Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La rue argentine a‑t-elle fêté l’élection du Pape ?

18 mars 2013

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | La rue argentine a‑t-elle fêté l’élection du Pape ?

La rue argentine a‑t-elle fêté l’élection du Pape ?

Dans leurs articles du mardi 14 mars 2013, au sujet de l’élection du nouveau pape, François Ier, originaire d’Argentine, Le Figaro et Rue89 ont livré une vision totalement différente des réactions de la rue.

Dans un papi­er inti­t­ulé « Buenos Aires en liesse après l’élec­tion du pape François », Le Figaro relate que « les fidèles de la cap­i­tale argen­tine se sont rués vers la cathé­drale dès l’an­nonce du sacre de «leur» pape, ne prê­tant qu’une oreille dis­traite aux polémiques liées au rôle du car­di­nal Bergoglio sous la dic­tature. » Et le quo­ti­di­en de recueil­lir des témoignages ent­hou­si­astes des pas­sants, par­lant égale­ment des nom­breux klax­ons enten­dus ce jour-là dans les rues de Buenos Aire.

De son côté, Rue89 préfère insis­ter sur le passé du nou­veau pape et son rôle sous la dic­tature, et décrire des rues qua­si­ment vides : « À Buenos Aires, ni mou­ve­ment de foule, ni man­i­fes­ta­tion de liesse après l’élection du car­di­nal Bergoglio, pre­mier pape lati­no-améri­cain, pre­mier jésuite… Tout juste une messe dans la cathé­drale mét­ro­pol­i­taine, à deux pas de la Casa Rosa­da, le palais du gou­verne­ment, dans un pays où les trois quarts des habi­tants se con­sid­èrent catholiques, et seule­ment 23% pra­ti­quants. »

Qui a rai­son ? Qui a tort ? Mais peut-être devrait-on se deman­der lequel des deux jour­naux est le plus anti­cléri­cal ?

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision