Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Boujenah, Jamel : ceux qui ne « dérapent » jamais pour les médias

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

29 novembre 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Boujenah, Jamel : ceux qui ne « dérapent » jamais pour les médias

Boujenah, Jamel : ceux qui ne « dérapent » jamais pour les médias

Temps de lecture : 2 minutes

Il y a quelques jours, Michel Boujenah était l’invité du journal de 20 heures. Il se flattait d’avoir toujours « rêvé sa vie ».

Même quand il était écol­i­er, il était ain­si « du genre à dire : “la maîtresse est folle de moi et j’ai plan­té un couteau au directeur” ». On peut déjà se deman­der si le fait de rêver sa vie doit aller jusque là. Mais en pleine affaire Nabi­la, on se demande surtout pourquoi le pro­pos, ultra-déplacé, n’a été relevé par per­son­ne. Ou plutôt, on n’en est guère éton­né car Michel Bou­je­nah fait par­tie de ceux qui ne peu­vent jamais « dérap­er », à l’instar d’un Patrick Tim­sit ou d’un Jamel Deb­bouze qui peu­vent se per­me­t­tre à peu près tout sur un plateau.

La preuve, il y a quelques mois, tou­jours au jour­nal télévisé. Le même Jamel Deb­bouze menaçait la présen­ta­trice de la météo en lui deman­dant d’an­non­cer du beau temps, pour finale­ment lui dire : « on sait où tu habites, on te retrou­vera ». Quand il se pen­chait vers la caméra le poing fer­mé pour annon­cer devant dix mil­lions de per­son­nes : « j’voudrais pass­er une dédi­cace (sic) à Momo, qui est à la prison de la San­té, tiens bon Momo, on est avec toi », le téléspec­ta­teur n’était pas sûr d’être avec « Momo », ni d’ap­prou­ver la façon dont les esprits, en France, sont en train d’évoluer. Il en venait même à se deman­der s’il ver­sait sa rede­vance à bon escient… La scène à pro­pos de Momo se pas­sait sur le plateau de Pujadas et n’a provo­qué aucune réac­tion à ce jour…

Crédit pho­to : DR

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés