Accueil | Actualités | Médias | Islamisation à Roubaix : des journaux attaquent frontalement Valeurs Actuelles
Pub­lié le 12 mars 2015 | Éti­quettes : , ,

Islamisation à Roubaix : des journaux attaquent frontalement Valeurs Actuelles

Fait rare dans le monde de la presse : trois journaux s'en sont pris vigoureusement à un reportage de l'un de leurs confrères, mettant directement en cause son honnêteté.

Dans sa dernière édition, Valeurs Actuelles publiait un reportage de terrain à Roubaix, « la ville aux six mosquées ». Le journaliste, Pierre-Alexandre Bouclay, y décrit une « ancienne perle du Nord » devenue « laboratoire de la France d'après »« les Français ne sont plus qu'une minorité parmi d'autres ». Et l'article de dérouler le triste bilan de la ville sur le plan de l'islamisation.

Un portrait de Roubaix qui n'aura pas plu au quotidien régional La Voix du Nord, qui s'en est pris publiquement à son confrère en publiant un article de mise au point sur un reportage « truffé de clichés et de mensonges ». Tout d'abord, La Voix du Nord s'attaque à l'affirmation de M. Bouclay, photo à l'appui, selon laquelle il se trouverait rue de l'Alma des « vitrines de burqas et de hijabs » qui « donnent une idée de la mode locale ».

« Manque de chance, il n’y a aucune boutique de ce genre rue de l’Alma. La photo qui illustre le reportage a été prise rue de Lannoy, à l’autre bout de Roubaix… », répond le quotidien. En somme, celui-ci, qui prétend attaquer Valeurs Actuelles sur des « mensonges », commence sa contre-enquête par... une erreur de nom de rue, qui n'enlève rien à la présence importante de boutiques vendant des burqas.

Deuxième point abordé : les « mystérieux accompagnateurs du journaliste ». En effet, dans le reportage de VA, Pierre-Alexandre Bouclay évoque un incident survenu rue de l'Alma, où la voiture dans laquelle il se trouvait en compagnie de ses accompagnateurs a été attaquée par des dealers qui ont brisé leur vitre arrière.

« On ne sait pas si ce fait est exact, mais ce qu’oublie de préciser l’article, c’est que ces "accompagnateurs" ne sont autres que les élus locaux du Front National », écrit La Voix du Nord. Ouf ! Il ne s'agissait « que » d'élus du Front National ! Tout va bien dans le meilleur des mondes... Contacté par l'Ojim, M. Bouclay précise qu'il a eu recours à trois fixeurs dont, en effet, un conseiller municipal Front National ; il nous confirme par ailleurs que les trafiquants n'avaient « aucun moyen de savoir qui se trouvait à bord du véhicule », et que celui-ci a été pris pour cible car « jugé suspect » (il roulait lentement) par les agresseurs. Une fois de plus, La Voix du Nord met un coup d'épée dans l'eau... et le business des dealers, bien réel, suit son cours.

Plus loin, le papier de l'hebdomadaire est également remis en cause sur les chiffres qu'il donne sur l'immigration à Roubaix. Selon l'auteur, les Français sont aujourd'hui minoritaires dans leur ville. Celui-ci s'appuie sur une source officielle tirée du livre « Le Paradoxe de Roubaix » de Philippe Aziz, qui estime à 60 % la population d'origine extra-européenne et n'a jamais été sérieusement contredit.

Pour contre-attaquer, La Voix du Nord reproche d'un air moqueur à l'auteur d'avoir interrogé un citoyen lambda, « Charles, ingénieur en retraite » sur ces chiffres, non sourcés dans l'enquête, il est vrai, mais connus des habitants. Cependant, ce retraité ne vient, dans le papier, que livrer un ressenti sur cette estimation, affirmant que, depuis, la situation a évolué en pire. À aucun moment il n'a valeur de spécialiste. Interroger les citoyens, un travail journalistique pourtant tout à fait normal mais qui interpelle visiblement le quotidien régional.

« Soyons honnêtes : il n’y a pas que des mensonges dans l’article de Valeurs Actuelles. Il y a aussi beaucoup de clichés et de raccourcis dans un reportage qui mélange pauvreté, délinquance et radicalisme religieux. De tout cela, le journaliste fait une tambouille présentant la ville comme un coupe-gorge aux mains des islamistes », explique La Voix du Nord, fière de sa contre-enquête qui n'a rien démontré...

Nord Éclair, autre quotidien régional, s'est empressé de faire l'écho du travail de son confrère, jugeant à son tour que « rendre compte de la réalité n’est sans doute pas l’objectif que se fixe Valeurs actuelles (...) qui consacre cette semaine un article au Roubaix que les extrémistes veulent voir pour illustrer leurs démonstrations tendancieuses ».

Et de conclure : « Clairement, nous ne partageons pas les mêmes valeurs. » Du côté de Libération, on a également sauté sur l'occasion pour démonter l'un des seuls hebdomadaires qui se vend en qualifiant son enquête de « fantasme ». Libé accuse VA d'« écrire tout en n'importe quoi » et rappelle que « Roubaix est régulièrement mise en avant par la droite et l'extrême droite pour appuyer les fantasmes d'"islamisation" de la France ».

En France, il est rare qu'un média mette aussi ouvertement en cause le travail d'un confrère, qui plus est d'une manière aussi offensive. Comme nous venons de le voir, cette « contre-attaque » n'aura pas apporté grand chose en matière de contradiction. Mais néanmoins une chose est sûre : dans la presse traditionnelle, il y a des sujets qui fâchent.

Crédit photo : hetstyle via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This