Accueil | Actualités | Médias | Le Figaro rêve aussi d’événements
Pub­lié le 6 octobre 2015 | Éti­quettes : , ,

Le Figaro rêve aussi d’événements

De tous les grands groupes de médias généralistes, Le Figaro est l'un des seuls à ne pas disposer d'un pôle événementiel. Une lacune qui sera comblée en 2016.

Le groupe Figaro voit grand pour son futur pôle "Events" en grand. Il ambitionne de lancer l'année prochaine un catalogue de manifestations (Forums, conférences) conséquent et de dépasser amplement les modules actuels. Sous forme de conférences réservées aux abonnés, ces évènements restent très limités en taille. Ils ne dépassent jamais la cinquantaine de participants et s'adressent donc à un public trié sur le volet. C'est, de surcroît, la rédaction du Figaro qui les organise. La nouvelle activité événementielle visera elle à monter de grands événements. Elle sera intégrée aux Ateliers, la cellule "opérations spéciales" de la régie du groupe, FigaroMédias, dirigée par Aurore Domont. Signe de son ambition, Le Figaro compte recruter quatre personnes pour piloter le futur pôle. D'ores et déjà, il a débauché Aziliz de Veyrinas, en charge du "Live" de La Tribune. Cette dernière arrivera physiquement en décembre dans l'immeuble du boulevard Haussmann.

Le nouveau tropisme du Figaro pour l'événementiel n'est pas fortuit. Disposant d'une des plus belles marques de presse, le groupe compte bien venir concurrencer les titres de presse haut de gamme qui se sont lancés sur ce créneau dès 2010. Précurseurs en la matière, L'Obs et Libération réalisent plusieurs millions d'euros de recettes avec leurs forums. Le Monde organise depuis 2014 son festival culturel qui serait rentable. Les médias économiques ne sont pas en reste. Ainsi La Tribune réalise désormais près de 15% de son chiffre d'affaires sur la partie événementielle. Challenges lancera la deuxième édition du Sommet de l'économie en décembre.

Cette quête de ressources complémentaires, destinée à pallier la baisse récurrente des ventes et de la publicité, tout en faisant rayonner la marque, semble désormais se déplacer vers la francophonie. Après la première conférence débats organisée mi-septembre par Le Monde à Abidjan (Côte d'Ivoire), Libération tiendra son premier forum hors Hexagone, à Libreville au Gabon, du 9 au 10 octobre. Un vrai paradoxe pour les deux quotidiens, dénonçant à longueur de colonnes les turpitudes des présidents africains, que d'être plus ou moins sponsorisés par ces derniers. S'il s'implante lui aussi en Afrique, Le Figaro n'aura pas un tel cas de conscience. Le quotidien conservateur a toujours soutenu la françafrique.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This