Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Guénolé viré de RMC après avoir mis en cause la BRI

25 novembre 2015

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Guénolé viré de RMC après avoir mis en cause la BRI

Guénolé viré de RMC après avoir mis en cause la BRI

Après sa chronique où il évoquait les dysfonctionnements de la brigade d’intervention de la police judiciaire lors des attentats du 13 novembre, Thomas Guénolé a été viré de RMC vendredi dernier.

Le 17 novem­bre, le poli­to­logue esti­mait que « les brigades d’intervention man­quaient grave­ment d’hommes et de moyens » et que « plusieurs policiers n’avaient ni gilets pare-balles lourds, ni casques lourds ». En effet, seuls trois fonc­tion­naires de la BRI étaient de garde au soir du 13 novem­bre, a affir­mé Guénolé en se bas­ant sur des infor­ma­tions de La Let­tre A.

Cepen­dant, un porte-parole du syn­di­cat Unite SGP police FO, Nico­las Comte, a rétorqué que 12 fonc­tion­naires étaient égale­ment d’as­treinte, prêts à inter­venir. Mais pour Thomas Guénolé, « de garde et d’astreinte, ce n’est pas la même chose ».

Aus­sitôt, de nom­breuses cri­tiques ont fusé à l’at­ten­tion du poli­to­logue, notam­ment celles de la con­seil­lère spé­ciale du min­istre de l’In­térieur, Marie-Emmanuelle Assi­don. Con­tac­té par Arrêt sur images, l’au­teur du livre Les jeunes de ban­lieues man­gent-ils les enfants ? (Le bord de l’eau, 2015) con­firme son licen­ciement et explique que, faute d’avoir reçu de cour­ri­er formel, il s’est tout de même ren­du dans les locaux de la sta­tion lun­di matin avant de se voir refuser l’ac­cès au plateau.

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision