Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Bâtonnier de la Drôme : démission après des propos sur les réseaux sociaux

1 mai 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Bâtonnier de la Drôme : démission après des propos sur les réseaux sociaux

Bâtonnier de la Drôme : démission après des propos sur les réseaux sociaux

Le 4 avril 2020, un « réfugié » soudanais du nom d’Abdallah Ahmed-Osman tuait deux personnes au couteau et en blessait cinq autres à Romans-sur-Isère, dans la Drôme (au motif que ces dernières n’étaient pas musulmanes) le tout en pleine période de confinement.

Message privé musclé

Le soir même, un avo­cat du bar­reau de Valence s’émouvait de cette sit­u­a­tion sur le groupe Face­book « Avo­cats Valence », groupe de dis­cus­sion privé et comp­tant 137 mem­bres, en postant un mes­sage dis­ant « À tous les con­nards qui veu­lent défendre les sous-merde du type de celui qui a tué deux per­son­nes à Romans ce matin, con­tin­uez à vouloir met­tre en avant les droits de l’homme et à déshon­or­er la pro­fes­sion. Je pèse et j’as­sume mes pro­pos ». Le bâton­nier de la Drôme, Maître Thier­ry Chau­vin, avait ajouté en com­men­taire à ce mes­sage « Il peut crev­er où il veut, rien à … et, moi aus­si je pèse mes mots ».

Ces pro­pos à l’origine tenus dans un cadre privé n’ont pas tardé a être repris dans la presse. Le jour­nal Le Parisien a été le pre­mier à s’en faire l’écho dès le 10 avril, en titrant de manière ambigüe : « ter­ror­iste pré­sumé de Romans : les mes­sages injurieux qui sèment l’émoi au bar­reau de Valence ».

« Abdallah ‑Ahmed-Osman est l’un des nôtres »

Peu après ces révéla­tions, neuf avo­cats du bar­reau de Valence (dont deux anciens bâton­niers) ont rédigé une tri­bune sur le site juridique Dal­loz actu­al­ité en « réac­tion aux pro­pos tenus par le bâton­nier de Valence ».

Dans ce texte à charge, les sig­nataires s’indignent des pro­pos incrim­inés, bal­ayent d’un revers de main le car­ac­tère privé des échanges et évo­quent l’aspect selon eux choquant des opin­ions exprimées, pré­cisant que « (…) de tels pro­pos n’ont pas besoin d’être publics pour être indé­cents et heurter les quelques-uns qui les enten­dent ou les lisent ».

S’ils insis­tent sur le droit de cha­cun à dis­pos­er d’une défense (un droit fon­da­men­tal, garan­ti par la CEDH), les avo­cats à l’origine de la tri­bune ont néan­moins pris une posi­tion sur­prenante allant au-delà de sim­ples con­sid­éra­tions juridiques, en ten­ant des pro­pos qui posent de réelles ques­tions quant à l’idéologie qu’ils sous-ten­dent, déclarant notam­ment : « Cet homme-là, Abdal­lah Ahmed-Osman, est l’un des nôtres. Il nous ressem­ble. Nous sommes faits de la même chair, des mêmes os et le même sang que le vôtre coule dans ses veines. C’est notre frère ».

À la suite de cette tri­bune, Maître Thier­ry Chau­vin a annon­cé sa démis­sion et s’en est expliqué auprès de France 3 le 25 avril : « Cette déci­sion est naturelle­ment le fruit d’une longue réflex­ion (…) Mes raisons les plus intimes, je les ai réservées à mes col­lègues. Ce qui a motivé ma déci­sion, c’est la tri­bune écrite par mes con­frères dans un tor­chon le 13 avril dernier ». Il a égale­ment ajouté : « Ce qui me choque, c’est que ces gens qui s’éri­gent en grands moral­isa­teurs sur les réseaux soci­aux, ne se ren­dent pas compte des con­ner­ies qu’ils dis­ent. Essay­er de rem­plac­er le nom du ter­ror­iste par Staline ou Hitler, appelez-les « mon frère », et dites-moi ce que vous en pensez ? Jolie famille, c’est la leur, pas la mienne. Je con­sid­ère qu’en écrivant de tels pro­pos, on crache sur les familles et les vic­times. Notre pro­fes­sion se dis­crédite, je ne pou­vais plus en être l’un de ses représen­tants ».

Des médias discrets

Les caus­es de cette démis­sion, qui pren­dra effet le 31 mai 2020, n’ont pas sus­cité un émoi par­ti­c­uli­er dans les médias de grand chemin. La plu­part se sont con­tentés de repren­dre l’information sans appro­fondir d’avantage un sujet qui aurait pour­tant mérité une réflex­ion plus large, tant sur le sujet de la lib­erté d’expression dans un cadre privé que sur l’étrange vision du monde qui ani­me cer­tains pro­fes­sion­nels de jus­tice. Seuls Causeur par Céline Pina et Atlanti­co par Benoît Rays­ki ont pour le moment réa­gi en dénonçant le car­ac­tère inquié­tant d’une prise de posi­tion qui con­siste à exal­ter le sen­ti­ment de fra­ter­nité avec un ter­ror­iste. On voit là une véri­ta­ble volon­té de min­imiser tout ce qui touche au ter­ror­isme en cette péri­ode de con­fine­ment, et ce, alors même que les attaques n’ont pas cessé, l’attentat qui a frap­pé des policiers à Colombes en étant l’exemple le plus récent.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision