Accueil | Actualités | Médias | FOG et Yves Thréard poursuivis pour injure publique et diffamation
Pub­lié le 4 février 2016 | Éti­quettes :

FOG et Yves Thréard poursuivis pour injure publique et diffamation

Mardi 2 février 2016, Franz-Olivier Giesbert et Yves Thréard passaient devant le tribunal de Marseille pour avoir formulé des critiques à l'encontre de la CGT de la compagnie maritime SNCM.

Dans Le Point du 10 juillet 2014, Franz-Olivier Giesbert expliquait : « La vérité oblige à dire que la CGT est au syndicalisme ce que le FN est à la politique. Un boulet national, une attraction universelle, une exception française. » Ce dernier ajoutait que « si les aventures de la SNCM étaient un film, le scénario aurait été écrit par Michel Audiard, l'auteur génial de cette maxime : "Les cons, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnaît" », et jugeait que la SNCM était « une sorte de bateau ivre racketté par son syndicat ».

Absent du tribunal à l'audience, il était poursuivi pour « complicité d'injure publique » envers le syndicat. « C'est une flèche empoisonnée qu'on décoche dans le cœur des syndicats », a plaidé Me Christophe Basse, qui représentait la CGT, estimant que ces propos « portent atteinte à l'honneur » de la CGT. Celui-ci a donc demandé au tribunal « d'ajouter une 22e condamnation » au casier judiciaire de l'ancien responsable de publication du Point.

Pour sa défense, Me Renaud Legunehec a déclaré qu'il s'agissait d'« un éditorial étayé, contextualisé, pas du tout une bordée d'injures comme on voudrait vous le faire croire ». Et d'ajouter : « Si on ne peut pas supporter ce genre de comparaison et de critiques, (...) il ne faut pas faire de syndicalisme. »

Pour sa part, Yves Thréard, éditorialiste du Figaro, comparaissait également, à la même audience, poursuivi en diffamation par le comité d'entreprise de la SNCM. Le 8 juillet 2014, sur la chaîne LCP, il avait estimé que la SNCM était « l'otage des syndicats avec des malversations à tous les niveaux, même au niveau (...) du comité d'entreprise avec des détournements de fonds ». Or pour son avocat, Me Silvio Rossi-Arnaud, « le CE n'est absolument pas visé, il est même présenté comme une victime » dans ces déclarations.

Les deux jugements seront rendus le 22 mars prochain.

Voir nos portraits d'Yves Thréard et de Franz-Olivier Giesbert

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This