Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Diffusion toujours en baisse pour Le Canard Enchaîné mais moins qu’en 2013

8 septembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Diffusion toujours en baisse pour Le Canard Enchaîné mais moins qu’en 2013

Diffusion toujours en baisse pour Le Canard Enchaîné mais moins qu’en 2013

Comme chaque année, Le Canard Enchaîné a publié ses propres comptes. Ceux-ci permettent de constater une baisse de la diffusion et des produits d’exploitation – pour l’essentiel ses ventes puisqu’il n’y a pas de publicité – mais nettement moindre qu’en 2013.

La dif­fu­sion du Canard Enchaîné a ain­si bais­sé de 2,5%, pour 389 567 exem­plaires ven­dus en moyenne par semaine. Selon l’heb­do­madaire satirique, « ce fléchisse­ment cor­re­spond exacte­ment à la réduc­tion de 18% des com­man­des par les com­pag­nies aéri­ennes. Le reste de nos ventes est sta­ble. » Celles-ci sont réal­isées à 77,6% par l’in­ter­mé­di­aire de Presstal­is – en kiosque ou point de vente avec dépôt de presse, par abon­nement pour 17,17% (66 907 exem­plaires de moyenne) et 5,14% par le biais des com­pag­nies aéri­ennes. Le taux des inven­dus est estimé à 18%. Près de 14% des ventes du jour­nal se font à Paris, 12,2% en Ile de France, 5,5% à l’é­tranger et le reste en province.

Les pro­duits d’ex­ploita­tion fléchissent de 3,27% à 24 393 868 €, mais le résul­tat d’ex­ploita­tion rebon­dit de 39% à 1 708 200 €. En revanche, l’on peut not­er une nette aug­men­ta­tion des dettes à court terme (+4,3%) à 5 175 410 €. Cela n’empêche pas le Canard de faire un béné­fice de 2 395 972 €, en hausse de 19%. On notera au pas­sage que les ventes par abon­nement recu­lent de 4,41% en 2014 par rap­port à 2013 (69 996 exemplaires).

Même si les ventes sont tou­jours en recul – y com­pris pour les Dossiers du Canard Enchaîné qui font office de hors série thé­ma­tiques – ces comptes sont net­te­ment meilleurs qu’en 2013. Le jour­nal avait alors vu ses ventes reculer de 16% par rap­port à 2012, et de 5,7% en 2012 par rap­port à 2011. De 2012 à 2013, le résul­tat d’ex­ploita­tion de l’heb­do­madaire a fléchi de 16%, de 30 à 25 mil­lions d’eu­ros, tan­dis que le résul­tat d’ex­ploita­tion était divisé par trois, pas­sant de 4,1 à 3,2 mil­lions d’euros.

Le jour­nal expli­quait alors ces mau­vais résul­tats par la déser­tion d’une par­tie de ses lecteurs ancrés à gauche – alors que le Canard cri­ti­quait le nou­veau pou­voir comme il le fai­sait avec l’an­cien. L’hebdo se porte tra­di­tion­nelle­ment mieux quand le pou­voir est à droite… Une autre rai­son évi­dente de la baisse con­tin­ue d’in­flu­ence du Canard – qui reste cepen­dant en bonne san­té finan­cière – est liée à la con­cur­rence active de Medi­a­part sur le web, un secteur auquel l’heb­do­madaire satirique est tou­jours resté allergique – son site offi­ciel n’as­sure que le min­i­mum syn­di­cal en pub­liant les Unes – con­sti­tu­ant là encore une excep­tion au sein du paysage médi­a­tique français.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Claude Askolovitch

PORTRAIT — Claude Askolovitch débute sa car­rière à Sci­ences et Vie Économie puis entre à RFO avant d’être engagé au Matin de Paris. Fin 1987, il rejoint Europe 1 puis devient reporter à l’EDJ et à Marianne.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.