Accueil | Actualités | Médias | Emmanuelle Béart fait condamner Le Figaro
Pub­lié le 13 décembre 2013 | Éti­quettes :

Emmanuelle Béart fait condamner Le Figaro

Pour avoir affirmé à tort qu’Emmanuelle Béart était exilée fiscale en Belgique, Le Figaro vient d’être condamné par la justice.

Le quotidien avait publié, le 9 septembre 2012, une galerie photo de personnalités intitulée « En images - Artistes, sportifs ou patrons ont en nombre élu domicile dans des contrées fiscalement plus favorables, comme la Suisse, la Belgique, les États-Unis ou encore l'Angleterre ». La comédienne y figurait, accompagnée d'un commentaire affirmant qu'elle avait « choisi de s'installer en Belgique ».

Celle-ci avait bénéficié d’un démenti publié deux jours plus tard sur le site du Figaro. Elle avait tout de même voulu porter l’affaire devant la justice, la 17ème chambre civile du tribunal de grande instance de Paris. Le tribunal a souligné que « l'information litigieuse est insuffisamment sérieuse et vérifiée pour pouvoir être justifiée par la légitimité du débat d'intérêt général ». Le Figaro, reconnu coupable d’atteinte à la vie privée, a dû verser un euro de dommages et intérêts ainsi que 2 000 euros au titre des frais de justice. Il devra également faire apparaître sur son site, et durant dix jours, un communiqué relatant la décision du tribunal.

« Cette rumeur infondée a été démentie à plusieurs reprises par la comédienne de sorte que rien ne justifiait sa diffusion sans aucune précaution ni vérification et sa mise en avant par une photographie la représentant », a relevé l'avocat d'Emmanuelle Béart, Vincent Tolédano.

Crédit photo : siebbi via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This