Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Dossier : Blogues et médias « alternatifs », les seconds couteaux de la doxa [rediffusion]

14 août 2015

Temps de lecture : 9 minutes
Accueil | Dossiers | Dossier : Blogues et médias « alternatifs », les seconds couteaux de la doxa [rediffusion]

Dossier : Blogues et médias « alternatifs », les seconds couteaux de la doxa [rediffusion]

Ini­tiale­ment pub­lié le 03/03/2015

Le réseau Internet, avec ses sites et ses blogues, a permis depuis bientôt quinze ans de relativiser les canaux officiels de l’information et d’élargir le spectre critique. Alors que ces canaux étaient peu à peu devenus les pompes à gavage de la Pensée Unique, cette diversification des supports et des médias a sans doute aidé une partie de la population à éviter l’asphyxie intellectuelle complète. Pourtant, étrangement, ces nouveaux espaces dévolus à la réinformation, au décryptage, à la lecture critique des premiers médias, une fois recyclés par ceux-ci, peuvent également être le lieu d’une seconde couche de propagande, incarner une sorte d’IGPN (police des polices) de la pensée ou permettre à des hyper-délateurs de relever les soi-disant dérapages que les journalistes aux ordres, malgré leur zèle, auraient laissé passer. L’OJIM propose à ses lecteurs une sélection éclairante des récents faits d’armes de ces seconds couteaux de la doxa — souvent à la limite du délire…

Afin de n’être pas totale­ment débor­dés par l’apparition des nou­veaux médias, les médias clas­siques ont naturelle­ment ten­té de les inté­gr­er au mieux au sein de leur pro­pre fonc­tion­nement. En déci­dant d’héberger de nom­breux blogues sur leurs sites, ces médias pou­vaient ain­si à la fois rediriger vers eux une par­tie de l’attention qui s’était détournée et rétablir une hiérar­chie qui leur fût favor­able : le blogue appa­rais­sant comme un jour­nal­isme low-cost pra­tiqué dans les marges du média clas­sique restau­ré quant à lui dans sa pri­mauté. Mais si le phénomène des blogues avait pris son essor, c’était, ini­tiale­ment, parce qu’on y trou­vait autre chose que la soupe tiède invraisem­blable­ment homogène que déver­sait la plu­part des médias. La « réa­cosphère », par exem­ple, pro­posant des dis­cours alter­nat­ifs à l’idéologie libérale-lib­er­taire con­nut un suc­cès remar­quable. Les médias clas­siques, eux, lorsqu’ils héber­gent des blogues et leur accor­dent leur autorité, ne les sélec­tion­nent qu’à con­di­tion qu’ils véhicu­lent des dis­cours car­i­cat­u­rale­ment cal­i­brés. On a même par­fois l’impression, à leur lec­ture, que chaque blogueur rivalise de mar­ques d’allégeance à la Pen­sée Unique. Cette atti­tude est sans doute incon­sciente et l’on peut imag­in­er qu’elle découle d’une forme d’émulation dans la docil­ité, parce c’est autant de signes de ral­liement qui sont ain­si four­nis à un milieu médi­a­tique auquel le blogueur élu rêve sans doute d’appartenir davan­tage. En tout cas, le résul­tat est sou­vent édi­fi­ant, parce que loin de diver­si­fi­er les angles et les analy­ses, les blogues en ques­tion offrent générale­ment une ver­sion sim­pli­fiée voire rad­i­cal­isée de la doxa ; doxa qui se martèle alors sans plus de lim­ites et même avec fureur, comme si, dérouté par l’émergence d’Internet, le « Camp du Bien » avait sus­cité et intro­n­isé ses cyberka­pos.

Cas de conscience d’un fanatique

Le site du Nou­v­el Obser­va­teur dis­pose d’une véri­ta­ble meute de sol­dats « engagés volon­taires » de la Bien-Pen­sance. Le jeune Charles Gau­ti­er, par exem­ple, est tout à fait remar­quable. Il a été chargé de réa­gir chaque semaine au talk show le plus célèbre du PAF, « On n’est pas couchés », qu’anime Lau­rent Ruquier. C’est là que sévit Aymer­ic Caron, moitié sta­tis­ti­cien, moitié inquisi­teur. Le jour­nal­iste, dont la foi dans les chiffres truqués de l’INSEE est inébran­lable, n’oublie jamais de relever chez les invités le moin­dre man­que­ment au dogme que ceux-ci auraient pu laiss­er échap­per, cela aurait-il eu lieu trente ans plus tôt et cela n’aurait-il aucun rap­port avec le sujet. Pour­tant, en dépit de sa vigueur, il sem­ble que le fanatisme du chroniqueur ne soit pas encore suff­isam­ment tatil­lon et implaca­ble aux yeux du blogueur recruté par L’Obs. En effet, le 7 févri­er dernier, Ruquier reçoit l’écrivain Syl­vain Tes­son, qua­si ressus­cité après une chute très grave, et, même si l’invité est encore obligé de se tenir la bouche pour s’exprimer cor­recte­ment et qu’on ne voit pas en quoi il devrait être respon­s­able des pro­pos de son père, Caron exige néan­moins des expli­ca­tions au sujet de ceux qui firent récem­ment scan­dale. En effet, Philippe Tes­son, à rebours de l’« esprit Char­lie » — lequel sug­gère de défendre les citoyens français des balles dji­hadistes grâce à une traque impi­toy­able de l’amalgame — a lâché : « C’est pas les Musul­mans qui amè­nent la merde en France aujourd’hui ? Il faut le dire ! » Certes, un pro­pos de comp­toir, proféré dans une forme par­ti­c­ulière­ment mal­adroite par un intel­lectuel qui, en effet, depuis quelque temps, sem­ble per­dre son con­trôle, mais qu’on peut com­pren­dre aus­si comme une réac­tion exas­pérée au lavage de cerveau « désamal­ga­mant » bom­bardé par les médias. Syl­vain Tes­son, donc, recon­naît une mal­adresse de forme dans de tels pro­pos mais refuse pour autant de con­damn­er son père et de par­ticiper ain­si au lyn­chage que ce dernier subit depuis la phrase mal­heureuse. Caron, peut-être pris d’un recul salu­taire, libéré un instant de ses obses­sions inquisitri­ces, réalise à cet instant – sait-on jamais — qu’il est en train d’insister pour qu’un infirme crache au vis­age de son pro­pre père devant les caméras de télévi­sion et quelques mil­lions de spec­ta­teurs. Il lâche alors sa proie.

Incitation au parricide

« Faib­lesse impar­donnable ! » s’exclame en sub­stance le jeune blogueur de L’Obs. Pour présen­ter la scène, il écrit au sujet de Syl­vain Tes­son : « Auteur-baroudeur recon­nu (“Dans les forêts de Sibérie”, etc.), il est venu présen­ter son nou­veau livre “Berez­i­na” dans lequel il racon­te son épopée en side-car, pour revivre la retraite napoléoni­enne. Pourquoi pas. » Pas­sons sur l’expression infâme d’ « auteur-baroudeur » que le blogueur aura préféré à celle, clas­sique, d’ « écrivain voyageur », Gau­ti­er surtout, nous dit : « Pourquoi pas. » et l’on se demande vrai­ment ce que peut sig­ni­fi­er ce « Pourquoi pas », lequel serait cen­sé relever quelque incon­gruité bénigne sur laque­lle le blogueur aurait néan­moins choisi de pass­er, sauf qu’on ne voit pas ce qu’il peut y avoir d’incongru à ce qu’un écrivain en pro­mo­tion vienne faire la pro­mo­tion de son dernier livre dans une émis­sion dont c’est la voca­tion. Bref, Charles Gau­ti­er est jeune, il ne sait pas encore écrire français, mais en revanche il y a une chose qu’il sait par­faite­ment : c’est qu’on ne tran­sige pas avec le dogme. Et qu’un déra­page se paie. Par fils inter­posé si néces­saire, et qu’importe l’état du fils et l’absurde hérédité qu’on pré­tend lui faire porter, alors même qu’en règle générale, l’hérédité est un con­cept haï. Syl­vain Tes­son, pour n’avoir pas renié son père, est donc subite­ment amal­gamé et accusé d’avoir soutenu « l’impardonnable », rien de moins… Mais si les pro­pos du père sont « impar­donnables », quel châ­ti­ment doit-il subir ? Charles Gau­ti­er ne nous le dit pas. Sauf que c’est tout de même ce qu’implique inéluctable­ment une notion pareille. Ce qu’il nous dit, en revanche, c’est qu’après « avoir été puéril, le cli­mat de cette émis­sion est main­tenant nauséabond. Jusqu’où cela va s’arrêter ? (sic) » ONPC, nauséabond. Ruquier rouge-brun. Caron, cryp­to-lep­éniste… Lorsqu’on entrevoit quelle pureté idéologique le blogueur vise der­rière son fatras con­ceptuel flou et sa langue d’élève de six­ième, on en reste effaré.

Le maître : Bruno Roger-Petit

Charles Gau­ti­er est jeune et igno­rant, dira-t-on, ce qui explique sa fer­me­ture d’esprit et la vio­lence incon­sid­érée dont il est le vecteur. Certes, mais non seule­ment il béné­fi­cie de la cau­tion d’un jour­nal cen­sé­ment sérieux, mais il a égale­ment comme col­lègue blogueur sévis­sant dans la même écurie, un maître rel­a­tive­ment âgé et pour­tant presque pire que lui, le plus fer­vent traque­ur de déviants de la toile : Bruno Roger-Petit ; un com­men­ta­teur infati­ga­ble, iné­narrable, pro­pre­ment hys­térique ; mieux qu’un com­men­ta­teur : un phénomène tou­jours au parox­ysme. Pour BRP, les fachos (i.e. : tous ceux qui dévient du dogme poli­tique­ment cor­rect) sont partout et les grands médias sont accusés en per­ma­nence de leur servir la soupe, soit par bêtise, soit par com­plot… Quand tous les médias ligués ten­tent pour­tant très osten­si­ble­ment d’abattre Zem­mour en pro­mo­tion du Sui­cide français, ce dernier se trou­vant tou­jours et sans doute pos­si­ble en sit­u­a­tion de seul con­tre tous, BRP, lui, parvient néan­moins à en con­clure que tous les médias sont zem­mourisés. Lorsqu’Alain Finkielkraut, chez Tad­deï (« Ce soir ou jamais ») avait été poussé à bout par le binôme con­sti­tué par Abdel Raouf Dafri et Pas­cal Blan­chard dans ce qui ressem­blait à un traque­nard et qui pro­duisit en tout cas un de ces « clashs » mémorables dont raf­fo­lent les inter­nautes, BRP, lui, accuse Tad­deï d’avoir mis en scène cet épisode dans le seul but de faire pass­er Dafri pour un mon­stre. L’inversion bour­reau-vic­time, ce réflexe men­tal de la gauche con­tem­po­raine, fonc­tionne à plein régime dans le cerveau de BRP qui nour­rit par ailleurs une vision qua­si con­spir­a­tionniste des médias français, dans le sens d’une pro­pa­gande droitière… À ce niveau-là, certes, on serait ten­té par l’analyse psy­chi­a­trique du cas BRP — un délire para­noïaque man­i­feste, sauf que nous ne voulons pas vers­er dans les méth­odes de son camp… Dans la dernière émis­sion de « Des Paroles et des Actes » où le philosophe était invité, BRP, qui écrit à peine mieux le français que Charles Gau­ti­er, taxe Finkielkraut de « prédi­ca­teur de toutes les plaies qui méri­tent de s’abattre sur la France. » A‑t-on déjà vu une plaie s’abattre où que ce soit ? On en a vu naître con­séc­u­tive­ment à des couteaux qui s’étaient abat­tus, mais for­mulée ain­si, la propo­si­tion est absurde. « Dans le dernier “DPDA”, Pujadas a fait de Finkielkraut la vedette de l’émis­sion. Et ce n’est pas un choix édi­to­r­i­al inno­cent. » Com­plot ! Mais ce que ne veut pas voir BRP et qui est pour­tant évi­dent, c’est que si ce genre d’émissions de débat tourne sys­té­ma­tique­ment autour d’un Zem­mour ou d’un Finkielkraut, c’est qu’ils sont les seuls à penser un peu dif­férem­ment et qu’il faut bien, à la fin, qu’un sem­blant de débat ait lieu. Mais débat­tre avec l’adversaire, c’est déjà tran­siger avec le dia­ble, voilà ce que suf­foque en per­ma­nence la prose mani­aque de ce com­mis­saire poli­tique de ban­lieue.

Adjoints du CSA

Il arrive égale­ment, dans ces blogues asser­men­tés, qu’on en appelle ouverte­ment à la mobil­i­sa­tion citoyenne pour la cen­sure. Après le pathé­tique pas­sage de François Asse­lin­eau chez Lau­rent Ruquier en sep­tem­bre dernier, pas­sage qui avait médi­a­tique­ment détru­it le politi­cien ama­teur, une cer­taine « C.M. », préférant garder l’anonymat – sans doute parce qu’elle refuse les hon­neurs –, présen­tée seule­ment comme « fémin­iste » (quelle étrange réduc­tion iden­ti­taire…), écrit : « J’invite donc les per­son­nes se posant des ques­tions sur la per­ti­nence d’inviter ce genre d’individu com­plo­tiste sans le présen­ter comme tel, ou de le laiss­er affirmer des inep­ties manip­u­la­tri­ces sur l’Irak ou les États-Unis, à en faire part au CSA qui croule sous les deman­des des sym­pa­thisants d’extrême droite/complotistes pour obtenir encore plus de représen­ta­tiv­ité dans les émis­sions télévisées. » Où l’on apprend donc que tous les jours des nos­tal­giques du IIIe Reich rédi­gent leur mis­sive appliquée au CSA pour deman­der plus de représen­ta­tiv­ité médi­a­tique aux théories com­plo­tistes et nazies, un Con­seil Supérieur auquel il faut se man­i­fester dès lors qu’on se poserait une ques­tion sur la per­ti­nence d’une invi­ta­tion qu’on décou­vri­rait en allumant son téléviseur — for­cé­ment, c’est telle­ment légitime… Déla­tion rageuse sur fond de bêtise sat­is­faite, réflex­ions absur­des, rédac­tions d’analphabètes — de ce côté de la pen­sée, c’est-à-dire de ce côté des bar­belés, tout est per­mis.

Le débat comme obscénité

Pour François Jost, présen­té comme « ana­lyste des médias » et épinglé « expert », la machine ana­ly­tique s’embourbe au seuil du phénomène Zem­mour. Il ne com­prend pas que celui qui s’exprime ain­si durant la pro­mo­tion de son dernier livre et se trou­ve invité partout ne soit pas un jour­nal­iste de gauche. C’est vrai que l’occurrence est rare, mais enfin, dans une démoc­ra­tie, elle est cen­sée être pos­si­ble. Mais non, voilà qui est déjà trop pour Jost, inimag­in­able, sus­pect, et il tente pour­tant par tous les moyens en sa pos­ses­sion (c’est vrai qu’ils sont faibles) d’éclairer ce mys­tère, mais demeure néan­moins dans un trou­ble presque opaque. Le fait d’oser inviter à débat­tre un adver­saire idéologique lui pose un prob­lème en soi : « Dès lors, se pose à pro­pos de Zem­mour une ques­tion qui tarau­da les jour­nal­istes lors de la mon­tée de Jean-Marie Le Pen : doit-on l’inviter sur un plateau ? Com­ment le traiter ? » C’est un polémiste, il fait de l’audience, on ne voit pas trop pourquoi il ne faudrait pas l’inviter… « Com­ment con­tre­car­rer ses argu­ments ? » Avec des con­tre-argu­ments, peut-être ? Et ça ferait un débat ! L’évidence, pour Jost, devient un gouf­fre incom­préhen­si­ble. Un débat, il con­naît, mais avec quelqu’un qui pense dif­férem­ment, il trou­ve tout de même la chose exagérée. Un adver­saire qui croit avoir rai­son, en plus, et qui ne s’excuse pas d’énoncer une idée dif­férente à chaque fois qu’il le fait : « C’est tou­jours au nom de la vérité qu’il profère ses dis­cours et non au nom de la sub­jec­tiv­ité d’une opin­ion. » On ver­rait mal le jour­nal­iste profér­er ses dis­cours au nom du men­songe, et l’on com­prend mal com­ment « la sub­jec­tiv­ité d’une opin­ion » pour­rait être le « nom » de quoi que ce soit, mais encore une fois, notre expert qui, vis­i­ble­ment, n’a quant à lui aucun doute sur le bon droit de sa vul­gate, s’exprime lui aus­si comme un élève de 6ème. « Il avance dans les médias comme un his­to­rien », s’étonne encore l’expert, ébahi qu’un jour­nal­iste puisse dis­pos­er d’un min­i­mum de cul­ture (en fil­igrane, Jost reproche même à Zem­mour de trich­er avec tous les livres qu’il a lus…) Enfin, Jost achève par une piste : « Au fond de cer­tains d’entre nous, il y a tou­jours ces gants de boxe que Paul Amar bran­dit un jour, pour son mal­heur, lors d’un débat Tapie-Le Pen. », et de con­clure, sen­ten­cieux : « N’est-ce pas finale­ment cela le plus inquié­tant : le fait que nous prenons plaisir à ce spec­ta­cle ? » Il trou­ve ça vicieux, Jost, qu’on prenne plaisir à assis­ter à un débat, cela révélerait des pen­chants pas très nets. Selon sa cervelle 100% stal­in­i­enne, la rec­ti­tude idéologique uni­for­mé­ment partagée de gré ou de force est une sit­u­a­tion beau­coup plus saine pour une société, beau­coup plus pro­pre. L’altérité, en ter­mes d’opinion, voilà qui lui paraît mon­strueux ; quant au débat : une jouis­sance obscène.

Marges révélatrices

Ces bil­lets pour­raient être con­sid­érés, au fond, comme pure­ment anec­do­tiques ; leur bêtise et leur vio­lence relever d’un phénomène mar­gin­al. Cepen­dant, ces cyber­fa­na­tiques qui ne rêvent que d’épuration, de geôles, de bail­lons ou, a min­i­ma, de ter­reur paralysante et qui les rédi­gent, ces rêves effrayants, dans un français pré­caire, puéril et con­fus, ils sont adoubés par les médias dom­i­nants – dans les quelques exem­ples cités ici, par L’Obs. Ces blogues for­ment les marges d’un cer­tain dis­cours médi­a­tique, certes, mais des marges assumées. Là s’exprime crû­ment ce qu’on ten­tera de met­tre en forme de manière plus adulte et rationnelle dans les arti­cles offi­ciels. Or, c’est juste­ment tout le fond d’intolérance exaltée, de fureur épu­ra­trice, de pru­rit de la con­damna­tion, tout le fond à demi avoué de la Pen­sée dom­i­nante qui se trahit au fil de ces blogues. Et ce back­ground men­tal expose claire­ment quelles méth­odes, quelles pra­tiques, on est prêt à employ­er sans frémir et sans honte du côté de la Pen­sée Unique, du moment qu’on se sent men­acé mais qu’on demeure morale­ment et médi­a­tique­ment en posi­tion de force.
L’étude de ces blogues apporte une nou­velle pièce au dossier des règles biaisées du débat pub­lic, mon­trant encore de manière trans­par­ente où se trou­ve et d’où s’exerce le fanatisme le plus bru­tal et le plus décom­plexé.

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.