Accueil | Actualités | Médias | Diffusion toujours en baisse pour Le Canard Enchaîné mais moins qu’en 2013
Pub­lié le 8 septembre 2015 | Éti­quettes :

Diffusion toujours en baisse pour Le Canard Enchaîné mais moins qu’en 2013

Comme chaque année, Le Canard Enchaîné a publié ses propres comptes. Ceux-ci permettent de constater une baisse de la diffusion et des produits d'exploitation – pour l'essentiel ses ventes puisqu'il n'y a pas de publicité – mais nettement moindre qu'en 2013.

La diffusion du Canard Enchaîné a ainsi baissé de 2,5%, pour 389 567 exemplaires vendus en moyenne par semaine. Selon l'hebdomadaire satirique, « ce fléchissement correspond exactement à la réduction de 18% des commandes par les compagnies aériennes. Le reste de nos ventes est stable. » Celles-ci sont réalisées à 77,6% par l'intermédiaire de Presstalis – en kiosque ou point de vente avec dépôt de presse, par abonnement pour 17,17% (66 907 exemplaires de moyenne) et 5,14% par le biais des compagnies aériennes. Le taux des invendus est estimé à 18%. Près de 14% des ventes du journal se font à Paris, 12,2% en Ile de France, 5,5% à l'étranger et le reste en province.

Les produits d'exploitation fléchissent de 3,27% à 24 393 868 €, mais le résultat d'exploitation rebondit de 39% à 1 708 200 €. En revanche, l'on peut noter une nette augmentation des dettes à court terme (+4,3%) à 5 175 410 €. Cela n'empêche pas le Canard de faire un bénéfice de 2 395 972 €, en hausse de 19%. On notera au passage que les ventes par abonnement reculent de 4,41% en 2014 par rapport à 2013 (69 996 exemplaires).

Même si les ventes sont toujours en recul – y compris pour les Dossiers du Canard Enchaîné qui font office de hors série thématiques – ces comptes sont nettement meilleurs qu'en 2013. Le journal avait alors vu ses ventes reculer de 16% par rapport à 2012, et de 5,7% en 2012 par rapport à 2011. De 2012 à 2013, le résultat d'exploitation de l'hebdomadaire a fléchi de 16%, de 30 à 25 millions d'euros, tandis que le résultat d'exploitation était divisé par trois, passant de 4,1 à 3,2 millions d'euros.

Le journal expliquait alors ces mauvais résultats par la désertion d'une partie de ses lecteurs ancrés à gauche – alors que le Canard critiquait le nouveau pouvoir comme il le faisait avec l'ancien. L’hebdo se porte traditionnellement mieux quand le pouvoir est à droite… Une autre raison évidente de la baisse continue d'influence du Canard – qui reste cependant en bonne santé financière – est liée à la concurrence active de Mediapart sur le web, un secteur auquel l'hebdomadaire satirique est toujours resté allergique – son site officiel n'assure que le minimum syndical en publiant les Unes – constituant là encore une exception au sein du paysage médiatique français.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This