Accueil | Actualités | Médias | Boujenah, Jamel : ceux qui ne « dérapent » jamais pour les médias
Pub­lié le 29 novembre 2014 | Éti­quettes : ,

Boujenah, Jamel : ceux qui ne « dérapent » jamais pour les médias

Il y a quelques jours, Michel Boujenah était l'invité du journal de 20 heures. Il se flattait d'avoir toujours « rêvé sa vie ».

Même quand il était écolier, il était ainsi « du genre à dire : "la maîtresse est folle de moi et j'ai planté un couteau au directeur" ». On peut déjà se demander si le fait de rêver sa vie doit aller jusque là. Mais en pleine affaire Nabila, on se demande surtout pourquoi le propos, ultra-déplacé, n'a été relevé par personne. Ou plutôt, on n'en est guère étonné car Michel Boujenah fait partie de ceux qui ne peuvent jamais « déraper », à l’instar d’un Patrick Timsit ou d’un Jamel Debbouze qui peuvent se permettre à peu près tout sur un plateau.

La preuve, il y a quelques mois, toujours au journal télévisé. Le même Jamel Debbouze menaçait la présentatrice de la météo en lui demandant d'annoncer du beau temps, pour finalement lui dire : « on sait où tu habites, on te retrouvera ». Quand il se penchait vers la caméra le poing fermé pour annoncer devant dix millions de personnes : « j'voudrais passer une dédicace (sic) à Momo, qui est à la prison de la Santé, tiens bon Momo, on est avec toi », le téléspectateur n’était pas sûr d'être avec « Momo », ni d'approuver la façon dont les esprits, en France, sont en train d'évoluer. Il en venait même à se demander s’il versait sa redevance à bon escient… La scène à propos de Momo se passait sur le plateau de Pujadas et n'a provoqué aucune réaction à ce jour…

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This