Accueil | Actualités | Médias | Crise de confiance au Courrier Picard
Pub­lié le 19 janvier 2015 | Éti­quettes : , ,

Crise de confiance au Courrier Picard

Le directeur général du Courrier Picard l’avait annoncé le 19 décembre dernier : le journal "n'échappera pas à des baisses d'effectif à la rédaction". Une position qui n’a pas bougé depuis et qui inquiète et interpelle les syndicats, notamment la CFDT.

C’est qu’entre temps on a appris que le journal a dégagé un excédent brut d'exploitation de 1,8 millions d'euros en décembre ! De bons chiffres qui motivent la CFDT à demander le retour de la rédaction à 87 journalistes et une augmentation générale des salaires de 0,6%. Mais la direction brandit de son côté les mauvais chiffres de la pub (moins 10% en décembre). Elle ne propose ainsi qu'une prime de 200 euros pour tous les salaires en-dessous de deux SMIC, ce qui concerne 23 personnes.

Selon la CFDT, la baisse du CA de la pub cache des rabais impressionnants - jusqu'à 80% - consentis par le Courrier Picard lui-même. Mais au-delà, c’est la confiance dans la direction générale (le groupe Rossel) qui est ébranlée par une forte inquiétude pour l'identité du journal. Celui-ci s'aligne peu à peu sur les autres publications du groupe, notamment L'Union de Reims et L'Aisne nouvelle, qui partagent désormais la même maquette. Les informations générales du Courrier Picard sont produites à Reims depuis le 3 novembre 2014. Les effectifs du journal amiénois ont aussi fondu parallèlement à son influence : de 189 salariés en 2010 il est passé à 143 en 2013 et en a perdu une dizaine de plus en 2014.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This