Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Karl Zéro s’est-il organisé un petit festival familial et amical payé par le contribuable à Trouville ?

28 octobre 2017

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | not_global | Karl Zéro s’est-il organisé un petit festival familial et amical payé par le contribuable à Trouville ?

Karl Zéro s’est-il organisé un petit festival familial et amical payé par le contribuable à Trouville ?

L’ex-vedette de télévision Karl Zéro organise depuis deux ans le festival du film Culte à Trouville-sur-Mer, où il est propriétaire d’une résidence secondaire. Problème : selon les détracteurs du festival (et de la mairie), c’est le contribuable qui paie les factures à rallonge d’un festival organisé entre amis et en famille. Karl Zéro se juge, lui, victime d’un clochemerle local. La mairie de Trouville-sur-Mer a lâché l’ancienne vedette… qui s’est trouvé un nouveau port d’attache à Porto-Vecchio (Corse) avec le festival du film politique.

Le Canard Enchaîné résumait l’af­faire, début octo­bre. Pour l’or­gan­i­sa­tion du fes­ti­val, Karl Zéro n’est pas allé chercher bien loin : sa femme est la prési­dente de l’as­so­ci­a­tion, sa fille, Anaïs, s’occupe des pro­gram­ma­tions, son fils, Gabin, fait la pro­mo web. Dans le jury, il a recasé tous ses copains : Joey Starr, Lau­rent Baffie, Arielle Dom­basle, Jacques Séguéla etc…

Des aides à répétition et des dépassements à rallonge

Et pour les bud­gets, ils ne sont jamais tenus. En 2016, la ville avait sub­ven­tion­né à hau­teur de 60 000 €, et avait du remet­tre 30 000 € en cat­a­stro­phe. En 2017, elle a voté 60 000 € de sub­ven­tion, et « par­al­lèle­ment, la Ville a apporté son sou­tien à Karl Zéro à tra­vers la mise à dis­po­si­tion de locaux, de matériel logis­tique ain­si que de divers­es autres aides indi­rectes » pour 20 000 €, explique le jour­nal local, Le Pays d’Auge, un biheb­do­madaire du groupe Pub­li­heb­dos (fil­iale de Ouest-France) dif­fusé en moyenne à 10 000 exem­plaires le mar­di et le ven­dre­di.

La région Nor­mandie a aligné, elle, 30 000 €. Quand on voit le nom­bre de pro­jets asso­ci­at­ifs, de repris­es ou de mod­erni­sa­tions de com­merces, de travaux qui échouent faute d’avoir obtenu au bon moment les bonnes aides, ces mon­tants lais­sent songeurs.

Cepen­dant, Karl Zéro a sol­lic­ité une ral­longe de 58 403 € pour son fes­ti­val, mal­gré une fréquen­ta­tion en demi-teinte. « La Ville a notam­ment pris en charge la loca­tion d’une tri­bune pour 9 506,40 €, une presta­tion d’hôtesses pour 5 870,79 € et une fac­ture de gar­di­en­nage pour 13 870,79 €. La val­ori­sa­tion com­prend aus­si un tra­jet en taxi d’un total de 550 € », pré­cise le jour­nal. Le maire a fait vot­er la ral­longe, mais l’op­po­si­tion comme la majorité cri­ent halte au sketch : « Où sont les comptes d’ailleurs, que j’ai réclamés de nom­breuses fois ? Sur quel doc­u­ment compt­able s’appuie-t-on ? Bref, trois jours de fes­ti­val, sans pub­lic ou presque (le con­cert de Michel Legrand étant une tout autre man­i­fes­ta­tion) à 120 000 €, cela revient pour la ville à débours­er 40 000 € par jour », s’in­surge l’élue d’op­po­si­tion Élis­a­beth Schem­la.

Dans un com­mu­niqué de presse, Karl Zéro a annon­cé la troisième édi­tion avant même le vote du con­seil munic­i­pal : « j’en prof­ite pour annon­cer dès aujourd’hui la troisième édi­tion du FIFC à Trou­ville-sur-Mer, afin d’éviter aux “mécon­tents” de pro­test­er à nou­veau en jan­vi­er prochain, comme l’an passé ». Cepen­dant le Pays d’Auge en doute : « de l’aveu même du maire, à l’issue de la séance de con­seil munic­i­pal, il sera qua­si­ment impos­si­ble d’organiser une troisième édi­tion ». Aux frais de la mairie tout au moins.

Karl Zéro, victime d’un clochemerle organisé par une presse partiale ?

Karl Zéro a répon­du au Canard Enchaîné : « j’ai 130 000 € de bud­get et je ne gagne rien. Seuls mes enfants sont payés, 1000 €, pour un vrai tra­vail ». Dans Le Pays d’Auge, il s’es­time « écœuré » par les accu­sa­tions dont il fait l’ob­jet : « Dans Le Canard Enchaîné j’ai le sen­ti­ment d’être le François Fil­lon du pau­vre et dans vos colonnes je lis que ” je fais pay­er la Ville” puis que la mairie me lâcherait. Franche­ment, quel est notre intérêt à organ­is­er ce Fes­ti­val ? On ne prend pas d’argent. On le fait vrai­ment. Cela nous mobilise trois mois. Trois mois où on n’est pas payé ».

