Accueil | Actualités | Médias | Combat au sommet Niel/Pigasse/Kretinsky au « Monde », avantage Niel
Pub­lié le 4 septembre 2019 | Éti­quettes : , , ,

Combat au sommet Niel/Pigasse/Kretinsky au « Monde », avantage Niel

Il y a belle lurette que Le Monde n’est plus un journal de référence, mais son influence politique et économique demeure, d’où le combat acharné pour son contrôle.

Le Monde et son actionnariat

En page 2 de notre infographie consacrée au journal Le Monde, la holding.

Ce navigateur ne peut pas lire les PDF : vous pouvez le télécharger ici

Ce qui s’est passé depuis

Depuis le rachat de 49% des parts de Matthieu Pigasse dans sa holding Le Nouveau Monde (LNM), les relations se sont dégradées entre Niel et Pigasse. Niel avait proposé à Pigasse de lui racheter ses parts, mais ce dernier a préféré le Tchèque Kretinsky, mieux-disant. Pire, un pacte confidentiel permettrait à Kretinsky de racheter l’intégralité des parts des parts de Pigasse s’assurant de la totalité de LNM.

Le groupe espagnol PRISA (éditeur d’El País) voulait sortir et céder ses 20% ce qui aurait été fait (information à confirmer) pendant l’été au profit de Kretinsky/Pigasse.

Pierre Bergé, décédé en 2017 a pour héritier de ses parts un américain qui selon Challenges revendrait ses actions à parts égales entre Niel et le duo Kretinsky/Pigasse.

Faisons les comptes

Kretinsky/Pigasse seraient en passe de contrôler la holding Le Monde Libre (LML) qui possède 75% des parts de la société éditrice du Monde. Soit leurs 26,66% de départ, plus la moitié des parts de feu Bergé soit 13,33% plus les 20% de PRISA, total 60%. Niel de son côté détient les 40%.

Alors Kretinsky/Pigasse vainqueurs aux points ? Que nenni ! Pigasse et Niel sont co-gérants du groupe et ont le droit chacun de proposer le nom du directeur du journal, cette co-gérance n’est pas transmissible ni ce droit de proposition. Supposons que Kretinsky rachète la totalité des parts de Pigasse, Niel devient seul gérant et le seul à disposer du droit de proposer un directeur qui doit être approuvé par la rédaction à 60%. Le Tchèque est sans doute déjà actionnaire majoritaire secret de la holding mais sans réels pouvoirs. Jusqu’à quand se satisfera-t-il de cette situation bancale ?

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This