Accueil | Actualités | Médias | Hollande place une camarade de l’ENA à la tête du CNC
Pub­lié le 29 juin 2013 | Éti­quettes : , , ,

Hollande place une camarade de l’ENA à la tête du CNC

Alors qu’il avait si vertement critiqué les nominations de Nicolas Sarkozy dans le secteur audiovisuel, François Hollande fait de même sous sa présidence en plaçant, via sa ministre de la Culture, une ancienne camarade de promo à la tête du CNC (Centre national de la cinématographie).

Frédérique Bredin fait en effet partie de la promotion Voltaire, la même que le Chef de l’État. Elle remplace à la direction du CNC Éric Garandeau, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy dont l’évincement était à prévoir.

Frédérique Bredin est l’ancienne ministre de la Jeunesse et des Sports, de 1991 à 1993, de François Mitterrand. Elle avait été nommée à l'Inspection générale des finances par décret en janvier 2011. Elle a également été secrétaire nationale du Parti Socialiste en charge de la culture et de la communication entre 1995 et 2000, puis avait rejoint le groupe Lagardère.

« Avec Frédérique Bredin, camarade de promotion à l'Ena du chef de l'État, la direction du CNC revient donc dans le giron socialiste. On voit bien là que François Hollande adopte le mode de désignation de son prédécesseur si décrié... », écrit Emmanuel Berretta sur Lepoint.fr.

François Hollande n’en est pas à son premier « copinage ». Il avait déjà désigné Jack Lang à la tête de l'Institut Arabe, Olivier Schrameck à la tête du CSA, et enfin Ségolène Royale et Jean-Paul Huchon au conseil d’administration de la Bibliothèque publique d’information. Et ce malgré la campagne sur la « pluralité » des choix. Mais, disait Pasqua naguère : « les promesses des hommes politiques n’engagent que ceux qui les reçoivent ».

Crédit photo : Librairie Dialogue via Youtube (DR)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux