Accueil | Actualités | Médias | Gros vent pour « Ouest France »
Pub­lié le 26 septembre 2013 | Éti­quettes : ,

Gros vent pour « Ouest France »

Les difficultés de la presse écrite n’épargnent pas les titres régionaux. Ainsi, Ouest France, premier quotidien français en termes de diffusion avec plus de 750 000 exemplaires diffusés chaque jour en moyenne en 2012, connait d’importantes difficultés financières.

La direction du journal a annoncé un plan de départs volontaires concernant les ouvriers, employés et cadres. Les journalistes seraient pour le moment épargnés par ces mesures restrictives. Une situation toutefois inquiétante pour le quotidien qui emploie plus de 1500 personnes dont 550 journalistes professionnels et 2500 correspondants locaux.

Malgré d’importantes aides de l’État (plus de 15 millions d’euros entre 2009 et 2011), le grand quotidien régional peine à développer son lectorat, peut-être du fait d’un contenu éditorial trop convenu et aseptisé qui ne le différencie nullement des autres médias accessibles gratuitement. Le résultat d’exploitation fin août dernier avoisinait les – 6 millions d’euros, avec une projection pour fin décembre à – 5 millions. Selon Jacques Duquesne, le président de l’ « association pour le soutien des principes de la démocratie humaniste » qui détient 99,97% du groupe SIPA-Ouest-France, propriétaire du quotidien, « tous les efforts engagés ne suffisent pas à améliorer les résultats. L’entreprise vit un tournant, nous devons affronter ce problème et coordonner nos actions ».

Crédit photo : EdouardHue via Wikimédia (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This