Accueil | Actualités | Médias | Guénolé viré de RMC après avoir mis en cause la BRI
Pub­lié le 25 novembre 2015 | Éti­quettes : ,

Guénolé viré de RMC après avoir mis en cause la BRI

Après sa chronique où il évoquait les dysfonctionnements de la brigade d'intervention de la police judiciaire lors des attentats du 13 novembre, Thomas Guénolé a été viré de RMC vendredi dernier.

Le 17 novembre, le politologue estimait que « les brigades d’intervention manquaient gravement d’hommes et de moyens » et que « plusieurs policiers n’avaient ni gilets pare-balles lourds, ni casques lourds ». En effet, seuls trois fonctionnaires de la BRI étaient de garde au soir du 13 novembre, a affirmé Guénolé en se basant sur des informations de La Lettre A.

Cependant, un porte-parole du syndicat Unite SGP police FO, Nicolas Comte, a rétorqué que 12 fonctionnaires étaient également d'astreinte, prêts à intervenir. Mais pour Thomas Guénolé, « de garde et d’astreinte, ce n’est pas la même chose ».

Aussitôt, de nombreuses critiques ont fusé à l'attention du politologue, notamment celles de la conseillère spéciale du ministre de l'Intérieur, Marie-Emmanuelle Assidon. Contacté par Arrêt sur images, l'auteur du livre Les jeunes de banlieues mangent-ils les enfants ? (Le bord de l'eau, 2015) confirme son licenciement et explique que, faute d'avoir reçu de courrier formel, il s'est tout de même rendu dans les locaux de la station lundi matin avant de se voir refuser l'accès au plateau.

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This