Accueil | Actualités | Médias | Des journalistes chassés d’une manifestation pro-israélienne
Pub­lié le 1 décembre 2014 | Éti­quettes : ,

Des journalistes chassés d’une manifestation pro-israélienne

Alors que l'Assemblée nationale débattait vendredi dernier de la reconnaissance de l'État palestinien, environ 250 personnes réunies par plusieurs organisations juives et sionistes ont manifesté leur mécontentement devant le palais Bourbon.

Répondant à l'appel, entre autres, de France-Israël et du Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme, ces dernières ont dénoncé une reconnaissance d'un État « terroriste » et ont manifesté une hostilité toute particulière envers le PS mais aussi contre les journalistes.

Selon Libération, un photographe de l'AFP, Kenzo Tribouillard, a été pris à partie vers 13h15 par un homme, crâne rasé et lunettes de soleil, qui exigeait avec insistance de voir sa carte de presse – alors que celui-ci n'était pas policier et ne souhaitait pas justifier de sa propre identité. Réticent, le photographe a alors été viré manu militari de la manifestation « avec le renfort de quelques jeunes gantés, en kippas, et très vindicatifs ».

Quelques minutes plus tard, ses collègues du service vidéo subissaient le même sort. Quant aux autres médias, ils devaient se soumettre à un « filtrage », comme Libération, et devaient répondre de leur éventuel soutien au Hamas.

Plus tard, sur son compte Twitter, la Ligue de défense juive (LDJ), milice sioniste radicale, se vantera d'avoir « sorti » les journalistes AFP de la manifestation « suite au traitement honteux de l’attentat de la synagogue de Jérusalem ».

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This