Accueil | Actualités | Médias | Le Figaro : la rumeur comme information
Pub­lié le 20 février 2017 | Éti­quettes :

Le Figaro : la rumeur comme information

« La critique est aisée mais l’art est difficile » : chacun connaît l’expression forgée par un comédien du 18e siècle et depuis lors devenue un adage populaire.

La rumeur serait à l’ordre du jour sur internet, là où se développent quantité de sites et d’organes de presse qui n’auraient ni la qualité ni le sérieux ni le professionnalisme des grands médias. Il est aisé de se moquer des outils de décodage. Pourquoi ne pas leur faire tout simplement confiance dans leur classement ? Prenons un média officiel ancien, légitime, renommé, très lu, possédé par un industriel philanthrope et subventionné par un État soucieux de liberté et de diversité d’expression : Le Figaro, c’est vert sur le Decodex du Monde. Voir notre article sur ce charmant outil « De droite » et libéral mais d’un vert immaculé. Fiable. Une fiabilité du même ordre que Le Monde, Libération, Arte… Que du bon, que du vrai, que de l’info aux sources incontestables et vérifiées.

Le Figaro ça Trump énormément

C’est ainsi que dans son édition du 18 février Le Figaro publie un article intitulé Moby : ses révélations fracassantes sur Donald Trump. L’info est d’importance, Moby étant un DJ de New York adoubé par la côte Est, du coup mondialement connu dans le domaine de la musique techno et par nature une source fiable en termes d’analyse politique.

Moby, c’est sûrement du décodex vert de vert. Le DJ/fiabilité nous apprend toute une série « d’informations compromettantes » au sujet de Trump, « informations » à même d’influer sur la politique mondiale. Le président élu par le peuple américain est tenu par la Russie, laquelle le « fait chanter » et « pas seulement parce qu’il s’est fait pisser dessus par des prostituées russes mais pour des faits bien plus abominables ». Trump est de « connivence » avec le Kremlin.

Plus grave : « l’administration Trump a besoin d'une guerre, plus précisément avec l’Iran. Elle place des navires de guerre américains au large des côtes iraniennes dans l’espoir que l’Iran attaque l'un d’entre eux et donne ainsi un prétexte pour les envahir ». Le président, un mois après son élection, est un tel danger que les Républicains associés aux plus puissants industriels conservateurs ourdissent un « complot » pour conduire à son impeachment.

La conclusion du spécialiste es politique Moby est sans appel : « Nous vivons une époque terrifiante dans laquelle notre président incompétent est aux mains d’un pouvoir étranger ». On pourrait en sourire si les « informations » rapportées par Le Figaro n’avaient pas été vérifiées. Or, elles l’ont été. La preuve ? Elles proviennent de « sources sûres », suite à un séjour du DJ chez des « amis proches de la sphère politique ». Pouvions-nous en attendre moins de la part d’un journal répertorié en vert par ses confrères censeurs et chasseurs de rumeurs ? À vous de juger…

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This