Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
La Provence, 10ème round, avantage CMA/Saadé

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

12 mai 2022

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | La Provence, 10ème round, avantage CMA/Saadé

La Provence, 10ème round, avantage CMA/Saadé

Temps de lecture : 2 minutes

C’est un combat de boxe entre poids lourds. D’un côté, Xavier Niel, le papivore (voir l’infographie ci-dessous) qui achète des médias pour que « les journalistes ne l’emmerdent pas ». De l’autre, l’armateur Rodolphe Saadé de CMA-CGM. Au milieu, les salariés du journal et les liquidateurs de l’héritage Tapie. En jeu les 89% de La Provence.

Voir aus­si : Xavier Niel, infographie

Deux votes sur cinq membres

Le con­seil d’administration compte cinq mem­bres, deux représen­tants directs de la hold­ing de Niel, le fils Tapie (Stéphane) favor­able au même camp et deux mem­bres favor­ables à Saadé : le prési­dent Jean-Christophe Ser­fati et la secré­taire générale du groupe.

Stéphane Tapie absent, avait don­né procu­ra­tion à un représen­tant de Niel, son vote n’a pas été pris en compte pas plus que celui des deux autres mem­bres pro-Niel pour con­flit d’intérêts. Ser­fati a donc annon­cé que par deux voix con­tre zéro l’offre mieux-dis­ante de Saadé (81M€ con­tre 20M€) était accep­tée, mais…

Contre-attaque de Niel

Fin du 10ème round. Niel avait gag­né le précé­dent, acculé dans les cordes, il a per­du des points. Mais pas for­cé­ment le match et pas tout de suite. Les représen­tants de la liq­ui­da­tion de Bernard Tapie, qui défend­ent les intérêts de l’État, sont repar­tis sans doute sat­is­faits. Mais Niel a con­testé une déci­sion « minori­taire » car prise par deux voix sur cinq votants pos­si­bles. C’est le tri­bunal de Bobigny qui décidera de la suite. Ou bien accepter le plan Saadé ou deman­der un nou­veau vote du con­seil d’administration. Dans tous les cas, les deux pro­tag­o­nistes en font main­tenant une affaire per­son­nelle et le com­bat juridique pour­rait con­tin­uer pour le rachat des 89% des actions qui se trou­vent dans la liq­ui­da­tion Tapie.

Voir aus­si : Le jour­nal Le Provençal et Gas­ton Def­ferre, une aven­ture papi­er exemplaire ?