Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Cinéma : Gaumont et Pathé n’invitent plus les critiques du Figaro

12 mars 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Cinéma : Gaumont et Pathé n’invitent plus les critiques du Figaro

Cinéma : Gaumont et Pathé n’invitent plus les critiques du Figaro

Dans son édition de ce week-end, Le Figaro a annoncé que ses journalistes cinéma étaient désormais privés des projections presse organisées par Pathé et Gaumont à cause de « critiques jugées trop négatives ».

« Les cri­tiques sont des gens méchants. Par­fois, ils écrivent du mal des gen­tils films. Par­fois même, ils osent dire qu’ils ne sont pas tous des chefs‑d’œuvre. Pire, ils ne sou­ti­en­nent pas sys­té­ma­tique­ment les longs métrages pro­duits et dis­tribués par les firmes Pathé et Gau­mont. Qui n’ont rien con­tre la cri­tique, pas du tout, du moment qu’elle tar­tine sur la qual­ité de leur réal­i­sa­tion », écrivent plusieurs jour­nal­istes du quo­ti­di­en dans un arti­cle inti­t­ulé « Pas de tomates pour les navets ».

Les rela­tions ne sont en effet pas au beau fixe entre les cri­tiques du Figaro et Gau­mont depuis la pub­li­ca­tion d’un dossier sur la faib­lesse des scé­nar­ios des films français, illus­tré par une pho­to d’un film de la firme, Mea Cul­pa. Par la suite, la cri­tique n’a pas été ten­dre avec une autre pro­duc­tion de Gau­mont, La belle et la bête avec Vin­cent Cas­sel et Léa Sey­doux. Pathé n’a pas été épargné non plus avec une cri­tique très dure de son film Super­con­dri­aque avec Dany Boon et Kad Mérad.

Depuis, « plus un cri­tique de notre jour­nal n’est con­vié aux pro­jec­tions de presse ». Pire : des cri­tiques, et pas unique­ment ceux du Figaro, auraient été men­acés de per­dre leur emploi et des encar­ts pub­lic­i­taires retirés en guise de repré­sailles… « Si les dis­trib­u­teurs n’ont jamais porté les cri­tiques dans leur cœur, il sem­ble qu’ils aient décidé de leur déclar­er la guerre », se plaint l’article.

Inter­rogée par le jour­nal sur cette affaire, Sidonie Dumas, patronne de Gau­mont, s’est con­tentée de plain­dre un ciné­ma français mal­mené « à tort » par la presse. « Les arti­cles sont trop général­istes : tous les scé­nar­istes sont mau­vais, les acteurs trop payés, le ciné­ma trop financé. Le ciné­ma est un bouc émis­saire », a‑t-elle estimé, voy­ant là un « mal très français ». « Gau­mont ne s’op­posera jamais à des cri­tiques néga­tives » à con­di­tion que « les arti­cles soient argu­men­tés », a‑t-elle con­clu.

Crédit pho­to : awot­tawa via SXC (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision