Accueil | Actualités | Médias | La BBC veut plus de visibilité pour les LGB
Pub­lié le 19 décembre 2012 | Éti­quettes :

La BBC veut plus de visibilité pour les LGB

La BBC adore se regarder le nombril ; elle est sans arrêt agitée par des débats autour des « discriminations », ou supposées telles. Cela a concerné les minorités raciales, tout d’abord, puis, plus récemment, les femmes : âge des intervenantes, longueur de leur jupe, place des femmes de couleur… N’oublions pas que l’on peut être discriminé(e) à plus d’un titre !

Aujourd’hui, alors que le premier ministre conservateur David Cameron vient de se prononcer en faveur du mariage pour les couples de même sexe, la BBC s’inquiète de la représentation sur ses écrans des personnes LGB (lesbiennes, gay et bisexuelles). Le service public a donc commandité un énième rapport sur le sujet. Sans surprise, celui-ci, paru cette semaine, conclut que l’on n’en fait jamais assez en la matière. Les personnes LGB sont ainsi encore « relativement invisibles » et « trop souvent stéréotypées » à la télévision. Même si quelques feuilletons maison reçoivent des bons points pour avoir su, à la façon de notre « Plus belle la vie », inclure des personnages homosexuels dans leur scénario, il faut faire encore des efforts. Voici donc quelques unes des principales recommandations du rapport :

- Attention à ne pas discriminer les lesbiennes et les bi en incluant surtout des homosexuels mâles dans les fictions ou les programmes de divertissement.

- Veiller à présenter plus de personnes LGB dans tous les types d’émissions, notamment les émissions destinées aux enfants.

- Dans les programmes d’information, ne pas donner trop la parole aux points de vue « homophobes » (les homophobes étant ceux qui s’opposent au mariage gay ou à l’adoption par les couples homosexuels).

- Attention à ce que les personnes LGB présentées à la télévision ne soient pas forcément jeunes, blancs et en bonne santé, car on peut aussi être LGB vieux, de couleur et/ou handicapé.

- Enfin, ne pas prendre trop d'acteurs hétérosexuels pour jouer des personnages de fiction LGB car ceux-ci manquent de crédibilité dans ces rôles de composition ! En d’autres termes, il est tout à fait légitime qu’une personne de couleur joue un personnage d’une pièce de Shakespeare, mais pas qu’un hétérosexuel joue un personnage homosexuel…

Les « experts » ayant contribué à ce rapport, on s’en doute à la lecture de ces recommandations, étaient proposés par les associations militantes LGB elles-mêmes. Mais une question fondamentale reste cependant en suspens : pourquoi ces ligues de vertu ont-elles oublié les trans ? La transphobie n’est-elle pas une discrimination comme une autre ? Espérons qu’un nouveau rapport comblera cette insupportable lacune.

Crédit photo : kylezoa via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux