Accueil | Actualités | Médias | Journalistes tués en 2015 : la France en troisième position
Pub­lié le 4 janvier 2016 | Éti­quettes :

Journalistes tués en 2015 : la France en troisième position

C'est un classement peu habituel que nous propose cette année l'association Reporters sans frontières.

Dans le bilan annuel des journalistes tués à travers le monde en 2015, la France se place en effet en troisième position de ce triste classement. Avec 8 journalistes tués lors de l'attaque contre Charlie Hebdo, le 7 janvier, la France est ainsi juste derrière l'Irak et la Syrie, où 9 journalistes ont été tués. Cette attaque « participe à l'inversion de la tendance de 2014 où deux tiers des reporters tués dans le monde l'avaient été en zones de conflits. Cette année, au contraire, deux tiers des journalistes tués l'ont été en temps de paix », a précisé l'organisation.

En tout, 67 journalistes ont été abattus dans le monde en raison de leur profession, auxquels s'ajoutent 27 « journalistes-citoyens » et 7 collaborateurs de médias. Un bilan quasi-stable : en 2014, 66 journalistes avaient été tués. En revanche, en incluant les « morts suspectes », RSF porte le chiffre pour 2015 à 110 tués. « Cette situation préoccupante est imputable à une violence délibérée contre les journalistes, et témoigne de l'échec des initiatives en faveur de leur protection », explique RSF.

Et de poursuivre en jugeant qu'il est « impératif de mettre en place un mécanisme concret pour l'application du droit international sur la protection des journalistes. Aujourd'hui, des groupes non étatiques perpètrent des exactions ciblées contre eux, tandis que de trop nombreux États ne respectent pas leurs obligations ». Face à cela et à « l'impunité des crimes commis contre les journalistes dans de nombreuses régions du monde », l'organisation réclame la nomination « sans tarder d'un représentant spécial pour la protection des journalistes auprès du secrétaire général des Nations Unies ».

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This