L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Diffusion toujours en baisse pour Le Canard Enchaîné mais moins qu’en 2013

8 septembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Diffusion toujours en baisse pour Le Canard Enchaîné mais moins qu’en 2013

Diffusion toujours en baisse pour Le Canard Enchaîné mais moins qu’en 2013

8 septembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes

Comme chaque année, Le Canard Enchaîné a publié ses propres comptes. Ceux-ci permettent de constater une baisse de la diffusion et des produits d’exploitation – pour l’essentiel ses ventes puisqu’il n’y a pas de publicité – mais nettement moindre qu’en 2013.

La dif­fu­sion du Canard Enchaîné a ain­si bais­sé de 2,5%, pour 389 567 exem­plaires ven­dus en moyenne par semaine. Selon l’heb­do­madaire satirique, « ce fléchisse­ment cor­re­spond exacte­ment à la réduc­tion de 18% des com­man­des par les com­pag­nies aéri­ennes. Le reste de nos ventes est sta­ble. » Celles-ci sont réal­isées à 77,6% par l’in­ter­mé­di­aire de Presstal­is – en kiosque ou point de vente avec dépôt de presse, par abon­nement pour 17,17% (66 907 exem­plaires de moyenne) et 5,14% par le biais des com­pag­nies aéri­ennes. Le taux des inven­dus est estimé à 18%. Près de 14% des ventes du jour­nal se font à Paris, 12,2% en Ile de France, 5,5% à l’é­tranger et le reste en province.

Les pro­duits d’ex­ploita­tion fléchissent de 3,27% à 24 393 868 €, mais le résul­tat d’ex­ploita­tion rebon­dit de 39% à 1 708 200 €. En revanche, l’on peut not­er une nette aug­men­ta­tion des dettes à court terme (+4,3%) à 5 175 410 €. Cela n’empêche pas le Canard de faire un béné­fice de 2 395 972 €, en hausse de 19%. On notera au pas­sage que les ventes par abon­nement recu­lent de 4,41% en 2014 par rap­port à 2013 (69 996 exemplaires).

Même si les ventes sont tou­jours en recul – y com­pris pour les Dossiers du Canard Enchaîné qui font office de hors série thé­ma­tiques – ces comptes sont net­te­ment meilleurs qu’en 2013. Le jour­nal avait alors vu ses ventes reculer de 16% par rap­port à 2012, et de 5,7% en 2012 par rap­port à 2011. De 2012 à 2013, le résul­tat d’ex­ploita­tion de l’heb­do­madaire a fléchi de 16%, de 30 à 25 mil­lions d’eu­ros, tan­dis que le résul­tat d’ex­ploita­tion était divisé par trois, pas­sant de 4,1 à 3,2 mil­lions d’euros.

Le jour­nal expli­quait alors ces mau­vais résul­tats par la déser­tion d’une par­tie de ses lecteurs ancrés à gauche – alors que le Canard cri­ti­quait le nou­veau pou­voir comme il le fai­sait avec l’an­cien. L’hebdo se porte tra­di­tion­nelle­ment mieux quand le pou­voir est à droite… Une autre rai­son évi­dente de la baisse con­tin­ue d’in­flu­ence du Canard – qui reste cepen­dant en bonne san­té finan­cière – est liée à la con­cur­rence active de Medi­a­part sur le web, un secteur auquel l’heb­do­madaire satirique est tou­jours resté allergique – son site offi­ciel n’as­sure que le min­i­mum syn­di­cal en pub­liant les Unes – con­sti­tu­ant là encore une excep­tion au sein du paysage médi­a­tique français.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés