Accueil | Actualités | Médias | Un proche de Marine Le Pen diffamé par TF1 ?
Pub­lié le 24 juin 2016 | Éti­quettes : ,

Un proche de Marine Le Pen diffamé par TF1 ?

Cité par Gilles Bouleau lors du journal télévisé de TF1 du mardi 21 juin 2016, Axel Loustau, proche de Marine Le Pen, dénonce « un travail de propagande et de diffamation magistral ».

Alors qu'il interrogeait la présidente du Front National au sujet des casseurs d'extrême gauche, le présentateur a rappelé que M. Loustau, trésorier de Jeanne, le micro-parti de Marine Le Pen, était considéré, lui aussi, « comme un casseur ». En effet, lors de la Manif pour tous, ce dernier aurait « chargé les forces de l'ordre armé d'un casque », a estimé Gilles Bouleau.

Pour le principal intéressé, il s'agit d'une présentation « particulièrement malhonnête et diffamatoire » qui a pour but de faire un lien entre « les milices d'extrême gauche qui ravagent les villes à chaque manifestation » et sa présence à titre individuel aux manifestations contre la dénaturation du mariage. À cette occasion, celui-ci affirme avoir été simplement interpellé pour un contrôle d'identité, puis relâché aussitôt car il n'avait « strictement rien commis d'illégal ».

« À 45 ans, marié, père de famille, élu de la république, chef d'entreprise ayant créé des centaines d'emplois et ayant un casier judiciaire vierge, je ne peux accepter d'être assimilé à des individus qui viennent à des manifestations équipés de fusils harpons, de mortiers artisanaux, qui attaquent les forces de l'ordre et détruisent systématiquement des commerces, des installations publiques et même des hôpitaux pour enfants ! », s'est-il indigné dans une réaction publiée sur son compte Facebook.

Après avoir contacté Philippe Morand, responsable politique de TF1, Axel Loustau attend aujourd'hui qu'un justificatif rétablisse sa version des faits. « Dans l'attente, j'ai fait constater par huissier les images du journal télévisé et je me réserve le droit de défendre mon image et mon honneur par tous les moyens de droit appropriés », conclut-il.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux