Accueil | Actualités | Médias | La géographie douteuse de TF1
Pub­lié le 5 mai 2015 | Éti­quettes : ,

La géographie douteuse de TF1

Après avoir illustré le tremblement de terre au Népal avec des images d'Égypte, le 20 heures de TF1 a récidivé dans son édition du samedi 2 mai.

Comme l'a révélé le site suisse de 20 Minutes, le JT a, ce soir-là, confondu les deux villes suisses de Bâle et Genève au détour d'un reportage météorologique. « De l'autre côté de la frontière, en Suisse, les fortes précipitations ont entraîné des inondations historiques dans la région de Genève, notamment », a ainsi commenté Claire Chazal sur des images d'illustration sous-titrées : « Genève (Suisse). » Or selon 20 Minutes, qui s'appuie notamment sur la couleur verte des trams, il s'agissait en réalité de plans tournés à Bâle.

Mais Claire Chazal ne s'est pas arrêtée là. Quelques minutes plus tard, elle a mentionné une rivière... inexistante. En effet, la présentatrice évoque « l'Agave » (qui est une plante), alors que la rivière qui traverse Genève (et se jette dans le Rhône juste après le lac Léman) se nomme l'Arve...

En début de semaine déjà, le JT de TF1 avait utilisé des images d'un effondrement d'immeuble en Égypte pour illustrer un sujet sur le séisme au Népal. La séquence a depuis été retirée du « replay » du site.

Les journalistes auraient-il un problème avec la géographie ? Il y a quelques jours, c’est à l’unanimité qu’ils ont situé un naufrage de clandestins dans le « canal de Sicile » alors qu’il avait eu lieu 500 kilomètres plus au sud. Mais l’erreur, dans ce cas, était tout sauf innocente…

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This