Accueil | Actualités | Médias | Guénolé viré de RMC après avoir mis en cause la BRI
Pub­lié le 25 novembre 2015 | Éti­quettes : ,

Guénolé viré de RMC après avoir mis en cause la BRI

Après sa chronique où il évoquait les dysfonctionnements de la brigade d'intervention de la police judiciaire lors des attentats du 13 novembre, Thomas Guénolé a été viré de RMC vendredi dernier.

Le 17 novembre, le politologue estimait que « les brigades d’intervention manquaient gravement d’hommes et de moyens » et que « plusieurs policiers n’avaient ni gilets pare-balles lourds, ni casques lourds ». En effet, seuls trois fonctionnaires de la BRI étaient de garde au soir du 13 novembre, a affirmé Guénolé en se basant sur des informations de La Lettre A.

Cependant, un porte-parole du syndicat Unite SGP police FO, Nicolas Comte, a rétorqué que 12 fonctionnaires étaient également d'astreinte, prêts à intervenir. Mais pour Thomas Guénolé, « de garde et d’astreinte, ce n’est pas la même chose ».

Aussitôt, de nombreuses critiques ont fusé à l'attention du politologue, notamment celles de la conseillère spéciale du ministre de l'Intérieur, Marie-Emmanuelle Assidon. Contacté par Arrêt sur images, l'auteur du livre Les jeunes de banlieues mangent-ils les enfants ? (Le bord de l'eau, 2015) confirme son licenciement et explique que, faute d'avoir reçu de courrier formel, il s'est tout de même rendu dans les locaux de la station lundi matin avant de se voir refuser l'accès au plateau.

Crédit photo : DR

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This