Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La rubrique cinéma de Robin Cannone au Figaro : humeur noire

13 juillet 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | La rubrique cinéma de Robin Cannone au Figaro : humeur noire

La rubrique cinéma de Robin Cannone au Figaro : humeur noire

Les lecteurs rassis du supposé conservateur Le Figaro doivent avaler bien des couleuvres. Derrière l’exutoire du Figaro Vox qui permet à une partie du lectorat de se défouler, nombre d’articles ne sont guère différents de ce que l’on peut lire dans Libération. Un exemple avec la critique de cinéma tenue par un certain Robin Cannone, parue le 7 juillet 2020 sous le titre « Le cinéma français a‑t-il peur du Noir ? ». Petite visite guidée du conformisme bourgeois, métissé, métisseur et métissant.

Le tabou, mon bon Monsieur, le tabou

Non, ce n’est pas le nom de la célèbre boîte de nuit sise au 33 rue Chris­tine et fer­mée en 1962. Non, c’est la « ques­tion noire » qui « reste un tabou dans le monde du sep­tième art ». D’ailleurs ce « manque de diver­sité dans le ciné­ma hexag­o­nal » avait été dénon­cé en févri­er 2020 lors de la 45e céré­monie des César. Et l’ami Robin ne peut que con­stater avec regret « la force des préjugés » qui infecte le ciné­ma.

Alors, on se métisse quand ?

Pour­tant la solu­tion existe, elle est à portée de main comme le dit un comé­di­en camer­ounais en par­lant de l’industrie du ciné­ma : « elle ne s’adapte pas à l’évolution de la société et reste dans un entre-soi qui fait que le métis­sage qu’on observe dans les rues n’est pas représen­té à l’écran ». Il suff­i­sait d’y penser, que le ciné­ma (puis le théâtre, l’art, l’université, les pou­voirs publics, Romoran­tin et in fine la France toute entière) ressem­ble au 9–3 alias le 9 cube où il fait si bon vivre.

La couleur est une construction sociale

Dans tout arti­cle qui veut faire sérieux, il faut un soci­o­logue, mieux une soci­o­logue, encore mieux une soci­o­logue dont on devine qu’elle est d’origine africaine ou proche de l’Afrique. Marie-France Mal­on­ga est une « soci­o­logue spé­cial­iste des minorités » et explique-t-elle docte­ment « le prob­lème du stéréo­type, c’est qu’on l’intériorise » il s’inscrit « dans nos imag­i­naires et nos représen­ta­tions sociales… il s’agit en fait d’une con­struc­tion sociale ». Tout bien réfléchi et en retour­nant le pro­pos, si Robin Can­none est blanc (sup­po­si­tion de notre part) c’est par con­struc­tion sociale et il pour­rait jouer avan­tageuse­ment le rôle de Béhanzin roi d’Abomey (1845–1906).

Secret de polichinelle

Un lourd secret pèse sur le ciné­ma français, Robin le révèle au lecteur effaré, un acteur noir n’est « pas assez rentable pour une agence ». La réal­isatrice (de tal­ent) Claire Denis l’a enten­du dire, « un rôle prin­ci­pal tenu par un homme ou une femme noire pou­vait être un hand­i­cap pour un film ». Elle exonère un peu sa pro­fes­sion de cette lourde respon­s­abil­ité, la ren­voy­ant à la France entière : « Il faut pos­er la ques­tion aux Français : com­ment se sen­tent-ils dans leur pays ? ». Une ques­tion sym­pa­thique mais peut-être naïve, voire dan­gereuse à un moment où ces derniers ont par­fois l’impression d’habiter un pays étranger.

Heureuse­ment « les choses changent au pays des Lumières », Omar Sy va jouer Arsène Lupin au ravisse­ment du Can­none de ser­vice. « Il ne reste plus qu’à faire pass­er le mes­sage au reste de l’industrie ciné­matographique ». Allons plus loin, il y a vrai­ment trop de vis­ages pâles dans la rubrique ciné­ma du Figaro. Robin, un bon geste : démis­sionne et fais-toi rem­plac­er par une jeune con­sœur noire. C’est pour la cause, on compte sur toi.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).