Il explique que l’aug­men­ta­tion des dépens­es est lié à l’ap­port en indus­trie (locaux, amé­nage­ment, ser­vices) effec­tué et géré par la Ville « ce n’est pas moi qui signe les chèques. Je n’étais même pas au courant de ces dépens­es sup­plé­men­taires. Nous ne choi­sis­sons pas les entre­pris­es de sécu­rité, d’hôtesses ou de chauf­feur et ne com­man­dons pas non plus de taxi… ». C’est donc cet apport, incor­recte­ment chiffré, qui aurait fait mon­ter la fac­ture. Il détaille son bud­get : 250 000 € avec les sub­ven­tions de la ville et de la région, « les apports en échanges, gra­cieux en réal­ité, de sou­tien à notre opéra­tion de l’ensemble de nos parte­naires, qui représen­tent 80 000 €. Vous ajoutez à cela les apports des pages ven­dues dans le cat­a­logue ou la vis­i­bil­ité de mar­que, en l’occurrence cette année Viven­di au tra­vers de CNews et c’était Chanel, et cela ajoute 30 000 € ». Et insiste sur le coût médi­a­tique qui rat­trape pour Trou­ville la dif­férence de vis­i­bil­ité par rap­port à sa voi­sine Deauville. À quel prix ?

Il a répon­du aus­si à ses détracteurs sur Le Huff­in­g­ton Post, en appor­tant une pré­ci­sion éclairante : la prin­ci­pale détrac­trice de son fes­ti­val (et du maire) est une anci­enne jour­nal­iste. Ce qui pour­rait expli­quer que la presse locale a relayé avec com­plai­sance ses accu­sa­tions : « les per­son­nages: un respectable mag­is­trat à la Cour des Comptes, Maire de Trou­ville depuis bien trop longtemps au goût de sa con­seil­lère munic­i­pale d’op­po­si­tion, pré­maturé­ment retraitée d’une presse fla­geolante, qui s’est juré de le rem­plac­er. Des lus­tres qu’elle s’y emploie, ayant beau­coup de temps libre. Pour cela, bien sûr, tout lui est bon, car comme dis­ait Chirac “Plus c’est gros, plus ça passe” ! Au milieu, votre servi­teur, cible idéale pour faire les frais de l’éter­nel adage de tout con­seil munic­i­pal qui se respecte: sub­ven­tions = déra­pages! »

Il réplique avec vio­lence à la charge menée con­tre lui dans la presse locale : « les dia­logues se révè­lent affligeants de médi­ocrité. Faut dire qu’ils sont bâclés, écrits avec le coude par deux “plumi­tives”, rageuses pour d’ob­scures raisons témoignant de l’é­tat d’e­sprit rabougri qui règne tou­jours dans ces médias locaux aux ordres de céna­cles d’édiles en mal de recon­nais­sance. Même repeinte à la hâte par notre jeune prési­dent, La “France moisie” (chère à Sollers) affleure tou­jours: elle déteste tout ce qui est nou­veau, généreux ou auda­cieux. Elle sent la mort, cette France des rond-points et des bacs fleuris, des nap­per­ons sur la télé et des haines recuites, celle qui se tait et qui aime dénon­cer ».

Partir en Corse pour fuir la « France moisie » ?

Cepen­dant, il sem­ble avoir trou­vé une nou­velle mairie prête à le suiv­re : à Por­to-Vec­chio où il a eu une rési­dence sec­ondaire jusqu’en 2015. Il va y faire un fes­ti­val inter­na­tion­al du film poli­tique, une idée qui était née à Ajac­cio il y a quelques années mais n’avait pas prospéré là-bas. « Ce raout se tien­dra du 26 au 29 octo­bre, et pour la com­po­si­tion de son jury, Zéro n’a pas pris trop de risques. Y fig­ure Edmond Sime­oni, le pape vivant du nation­al­isme corse », pré­cise Le Canard Enchaîné. Il y annonce aus­si Rachi­da Dati, Jean Las­salle – vien­dra-t-il alors qu’il est pris dans la tour­mente du grand débal­lage de harceleurs sex­uels suite à l’af­faire Wein­stein ? – et Mar­lène Schi­ap­pa.

Pour cette pre­mière édi­tion du fes­ti­val, la mairie va align­er 10 000 € et son office de tourisme 50 000 €. D’autres sub­ven­tions pour­raient être obtenues grâce au mille-feuille ter­ri­to­r­i­al ; le départe­ment et la col­lec­tiv­ité ter­ri­to­ri­ale de Corse en l’oc­cur­rence, annonce Jérôme Paoli, cofon­da­teur du fes­ti­val. Qui va se dévelop­per dans la durée, explique Karl Zéro à France 3 Corse : « On a essayé d’avoir Oliv­er Stone mais c’est trop cher pour nous. Mais on l’aura à la deux­ième ou à la troisième, ce n’est pas très grave. Il y a un ciné­ma poli­tique dans le monde entier. C’est sou­vent un ciné­ma engagé ou socié­tal. L’idée c’est de les amen­er tous ici, petit à petit, et que ça devi­enne le ren­dez-vous poli­tique du ciné­ma ». The show must go on !

Crédit pho­to : Pierre Metivi­er via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision