Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Guénolé viré de RMC après avoir mis en cause la BRI

25 novembre 2015

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Guénolé viré de RMC après avoir mis en cause la BRI

Guénolé viré de RMC après avoir mis en cause la BRI

Après sa chronique où il évoquait les dysfonctionnements de la brigade d’intervention de la police judiciaire lors des attentats du 13 novembre, Thomas Guénolé a été viré de RMC vendredi dernier.

Le 17 novem­bre, le poli­to­logue esti­mait que « les brigades d’intervention man­quaient grave­ment d’hommes et de moyens » et que « plusieurs policiers n’avaient ni gilets pare-balles lourds, ni casques lourds ». En effet, seuls trois fonc­tion­naires de la BRI étaient de garde au soir du 13 novem­bre, a affir­mé Guénolé en se bas­ant sur des infor­ma­tions de La Let­tre A.

Cepen­dant, un porte-parole du syn­di­cat Unite SGP police FO, Nico­las Comte, a rétorqué que 12 fonc­tion­naires étaient égale­ment d’as­treinte, prêts à inter­venir. Mais pour Thomas Guénolé, « de garde et d’astreinte, ce n’est pas la même chose ».

Aus­sitôt, de nom­breuses cri­tiques ont fusé à l’at­ten­tion du poli­to­logue, notam­ment celles de la con­seil­lère spé­ciale du min­istre de l’In­térieur, Marie-Emmanuelle Assi­don. Con­tac­té par Arrêt sur images, l’au­teur du livre Les jeunes de ban­lieues man­gent-ils les enfants ? (Le bord de l’eau, 2015) con­firme son licen­ciement et explique que, faute d’avoir reçu de cour­ri­er formel, il s’est tout de même ren­du dans les locaux de la sta­tion lun­di matin avant de se voir refuser l’ac­cès au plateau.

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.