Accueil | Actualités | Médias | Le Figaro victime collatérale des tensions russo-ukrainiennes
Pub­lié le 23 novembre 2014 | Éti­quettes :

Le Figaro victime collatérale des tensions russo-ukrainiennes

C'est connu depuis Sun-Tzu, la guerre ne se gagne pas qu'avec des opérations militaires, et Le Figaro vient d'en faire les frais.

En effet, le 14 novembre dernier, comme chaque week-end, lefigaro.fr met en ligne un sondage à l'intention de ses lecteurs sur une question d'actualité : « la France doit-elle livrer le navire Mistral à la Russie ? »

Le lundi suivant, le journal est contraint d'annoncer : « Le Figaro n'a pas donné les résultats de la question sur la livraison du Mistral à la Russie, en raison de fraudes ».

Les fraudes en question viennent d'Ukraine et de Russie. « En étudiant le détail du trafic, continue le journal, nous avons constaté d'importantes anomalies, signes de fraude. Par exemple, une seule adresse IP (le numéro d'identification d'un appareil informatique) russe avait voté 23 000 fois ! Côté ukrainien, une autre IP totalisait 4300 votes à elle seule ». En bref, Russes et Ukrainiens se sont mobilisés, chacun de leur côté pour influencer l'opinion française.

Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que Le Figaro est victime d'une telle affaire. Au mois de juillet dernier, toujours à l'occasion d'un sondage sur une question russo-ukrainienne, des appels au vote avaient été lancé depuis ces deux pays. A l'époque le journaliste concluait : « rien d'inédit, mais la guerre idéologique passe aussi par là ».

Source : Le Figaro - Crédit photo : bernardgrua via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

22% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 445,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux