Accueil | Actualités | Médias | Des nouvelles de la journaliste « molestée » par le FN
Pub­lié le 16 juin 2014 | Éti­quettes : , , ,

Des nouvelles de la journaliste « molestée » par le FN

À Nice jeudi dernier, la venue de Jean-Marie Le Pen a provoqué une véritable cohue de journalistes sur place.

En plein conflit avec sa présidente de fille suite à ses propos jugés polémiques, Le Pen se rendait à Nice pour assister à la conférence de presse de Marie-Christine Arnautu, conseillère municipale Front national de la ville. Dès sa sortie de voiture, une masse de journalistes s'est jetée sur lui pour recueillir ses réactions.

Débordé, le service d'ordre du FN a alors dû contenir la foule. Suite à cet épisode, la reporter d'Europe 1 Brigitte Renaldi s'est dite « jetée à terre » par les gros bras du FN et « légèrement blessée ». Celle-ci a déposé plainte dès le lendemain, s'est dite « très choquée » et a indiqué avoir reçu 5 jours d'interruption de temps de travail (ITT) suite à une « énorme contracture qui va des cervicales jusqu'en bas ».

À l'AFP, Mme Renaldi confiait qu'elle n'aurait pas porté plainte « si la violence n'avait pas atteint ce degré ». Elle assurait également avoir fait une « crise de tachycardie » après la bousculade.

Dans un article, Europe 1 parle ainsi de « journaliste molestée par le FN ». François Coulon, correspondant Europe 1 dans l'Ouest a apporté, sur Twitter, son « soutien » à sa collègue « scandaleusement molestée hier en marge d'un déplacement de Jean-Marie Le Pen ! » Jean-Pierre Elkabbach, patron de l’antenne, a également dénoncé « la violence dont a été victime notre amie Brigitte Renaldi, honneur du journalisme qu'elle a toujours si bien défendu. »

De son côté, le FN a publié un communiqué de presse pour opposer « une dénégation formelle aux accusations d'une journaliste d'Europe 1 selon laquelle elle aurait été molestée par le service d'ordre du Front National. Il y avait devant l'hôtel une dizaine de caméras, des photographes, des journalistes, et conséquemment une grande bousculade ».

Sur une vidéo publiée quelques jours plus tard, on constate en effet la cohue de journalistes puis la bousculade. En revanche, la journaliste prétendument « molestée » apparaît très clairement après la confusion et paraît tout à fait bien portante ! Celle-ci vitupère auprès du service d'ordre puis rejoint normalement ses confrères, sans signe apparent de douleur ou de blessure.

De quoi remettre en cause ses déclarations ?

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux