l’im­mi­gra­tion clan­des­tine. Il y a cinq morts”, déplore le jeune homme. “Ces jeunes-là n’ont rien com­pris. Pour par­tir, ils ont dû pay­er au moins 300 000 ou 500 000 francs CFA (760 euros)”, explique-t-il. Ils auraient pu utilis­er ce même courage, cette même hargne qu’ils ont mis pour par­tir en pirogue, pour mon­ter un busi­ness ici. L’Eu­rope est un miroir aux alou­ettes, dis­ent ces anciens immi­grés, qui, pour cer­tains, ont con­nu en France le chô­mage ou la xéno­pho­bie. Pour eux, l’avenir est claire­ment en Afrique. »

Troisièmes infor­ma­tions impor­tantes :

  • La volon­té et le courage des Africains auraient intérêt à être util­isés sur place, ain­si que l’argent qu’ils dépensent pour les passeurs, .
  • L’avenir des Africains est « en Afrique ».

Si les infor­ma­tions qui ressor­tent de ce reportage étaient dif­fusées par un site ou une per­son­ne con­sid­érés comme de droite (par France Inter), les médias hurleraient sans aucun doute au « racisme » ou à la « lep­éni­sa­tion des esprits ». Là, c’est un reportage de France Inter et ce sont les Africains remi­grés eux-mêmes qui le dis­ent : la place des Africains n’est pas en Europe, elle est en Afrique. Retour au réel pour France Inter ?

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.